D'un livre à l'autre

06 février 2016

Le boiteux de Grattebourg de Rolande Michel

boiteux-de-grattebourg

De temps en temps, je suis attiré par un roman de la maison d'édition Chloé des Lys. Je fais une liste de mes envies et, un jour, je les commande tous.

C'est ainsi que "Le boiteux de Grattebourg" est arrivé chez moi. Comme le titre comporte un "X" qui vaut 10 points, je l'ai lu tout de suite. 

Grattebourg, c'est un village où l'on vit à l'ancienne, un village hors du temps, un village dans lequel chacun se mêle des affaires des autres. Le village vit à une époque que j'aurais située il y a un siècle au moins, mais les habitants ont la télévision ce qui situe l'histoire se déroule  au milieu du XXè siècle.

Quant aux personnages, la modernité ne les a pas atteint. Ils vivent un peu comme vivaient nos grands-parents.

Beaucoup de personnages (un peu trop, selon moi) évoluent dans ce monde rural empli de superstitions. Il y a tout d'abord le boiteux, ce gamin abandonné par sa mère et confié par la suite aux soeurs du couvent. Sa difformité et sa laideur font qu'il est rejeté par les autres enfants et qu'il ne fréquente pas beaucoup l'école.

Pourtant il sait lire et se met à fréquenter le rebouteux qui soigne les gens gratuitement et qui va le prendre comme élève. La relève est ainsi assurée.

Dans le village, il y a aussi Maria qui lit dans le marc de café, est sans doute un peu sorcière. Les paysans s'en méfient, même si les gens de la ville viennent lui demander leur avenir.

Le curé, le notaire, l'institutrice, le boulanger, Léonie, la doyenne du village, sont les autres personnages importants du récit. 

Tous vivent dans une relative tranquillité jusqu'au jour où des événements viennent perturber les villageois : des poules sont égorgées, les abeilles meurent après avoir attaqué l'apiculteur, des vagues secouent le lac tranquille depuis la nuit des temps, et surtout, un chat noir rôde dans le village et fait peur aux enfants.

Les villageois doivent trouver un coupable à tous ces phénomènes et leurs regards se tournent vers le boiteux, vers Maria, la voyante et vers le château...

Le  château surplombe Grattebourg. On croit le comte mort depuis longtemps et pourtant  les villageois remarquent de la lumière le soir. 

Voilà qu'un beau jour, Anselme, le boiteux y est amené et enfermé...

La fin du récit entraine le lecteur vers le surnaturel, ce qui, pour moi, n'était pas nécessaire. On s'éloigne, en effet, alors, de ce que j'aurais pu appeler "un roman du terroir". 

Un livre très bien écrit qui plonge le lecteur dans une période intemporelle...

Livre lu dans le cadre de mon challenge et qui, par son titre assez court ne  vaut que  36 points

challenge Lire sous la contrainte

 

Posté par philippedester à 21:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

03 février 2016

Nymphéas noirs de Michel Bussi

Nympheas-noirs_6990

Avec "Nymphéas noirs", on est très loin de "N'oublier jamais" que j'ai lu il y a peu. Ce n'est pas du tout le même genre de roman. Je ne connais pas encore assez Michel Bussi, mais j'ai l'impression que c'est un auteur qui sait écrire des choses très différentes. 

Dans "N'oublier jamais", on va de rebondissements en rebondissements. "Nymphéas noirs" est un thriller très calme (pas de grosses effusions de sang, pas de violence insoutenable); l'enquête est menée lentement. Il ne se passe finalement pas grand-chose tout au long de ces  pages et pourtant le lecteur ne s'ennuie pas. Il a envie de savoir la suite, de découvrir le meurtrier et surtout de savoir comment tout ça va se terminer.

Tout ça? Quoi? Un simple meurtre, au départ. Puis un deuxième. Ensuite une affaire qu'on a étouffée bien des années auparavant : un enfant a été retrouvé mort à l'endroit du crime. Et finalement, un dernier meurtre pour lequel le meurtrier est nommé directement. 

Les personnages? 

