D'un livre à l'autre

14 novembre 2018

Les morsures du passé de Lisa Gardner

Les morsures du passé par GardnerVoilà encore un coup de coeur d'une de mes auteurs préférés! Presque chaque livre lu de Lisa Gardner est un coup de coeur pour moi.

Il s'agit ici d'un thème grave : la violence chez des enfants ayant subi des atrocités ou même causée par une maladie et des médicaments. L'auteure parle aussi d'enfants atteints d'autres pathologies mentales. 

Boston : 5 morts. Tous de la même famille. Apparemment, le père a tué sa femme et ses enfants avant de se donner la mort. Les soupçons des enquêteurs se portent sur un des fils...

Une autre famille est retrouvée assassinée. Là aussi un enfant à  problèmes. C'est le seul lien entre les deux affaires. Les parents, ici, sont des dealers alors que la première est une famille "bien", catholique pratiquante. 

Dans ce roman, on retrouve DD Warren que les fans de l'auteur connaissent bien. Cette fois, elle est un peu dépassée par les événements. 

L'enquête piétine mais se dirige vers un hôpital psychiatrique. Danielle, une infirmière a connu un grand drame quelque vingt ans plus tôt et la date anniversaire approche...

Victoria, elle, vit seule avec son fils. Elle le sait dangereux et pourrait s'en prendre à sa petite soeur. Aussi, les parents se sont séparés, le père ayant emmené la fillette. Victoria refuse de placer son fils en institution. Pourtant, un jour, le gamin dépasse les limites de l'acceptable...

Un page-turner bien ficelé que j'ai eu du mal à lâcher, écrit avec beaucoup de sensibilité. Et bien sûr le responsable de ces meurtres est celui qu'on attend le moins. Petit bémol : je n'ai pas très bien compris les motivations de ce dernier.

Livre lu dans le cadre de mon challenge "Lire sous la contrainte" avec le mot "passé". 

challenge Lire sous la contrainteLes morsures du passé

 

Posté par philippedester à 06:39 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,


13 novembre 2018

Le mardi sur son 31

challenge mardiJe croyais avoir lu tous les romans d'Harlan Coben. Eh bien, non ! J'ai trouvé "A quelques secondes près" dans ma boite à lire. Le héros de cette histoire n'est pas Myron Bolitar, mais son neveu, Mickey. 

Une de ses amies s'est fait tirer dessus et c'est lui qui va mener l'enquête. 

A la page 31, on trouve notamment

"Je devais réfléchir à la façon de l'aborder, et pour ça tout reprendre en détail, considérer toutes les possibilités, en m'efforçant de rester logique. Sans compter que j'avais d'autres obligations à ne pas négliger."

Posté par philippedester à 06:08 - Commentaires [4] - Permalien [#]

10 novembre 2018

Et je serai toujours avec toi d'Armel Job

Et je serai toujours avec toi par JobNous sommes à l'automne 1995. Un homme, en panne de voiture, vient demander de l'aide dans la maison la plus proche. 

Une jeune veuve catholique fervente, Teresa, lui donne asile le temps de faire réparer son véhicule. 

Des faits troublants secouent la jeune femme. Elle est persuadée que cet homme est envoyé par Dieu pour répondre à la promesse de son défunt mari : "Je serai toujours avec toi". 

Les fils de Teresa, Tadeusz et André voient d'un mauvais oeil l'irruption de cet homme dans le milieu familial. Ils décident d'enquêter à son sujet et ce qu'ils trouvent semble prouver que cet homme, un Croate qui a fait la guerre, ment. Mais Teresa ne veut rien entendre, elle ne veut pas se séparer de celui qui est devenu son amant. 

Teresa a trouvé un travail pour Branko dans une entreprise voisine. Mais voilà qu'une employée de cette entreprise est retrouvée morte dans les bois. Les yeux se tournent vers l'étranger. La jeune femme tournait beaucoup autour de lui. 

Seulement, il s'avère qu'elle avait été la maitresse de Tadeusz. Celui-ci aurait pu être jaloux...

Chaque chapitre donne la parole à un des deux frères, ce qui est intéressant, car le lecteur connait les sentiments de chacun sur les mêmes faits. 

La construction de ce récit tient le lecteur en haleine d'un bout à l'autre du récit. 

Encore un roman d'Armel Job que je vous recommande vivement. 

Livre lu dans le cadre de mon challenge "Lire sous la contrainte" dont le thème est "le temps qui passe". 

challenge Lire sous la contrainteEt je serai toujours avec toi. 

