Et que ne durent que les moments doux, Virginie Grimaldi | Livre de PocheJ'avais été très déçu par "Quand nos souvenirs viendront danser". Je n'avais pas du tout apprécié l'humour potache de l'auteure dans ce roman. 

Comme j'ai adoré "Il est grand temps de rallumer les étoiles", je me suis dit que ça devait être une erreur de parcours et j'ai laissé une chance à l'auteure de me séduire à nouveau avec "Et que ne durent que les moments doux". 

Et j'ai bien fait, car ce livre est un coup de coeur. C'est un condensé d'émotions. Combien de fois ai-je eu les larmes aux yeux en lisant cette histoire? Et je dois dire que j'ai souri et même ri à certaines occasions. On sent que Virginie Grimaldi n'a pas ajouté d'humour gratuite. Elle a écrit telle qu'elle est. 

Ce roman est le plus  personnel de ses écrits car il parle d'enfants nés prématurément et elle a eu ce problème avec un de ses enfants. Elle connait donc bien le sujet et tout semble naturel dans ce récit. 

Deux personnages se partagent le roman : 

- il y a Lili, une jeune femme qui vient donc d'accoucher prématurément, qui crève de peur de perdre son enfant et  qui culpabilise à mort

- il y a Elise qui souffre du syndrome du nid vide. Ses enfants sont partis et elle se sent bien seul dans sa maison vide. Elle qui n'avait jamais de temps pour elle, la voici avec trop de moments à remplir. Un jour, elle décide de devenir "câlineuse" en néonat. Elle a tant d'amour à donner et plus personne pour le recevoir. 

Le récit alterne les deux histoires qui, je pensais allaient se rejoindre assez vite, mais non, elles restent distinctes jusqu'à ... la surprise finale. 

Un excellent récit que je recommande et qui m'a réconcilié avec l'auteure. J'espère qu'elle continuera dans cette voie et qu'elle oubliera l'humour à cinq balles...

coeur