Trois femmes : une vieille que l'on déteste d'emblée, toujours à fouiner partout, qui a un avis sur tout, et qui semble connaitre le meurtrier, une jeune et très jolie femme, l'institutrice du village, principale suspecte et, en même temps, très proche de l'inspecteur chargé de l'enquête, qui en tombe amoureux, et puis, une fillette très douée en peinture. 

Autour de ces personnages en gravitent d'autres : le mari de l'institutrice qui, par jalousie, a peut-être tué l'ophtalmologue retrouvé mort dans un ruisseau, la femme du mort, trompée à maintes reprises, les amis et amies de la fillette, pas tous très fréquentables, un peintre américain rencontré par la gamine qui finira, lui ausi dans le ruisseau et, bien sûr, les maitresses de l'ophtalmo...

Pour terminer ce récit captivant qui se déroule à Giverny, dans le village de Monet, l'auteur a imaginé un truc dingue, dingue, dingue, que personne, à mon avis, ne peut deviner et que je ne vous dévoilerai évidemment pas. Là, c'est la claque ! Quelle imagination incroyable ! 

Je voue une admiration sans bornes à ses auteurs qui créent, dans leur tête, des histoires abracadabrantes, mais qui se tiennent, qui arrivent à dénouer l'intrigue, à ne pas perdre le lecteur, à le désorienter, à le scotcher ! 

Ajoutons à ce récit hors du commun, une parfaite découverte de la vie de Monet, de Giverny, de l'impressionnisme, des leçons d'histoire de l'art non ennuyeuse et nous avons un roman parfait.

Gros coup de coeur pour moi ! 

Je continuerai la découverte de cet auteur qui pourrait bien devenir un de mes favoris. Il me reste "Un avion sans elle" dans ma PAL. Ensuite, je me plongerai dans sa bibliographie.

coeur

Merci, monsieur Bussi, pour ce si bon moment passé avec vos personnages. 

1er livre lu dans le cadre de mon challenge "Lire sous la contrainte" : Un titre court qui, même s'il compte un "y" ne rapporte pas beaucoup de points : 28 points si je ne me suis pas trompé. 

Ce pavé entre aussi dans le challenge "Un pavé par mois" de Bianca

challenge Lire sous la contrainte

challenge-un-pave-par-mois Bianca

 

 

Posté par philippedester à 06:23 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 février 2016

Le mardi sur son 31

challenge mardi

En ce mardi, je vous présente, en quelques mots, un nouveau roman des éditions Chloé des Lys : Le boiteux de Grattebourg de Rolande Michel. 

Grattebourg : un village au pied d'un château, un village hors du temps, un village dans lequel les superstitions sont tenaces, dans lequel tout le monde se connait : le boiteux, un enfant recueilli par les soeurs du couvent, le rebouteux, rival du médecin, l'institutrice, le maire, le boulanger,... Un village sur lequel rôde l'ombre du comte, propriétaire du château. Nul ne sait s'il est toujours vivant...

Dans ce village tranquille, des événements bizarres ont lieu... Les langues vont bon train. Il faut trouver un coupable...

A la page 31, on peut notamment lire

" Un quartier de lune éclaire les arbres. De leurs bras qui se meuvent au gré du vent, ils dessinent des formes inquiétantes. Sont-ils porteurs de messages? Peut-être bien...
Derrière un sombre écran de verdure, enveloppées par une sorte de brume, il (le boiteux) devine les tours du château. Le couvent est là, à quelques mètres. Il presse le pas..."

Posté par philippedester à 05:48 - Commentaires [4] - Permalien [#]

30 janvier 2016

Les livres prennent soin de nous de Régine Detambel

régine

Quand j'ai découvert ce livre dans une grande libraire de Lille, le titre m'a tout de suite interpellé. Depuis un certain temps, je m'intéresse à la bibliothérapie; je pense réellement que des livres peuvent si pas guérir, du moins aider à aller mieux. J'ai donc acheté ce livre que j'ai lu tout de suite. 

Eh bien, j'ai été déçu ! Je m'attendais à autre chose. Je trouve que ce livre est redondant. L'auteur répète cent fois la même chose avec d'autres mots. 

Dans les premiers chapitres, elle cite pas mal de livres qui font du bien. Je me suis dit que ma PAL allait encore bien grossir... Heureusement ce n'est plus le cas dans les chapitres suivants.