Posté par philippedester à 06:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

07 novembre 2018

600 heures dans la vie extraordinaire d'Edward Stanton de Craig Lancaster

Résultat de recherche d'images pour "600 heures dans la vie extraordinaire d'edward stanton + blog"Voici le livre que j'ai reçu pour les matchs de la rentrée littéraire. Un livre que je n'aurais sans doute jamais lu si ce concours n'avait pas existé. Merci donc pour ce beau cadeau ! 

La couverture est attirante; la quatrième parle d'un autiste asperger souffrant de troubles obsessionnels compulsifs. Je savais que le sujet allait m'intéresser, mais il fallait voir comment il était traité. 

Ce roman est drôle par moments : il m'a fait rire ou au moins sourire à lancer son "bordel à cul" chaque fois que quelque chose bouleversait le cours régulier de son existence, à chaque fois que quelque chose le tourneboule

Il m'a fait rire à chaque fois qu'il trouve que sa psy est une femme d'un pragmatisme éclairé.

Ce roman est également émouvant par moments : Edward a 39 ans, mais parfois, dans ses pensées ou ses gestes, il est encore un enfant. Je dois dire que je me suis beaucoup attaché à lui. Je l'ai quitté avec regrets. 

Edward vit seul dans une maison payée par son père. En fait, son père paie tout ce qu'il dépense, mais surveille ses factures et lui reproche de dépenser tout. Père et fils s'aiment, mais n'ont jamais su le dire. Il faudra attendre la mort de M. Stanton senior (ouf ! le voilà parti !) pour que les sentiments se dévoilent. 

Ses troubles obsessionnels compulsifs le poussent à archiver plein de choses : l'heure exacte à laquelle il se réveille (7h38 en général, mais ça peut aussi être 7h37 ou 39 ou encore 40 !). Il note aussi les températures maximales et minimales chaque jour. 
Il peint et repeint sa maison et son garage tous les ans. Cette fois, il n'a pas pu choisir entre trois couleurs. Il a donc peint le garage trois fois de suite. 

Un jour, un petit garçon vient l'aider à peindre. Edward est un peu tourneboulé car le garçon change ses habitudes, mais le petit est charmant et Edward s'en fait un ami. C'est le fils de la nouvelle voisine qui, au début, ne voit pas d'un très bon oeil les relations que son fils entretient avec l'adulte. 

C'est malheureux, mais de nos jours, on pense tout de suite à mal ! 

Edward écrit aussi des lettres de réclamations à différentes personnes et les archive. Il ne les envoie pas suivant le conseil de sa psy. 

Un jour, il s'inscrit sur un site de rencontres. Le voilà encore bien tourneboulé ! 

Un livre que j'ai dévoré, que j'ai adoré, même si j'ai sauté quelques passages : le résumé du feuilleton qu'il regarde chaque jour depuis des années à 22h pile, le récit de son lever à 7h38, les souvenirs des matchs de football américain auxquels il a assisté avec son père. 

Un livre émouvant, profondément humain que je conseille à tout le monde. Un livre qui peut faire réfléchir sur la vie, les différences, l'amour, les sentiments,...

 40748396_1132274796920278_5312347002908966912_n

Posté par philippedester à 06:45 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 novembre 2018

Le mardi sur son 31

challenge mardiSecrets de famille à gogo dans "Le souffle glacé du passé" de Lulu Taylor

Delilah vient d'épouser John. Elle quitte tout pour aller vivre avec lui dans un fort, une énorme bâtisse froide et austère. Le père de John vit reclus dans une dépendance tandis que sa mère est morte, mais d'elle on ne parle jamais. Pourtant, elle est présente sur certaines photos et Delilah voudrait en savoir plus sur sa belle-mère. 

Un jour, elle va fouiller le grenier et découvre des malles de vêtements...

A la page 31, on trouve notamment

" Parfois, quand elle contemplait la photo qui montrait John et sa mère main dans la main, elle brûlait de savoir ce qui se cachait derrière ce regard impassible camouflé par de grosses lunettes de soleil. Malheureusement, elle ne le découvrirait jamais..."

Posté par philippedester à 06:24 - Commentaires [3] - Permalien [#]


03 novembre 2018

Le quatrième soupirail de Marie-Sabine Roger

Résultat de recherche d'images pour "le quatrième soupirail"Livre trouvé par hasard dans une boutique de livres neufs à prix réduit, je ne connaissais pas ce titre de M-S Roger, auteure que j'aime beaucoup. 

L'auteure m'a habitué à des livres sinon plus légers, plus faciles à lire. J'avais été un peu bousculé par "Les encombrants", un recueil de nouvelles sur les personnes âgées. Sinon, l'auteur peut traiter des sujets graves avec de l'humour comme dans "La tête en friche". 

Ici, pas question d'humour, le sujet est trop grave ! 