Définition

La bibliothérapie est l'utilisation d'un ensemble de lectures en tant qu'outils thérapeutiques en médecine et en psychiatrie. Et un moyen de résoudre des problèmes personnels par l'intermédiaire d'une lecture dirigée. 

Hélas, le bibliothérapeute semble préférer deux catégories de textes : les livres de psychologie et les livres dits "d'auto-traitement". 

Parfois le fait de donner une signification  à ce qu'on lit est accessoire. C'est l'infusion qu'on recherche. 

Bibliographie  Voilà les titres et auteurs cités. Les connaissez-vous?

- Les nourritures terrestres d'André Gide

- Face aux ténèbres de William Styron

- Une vie bouleversée d'Erry Hillesum

- La naissance du jour de Colette

- Un barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras

- Tout ce que j'aimais de Siri Hustvedt

- L'enfant éternel de Forest

- Le veilleur infidèle de Marie Didier

- Coelho, Bobin

Extraits

Il faut prendre conscience du miroir que nous tendent les romans et les choisir en conséquence ! 

Le lecteur échappe au moins temporairement à l'angoisse, à la tristesse. 

Tout principe actif est à la fois un poison et un remède : un livre peut blesser ! 

Quand de terribles crises réveillent des blessures anciennes, les gens achètent des livres. 

On peut une détente notable chez le patient par la récitation de strophes de trois alexandrins suivis d'un vers de six syllabes. 

Si l'on est déprimé et ruminant, c'est parce qu'on a perdu la faculté d'anticiper, c'est à dire de se projeter dans l'avenir. Le récit réhabilite la capacité d'anticipation.

Recopier, c'est faciliter la mémorisation. Recopier quelques vers d'une poésie vaut le coloriage d'un mandala. 

La lecture à voix haute est particulièrement réparatrice. 

Lire, c'est mon pays. Rien ne manque quand je lis, le temps disparait et je ne dépends de personne pour cela. 

C'est à l'intuition du bibliothérapeute, au terme de patients échanges, de dénicher les pages qui remettront en mouvement tel ou tel lecteur et lui permettront de renouer avec sa vie intérieure, suspendue, arrêtée, fracturée par la souffrance psychique.

Tous les livres recèlent des mystères prêts à émouvoir certains lecteurs et les mettre en péril. 

L'histoire permet à l'enfant de mettre ses peurs à distance. 

Les mots que nous lisons n'ont pas leur fin en eux-mêmes, mais en nous. 

J'aime vivre dans les livres. 

Les bons livres sont ceux qui déterminent dans la conscience du lecteur un changement profond. 

Le chaleureux bouquin qu'on vous lit à haute voix relie un malade hospitalisé à la communauté des vivants. 

La lecture, ce loisir passif, improductif, culpabilisant.  Tyrannie ou folie, nous ne pouvons ignorer que le début du XXe siècle mettait en garde contre les dangers contenus dans les livres. 

Le livre procure du plaisir. Il nous ouvre aux autres et au monde. Nos neurones libèrent des endorphines qui permettent d'améliorer l'humeur et de limiter la douleur. 

 Citations

"Je n'ai jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture n'ait dissipé." Montesquieu

" Si la vieillesse est un naufrage, la page est un cadeau." Henry Bauchau

" A raconter ses maux souvent on les soulage." Stratonice

 

Posté par philippedester à 21:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

27 janvier 2016

Robe de marié de Pierre Lemaitre

robe

 

Pas de mardi sur son 31 cette semaine car j'étais toujours en train de lire "Nymphéas noirs" que j'ai maintenant terminé. 

Mais je vous parle d'un autre thriller tout aussi génial : "Robe de marié" de Pierre Lemaitre. 

Voilà un auteur qui porte bien son nom, un vrai maitre du thriller ! 

Voici un thriller psychologique qui vous attache sur votre chaise, les idées et les questions se bousculent dans l'esprit du lecteur soumis à rude épreuve : accompagner Sophie, Sophie la folle, Sophie la violente, Sophie la tueuse, Sophie l'amnésique, sur son chemin piégé, piégé par un type qui deviendra... Mais chut, je ne peux pas tout vous dévoiler.

J'avais déjà lu Lemaitre, j'ai même lu une trilogie en 4 volumes de Lemaitre ! Je savais donc de quoi il était capable ! Mais là, c'est le summum dans le contrôle de l'esprit de son lectorat ! Une véritable réussite ! Un vrai coup de coeur pour moi ! 

Allez, je vous dévoile quelques notes de ce récit, quelques-unes seulement : 

Sophie est très perturbée, son mari est mort dans d'étranges circonstances, elle oublie tout de ce qu'elle fait, son cerveau part en vrille. Elle devient baby-sitter et, un matin, elle trouve le petit mort dans son lit. Manifestement il a été assassiné. Manifestement elle l'a assassiné. Mais elle ne s'en souvient pas ! 

Elle prend peur et fuit. Elle rencontre une jeune femme qu'elle retrouve très vite baignant dans son sang. Un deuxième meurtre dont elle ne se souvient pas?

Puis un troisième en la personne de l'homme qui l'a embauchée pour un travail au noir? 

Sophie est folle, du moins quelqu'un veut le lui fait croire...

J'en ai dit assez? Non? Vous en voulez encore?

Sophie a changé d'identité, elle a réussi à échapper à la police et, pour se mettre définitivement à l'abri, elle doit épouser un homme, n'importe lequel fera l'affaire pourvu que cette affaire se règle vite. Elle rencontre quelques candidats au mariage et, quelques semaines plus tard, elle épouse...le loup, le loup qui a réussi à entrer dans la bergerie.

Bon, là, c'est tout. Vous voulez en savoir plus? Lancez-vous sans plus tarder sur ce thriller psychologique extraordinaire. L'imagination de Lemaitre n'a pas de limites ! 

Je pensais avoir lu tous les bouquins de cet auteur. Apparemment il me reste "Cadres noirs". A bientôt alors, Pierre ! 

coeur

 

 

Posté par philippedester à 21:15 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,



24 janvier 2016

Le test de Stéphane Allix

allix

Disons-le tout de suite : ce livre m'a un peu déçu. Je m'attendais à autre chose, des preuves réelles sur la vie après la mort, sans doute.

Ce bouquin est bien conçu, bien documenté. Stéphane Allix est objectif; il pose et se pose les bonnes questions, mais je suis un peu resté sur ma faim.

Quand je lis ce genre de livre, j'ai souvent envie de poser des questions et je suis toujours un peu frustré de ne pouvoir le faire...

Qu'est-ce que le test?

Lorsque le père du journaliste est décédé, Stéphane Allix  caché des objets dans son cercueil. Il lui avait annoncé la couleur avant. Il lui avait parlé du test et son père savait que c'était très important pour lui. 

Il a donc caché des objets, n'en a parlé à personne et est allé voir six médiums qu'il connaissait. Il leur a alors demandé de se mettre en communication avec l'homme dont il montrait la photo. Il attendait donc que son père, de lui-même, parle du test et cite les objets cachés, mais s'il était bien présent, il a fallu lui tirer les vers du nez, c'est le cas de le dire! 

Stéphane Allix trouve les résultats du test très concluants, moi pas. Je me pose toujours autant de questions.

Il semblerait que les médiums étaient bien en communication avec Jean-Pierre Allix car ils ont pu donner beaucoup de détails que seul Stéphane connaissait ou même qu'il ne connaissait pas et qu'il a dû vérifier. 

Pour lui, en tout cas, ça ne fait aucun doute, la mort n'existe pas. Après la vie terrestre, il y a une autre vie, c'est juste un passage, une étape de notre existence.

Je vérifierai ça, mais pas trop vite, j'espère ! 

Posté par philippedester à 19:50 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

20 janvier 2016

Juste pour lui dire au revoir de Christophe Meseure

au revoir

Je suis régulièrement les publications des éditions Chloé des Lys (qui est un peu mon écurie) et je note des titres qui sont susceptibles de m'intéresser. Il y a quelques auteurs que je suis, sachant à l'avance que leur écriture va me plaire. 

De temps en temps, je suis interpellé par le roman d'un parfait inconnu. C'est le cas de "Juste pour lui dire au revoir" de Christophe Meseure.