Nous sommes dans un pays d'Amérique du Sud soumis à une dictature dans laquelle écrire de la poésie est un crime. La liberté d'opinion y est bannie. 

C'est ainsi que le père de Pablo est enlevé par des soldats sous les yeux de l'adolescent et conduit en prison où il est torturé. 

Le gamin se retrouve seul et rencontre un réseau de résistance. Il va y entrer et, avec l'aide de ces gens qui se battent contre le régime en place, essayer de retrouver son père et de le tirer des griffes du mal...

Mais dans la vie tout ne se termine pas toujours comme on le voudrait...

A ne pas lire si vous avez le moral en berne ! 

challenge jeunesse 20192/10

Posté par philippedester à 06:39 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

02 novembre 2018

Hé, petite ! de Yaël Hassan

Résultat de recherche d'images pour "hé petite"C'est suite à un accident de voiture que Yaël Hassan s'est mise à écrire. Immobilisée dans un lit, elle a participé à un concours qu'elle a gagné. C'est ainsi qu'est né "Un grand-père tombé du ciel". 

Ce premier roman a fait d'elle une auteure jeunesse de premier ordre. J'ai aimé beaucoup de ses romans et particulièrement la série des "Momo". 

J'ai découvert, par hasard, un livre que je ne connaissais pas : "Hé, petite!", un roman sur la différence. L'auteure décrit la souffrance provoquée par les moqueries, les remarques désobligeantes, les regards insistants. 

Ce livre parle aussi d'espoir, de combats à mener pour faire de sa différence un atout. 

Une visite médicale suffit pour que la narratrice passe des tests médicaux qui lui apprennent qu'elle ne dépassera sans doute pas le mètre quarante-sept. Les écarts se creusent d'année en année avec ses copines de classe. Les garçons semblent moins intéressés par sa taille. 

Elle se présente un jour à un casting de danseuse. Dans la salle d'attente, toutes les filles rigolent. Ce minus n'a vraiment aucune chance et pourtant...

Joie, déception, peines, dépassement de soi,... La petite connait les joies et les difficultés de l'existence. Se battre pour exister, tel sera son leitmotiv journalier. 

Je ne suis pas arrivé au bout du challenge jeunesse de Muti (7/10). Voici le premier livre pour la nouvelle session de son challenge. 

challenge jeunesse 20191/10

 

Posté par philippedester à 21:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

31 octobre 2018

Terminus pour l'humanité d'Arnaud Niklaus

Couverture de Terminus pour l'humanité par Arnaud NiklausJ'ai entendu parler d'un site "Simplement.pro" où de jeunes auteurs publient leurs oeuvres qu'ils offrent à la lecture de tout un chacun. La seule condition est de rédiger un billet sur ce qu'on pense du bouquin. 

Je m'y suis inscrit et j'ai reçu une demande d'Arnaud Niklaus pour la lecture de son recueil de nouvelles "Terminus pour l'humanité". 

Comme je devais rédiger ma chronique avant le 31 octobre, je m'empresse de publier ce billet. 

Il est toujours difficile de parler de nouvelles tant celles-ci peuvent être différentes. Voici donc quelques mots à propos de ces huit textes formant le recueil. 

1) El Diablo : Un homme a plutôt intérêt à être poli et agréable avec sa belle-mère ! Un jour, il découvre sa belle-mère baignant dans une eau rouge et tenant un couteau et un chat à la main. Participe-t-elle à un genre de messe noire? Sa belle-mère lui fait peur. Il pense qu'il vaut mieux lui plaire et lui rendre service...

2) Sous le chapiteau : Anna est divorcée. Elle emmène sa petite fille Louise au cirque. Là, elles assistent à un spectacle d'amateurs. Le visage d'un clown lui dit quelque chose. Un peu plus tard, elle le trouve chez elle...

3) Predator : Un  jeune homme, champion de natation, change tout à coup de personnalité. Le voilà agressif, prétentieux, désagréable,... Que lui est-il donc arrivé? 

4) L'appel aux armes : Peter rencontre Habib sur Internet le jour où il ouvre son compte Facebook. Directement les jeunes se mettent à discuter du sens de la vie, de la société; de la vérité. Habib lui parle de son livre sacré et lui confie une mission. Il doit rencontrer un ami à lui qui lui donnera un cadeau de sa part. Peter lui obéit et reçoit une valise noire qu'il emporte à l'école...Cette nouvelle est intéressante, mais manque un peu de suspense. 

5) L'enfer se fige : Que ne ferait-on pas pour rajeunir et devenir svelte? Deux amies iront loin, très loin pour y arriver ! Suspense pour cette nouvelle : mais que vont-elles donc faire? 