Qu'est-ce qui m'a attiré dans ce roman? Sans doute le fait qu'il oscille entre réalité et surnaturel. 

J'ai toujours été attiré par la vie après la mort, les médiums, le spiritisme, les poltergeists, ... 

Nous sommes assez loin de tout ça dans ce roman, mais le héros est confronté "l'après-vie". 

Sylvain a perdu sa femme, puis sa fille et se retrouve donc seul au monde. Un jour, il rencontre une vieille femme qui lui propose de revoir sa fille une dernière fois. Elle lui parle des Indiens Kayapos qui communiquent avec les esprits grâce à une herbe. Elle lui en propose une dose, mais lui confie une mission... Venger sa propre mort, car elle sait qu'elle va bientôt être assassinée.

Sylvain devient vite suspect dans l'assassinat de la vieille dame. Il ne sait pas encore qu'il a mis le pied dans un nid de serpents prêts à tout pour récupérer l'herbe des Indiens. 

Mon avis est un peu mitigé sur ce livre. Le sujet est intéressant, le suspense est présent, les rebondissements nombreux, ... Le lecteur ne s'ennuie pas une seule seconde et se pose beaucoup de questions. Là où j'ai été un peu gêné, c'est par le style de l'auteur, les quelques maladresses orthographiques, grammaticales et syntaxiques que j'ai relevées au fur et à mesure du récit. J'ai eu plusieurs fois l'impression que l'auteur n'employait pas le mot qu'il fallait, qu'il voulait utiliser de belles expressions, mais qu'elles ne tombaient pas toujours au bon endroit. Etrange impression...

Un premier roman de Christophe Meseure assez réussi dans l'ensemble. 

Dernier livre qui entre dans le cadre de mon challenge "Lire sous la contrainte", avec un peu de retard. 

challenge Lire sous la contrainteJuste pour lui dire au revoir

Posté par philippedester à 21:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 janvier 2016

Le mardi sur son 31

challenge mardi

Cette semaine, j'ai commencé un livre que j'ai gagné chez Valentyne. J'ai un peu tardé à le lire. Cette fois, il entre dans le cadre de mon challenge, je m'y suis donc mis. Presque 500 pages quand je travaille, c'est un peu beaucoup, mais je vois qu'il se lit facilement. 

Le titre? "Nymphéas noirs".

L'auteur? Michel Bussi que j'ai découvert récemment avec "N'oublier jamais". 

L'action se déroule à Giverny, lieu cher à Monet, que j'ai eu l'occasion de visiter. 

Un ophtalmologue a été retrouvé assassiné dans un ruisseau. L'enquête commence.

A la page 31, on peut notamment trouver

"- Michel, fais reculer le public. Ludo, file-moi des gants en plastique, on va lui faire les poches, à notre ophtalmo, quitte à se mouiller les pieds si on ne veut pas déplacer le corps."

 

Posté par philippedester à 06:53 - Commentaires [7] - Permalien [#]

17 janvier 2016

Lire sous la contrainte 26e session

Nous sommes 12 (à l'heure où je tape ce billet) à avoir participé à mon challenge qui avait pour thème "les 5 voyelles de l'alphabet". La contrainte n'était pas si difficile qu'il y en avait l'air; j'avais vérifié avant.

28 livres ont été lus dans le cadre de ce challenge. Pas mal comme résultat ! Moi, j'en ai retiré 5 de ma bibliothèque, c'est déjà ça !

challenge Lire sous la contrainte

Comme d'habitude, vous pourrez voir les titres lus et trouver les liens qui y mènent ici. (http://phildes2.canalblog.com/)

Tant que mon challenge fonctionne un peu et que je trouve des idées (certaines d'entre vous ne sont pas contre le fait que je reprenne les thèmes précédents, on verra...), on continue.

Alors? La nouvelle contrainte, me direz-vous?

challenge Lire sous la contrainte

C'est un challenge un peu particulier que je vous propose aujourd'hui : 

Vous savez qu'au jeu du scrabble toutes les lettres valent des points. Je vous propose donc de lire des livres dont le titre vaut le plus cher. Il faut donc additionner la valeur de chaque lettre du titre et former ainsi le mot qui compte le plus de points possible. 

Attention pour les séries : seul le titre du volume lu compte ! 

ex Dans le titre "Le puits des mémoires, 1: La traque" de Gabriel Katz, seul le titre du volume 1 "La traque" compte ! Capito? 

Voilà, je trouvais ça plutôt marrant. Si vous voulez aussi vous amuser, je vous attends dans ce challenge.

Pour vous aider, voilà la valeur des lettres : 

  • A,E,I,L,N,O,R,S,T,U : 1 point
  • D,G,M : 2 points
  • B,C,P : 3 points
  • F,H,V : 4 points
  • J,Q : 8 points
  • K,W,X,Y,Z : 10 points

Il est évident que vous devez trouver des titres qui contiennent des K,W,X,Y,Z J'en ai quelques-uns. Et vous? 

Alors qui trouvera le titre le plus cher? 

Reste à choisir une date pour la remise des copies : 28 février, ça vous va? 

 

 

Posté par philippedester à 06:13 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

15 janvier 2016

Trois éclats toutes les vingt secondes de Françoise Kérymer

trois-eclats-toutes-les-vingt-secondes

Dans ma bibliothèque, je recherche les livres qui peuvent correspondre à mon challenge du mois. Un titre qui contient 5 voyelles différentes, une couverture qui me plait beaucoup, une 4e de couverture qui me tente. Allez, je sors ce livre de son rayonnage.

Déçu? Enthousiasmé? 

Un peu les deux, je dirais.

J'ai accroché tout de suite à la lecture de ce bouquin à cause ou grâce au petit héros : Camille, un enfant très différent des autres, attachant, sympathique, très doué pour ne pas dire surdoué, qui s'intéresse aux mots (il utilise régulièrement le dictionnaire), à la lecture, à la musique, un enfant qui retient tout, tout ce qu'il voit, tout ce qu'il entend, un enfant qui manque d'amour aussi, et sans doute de claques car il a tendance à piquer des crises quand tout ne va pas comme il le voudrait ! 

J'ai lu très vite les premières pages, puis j'ai un peu déchanté. J'ai trouvé le style assez lent, les choses se passent lentement, il n'y a pas beaucoup de rebondissements, de suspense, ...

Et puis, Emma, la mère de Camille est molle, sans ressort et ce genre de personne a tendance à m'énerver. Bien sûr, on peut lui trouver des circonstances atténuantes : elle est là, presque en prison sur l'ile de Sein qu'elle ne peut quitter sous aucun prétexte, son mari la surveille de loin, elle n'a pas pu s'adonner à sa passion : dessiner des costumes de théâtre, et elle a bien du mal à exprimer son amour à son petit garçon. Elle l'aime, c'est sûr, mais il est tellement différent de ce qu'elle voudrait...

Sur l'ile, Emma rencontre Armelle, la tenancière du petit restaurant dans lequel elle va prendre ses repas avec son fils (tout est payé d'avance par son mari ! ). Armelle est une femme extrêmement sympathique qui va s'éprendre du petit garçon.

Ensuite elle rencontrera Louis-Camille, un solitaire, musicien, ex-chef d'orchestre, qui lui fait un peu peur. Par contre, Camille n'aura de cesse d'apprivoiser cet homme un peu bourru.

Puis il y a Ronan, Ronan qui touche la belle au fond d'elle-même, qui la perturbe, qui est une vraie tentation pour elle...

Et au loin, il y a un masseur chinois qui lui envoie des SMS et qui est la cause de son "emprisonnement" sur l'ile.

Entre tous ces gens, des liens existent ou se créent. 

Et au centre, bien sûr, il y a ce petit garçon particulier qui ne peut laisser indifférent...

Un livre qui se termine bien, le lecteur s'en doute très vite, pas très long (250 pages) et qui pourtant m'a semblé beaucoup plus long. Je l'ai terminé avec un sentiment de satisfaction. Je lui donnerais donc une bonne note mais...

Livre lu dans le cadre de mon challenge "Lire sous la contrainte".

challenge Lire sous la contrainteTrois éclats toutes les vingt secondes

 

 

Posté par philippedester à 20:34 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,