6) Le chemin du jugement : Une joggeuse rencontre un étrange personnage. Serait-il le diable? Il lui interdit de prononcer ce mot. Par contre, il a un travail très intéressant et très bien payé pour elle. Pactisera-t-elle avec le prince des ténèbres? 

7) Gardien du tombeau : Un étudiant lève une serveuse dans un bar. Elle l'emmène chez lui, mais sa première fois ne sera pas celle qu'il espérait ! 

8) Créature de la nuit : Alexandre est veilleur de nuit. Il travaille avec un collègue, Ali. Celui-ci lui parle de rencontres bizarres qu'il a faites au long de sa carrière. Alexandre s'en moque ouvertement. Pourtant, il va être obligé de le croire ! 

Arnaud N veut faire peur avec ses nouvelles. Je dois dire qu'il n'a pas réussi à me faire frissonner. Je lis Stephen King ou Maxime Chattam, ce ne sont donc pas ces textes qui vont me faire trembler. 

Ce que j'aime dans les nouvelles, le plus souvent, c'est la chute qui doit me surprendre. Je n'ai pas été convaincu par celles-ci. 

Une chose m'a fortement dérangé : l'orthographe un peu douteuse ! Les verbes sont souvent mal accordés; il y a parfois confusion entre les verbes et les participes passés. Sinon, au point de vue de la construction des phrases, c'est correct. J'ai aussi trouvé des fautes de frappe et même des mots manquants. 

J'ai eu l'impression de lire un brouillon, un livre non relu qui a besoin d'un petit coup de nettoyage. 

C'est très bien de publier, mais il faut présenter un livre correct par respect pour son lectorat ! 

 

 

 

Posté par philippedester à 19:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

La vraie vie d'Adeline Dieudonné

Résultat de recherche d'images pour "la vraie vie dieudonné"Voilà un livre phénomène ! On le voit partout, on rencontre son auteure partout. Ce livre est pressenti pour les prix Goncourt ou Renaudot. 

J'étais très curieux de voir ce que donnait ce premier roman. 

Eh bien, franchement, tout au long du récit, je me suis demandé ce qu'on lui trouvait. Une fois de plus, je me trouvais en marge de la majorité des lecteurs ! 

Quand j'ai refermé le livre, je me suis demandé si j'avais aimé ou pas. J'ai détesté certains passages, ça, c'est sûr ! Mais je me suis attaché à l'héroïne sans nom de ce roman. Et je dois avouer que l'histoire tient bien debout. 

L'héroïne qui est aussi la narratrice vit dans un lotissement avec un père chasseur et violent, une mère transparente, craintive,battue et renfermée (une amide!) et un petit frère qu'elle adore. Chez elle, il y a 4 chambres: la sienne, celle de son petit frère Gilles, celle des parents, et celle des cadavres : les animaux tués par son père puis empaillés. Cette chambre est interdite aux enfants. 

Un jour, un accident a lieu devant les yeux des enfants : le marchand de glace à la tête qui explose à cause du siphon qui lui permet de mettre de la crème fraiche. C'est ce passage surtout que j'ai détesté ! 

A partir de ce jour, Gilles va changer de tout au tout comme si une bête, une vermine lui était entré dans la tête. 

L'héroïne veut effacer ce moment en inventant une machine à remonter le temps. Elle étudie la physique et rencontre un vieux professeur dont la femme a le visage recouvert d'un masque...

Un jour, son père organise une chasse. Ce jour-là, on ne tuera aucun animal, la proie, ce sera elle, la narratrice sans nom !

Après ce jour, tout va changer...

Ce livre n'est pas nul, pas mal écrit. L'histoire est intéressante, pas ennuyeuse, mais... Mais quelque chose m'a dérangé, voire mis mal à l'aise parfois. 

Je dirais que c'est un roman très spécial qu'on aimera...ou pas ! A vous de juger ! 

 

Posté par philippedester à 06:36 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

30 octobre 2018

Le mardi sur son 31

challenge mardiUn roman de Lisa Gardner qui correspond à la contrainte de mon challenge. Yes ! J'adore cette auteure et, une fois encore, je suis accro ! Le titre : "Les morsures du passé". 

Le thème de ce roman est la violence, mais particulièrement la violence d'enfants particuliers, des enfants qui ont subi un traumatisme et une partie du récit se déroule dans un hôpital psychiatrique. 

A la page 31, on trouve notamment

"Je m'approche de lui sans trembler et je lui tends le flacon de lorazépam. "Je t'en prie, chéri. Tu sais que je t'aime. Je t'en prie." En guise de réponse, il ramasse des excréments et s'en barbouille le ventre. "Je te tuerai", dit-il, plus calmement comme une chose anodine."

Posté par philippedester à 06:46 - Commentaires [3] - Permalien [#]