D'un livre à l'autre

07 février 2023

Gabriel de Valérie Tong Cuong

GABRIEL N.É. : TONG CUONG,VALÉRIE: Amazon.ca: LivresAlors que "Par amour" avait été un de mes gros coups de coeur de l'an dernier et que j'ai poursuivi avec "Pardonnable, impardonnable" et "L'atelier des miracles", 2 romans auxquels j'avais bien adhéré, voici une grosse déception ! J'ai détesté "Gabriel", un roman que je vais m'empresser d'oublier. 

Heureusement, il ne fait que 150 pages. J'ai donc pu le lire en un jour. 

D'abord, je trouve la couverture super moche, mais ça, c'est une autre histoire. 

Ensuite, j'ai eu bien du mal à entrer dans le récit. 

Gabriel est à un an de la retraite. Il a une femme aimante et deux grands enfants. Sa fille est plutôt charmante, gentille avec lui, mais souvent absente. Elle vit sur les ailes du vent. Son fils se sent supérieur à lui, il est suffisant, arrogant, prétentieux,... Bref ! Gabriel comment il a pu engendrer un type pareil. 

Un jour, il quitte tout. Il part sans but précis, sans bagages, sans argent, sans rien. Il rencontre un type dans la rue qu'il suit jusqu'à chez lui. 

Gabriel a une passion : le chant. Et le voilà chanteur dans un club transformiste. 

Un jour, un ancien collègue le découvre là, habillé en femme. Il prévient sa femme et ses enfants qui le font enfermer dans un hôpital psychiatrique où il va rencontrer un type pour qui l'important, c'est le vide...

Un roman insipide, un voyage étrange à la frontière de la folie dans lequel je n'ai pas pu pénétrer. 

Comme quoi, on peut adorer un roman d'un auteur et en détester un autre du même auteur. 

smiley 2

Posté par philippedester à 21:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


05 février 2023

Embrouille en Corse de Peter Mayle

Embrouille en Corse par MayleAprès avoir lu "Embrouille en Provence", j'ai embrayé avec "Embrouille en Corse" dans lequel on retrouve les mêmes personnages. Ce tome est suivi de "Embrouille à Monaco", mais ce titre ne se trouve pas dans ma PAL.

Les Américains rencontrés dans le tome précédent sont de retour à Marseille afin de passer quelques jours de vacances chez leur ami, l'homme d'affaire et milliardaire Francis Rebout et aussi pour s'acheter une maison dans le Midi. 

Reboul possède évidemment une superbe propriété sur la côte, propriété qui est la convoitise d'un milliardaire russe qui ne reculera devant rien pour l'acquérir. 

Quand le Russe s'associe à la mafia corse, Reboul est vraiment en danger, mais ses amis américains sont là pour le protéger...

Un roman pareil au précédent, léger, sans prise de tête, un peu guide touristique, un peu guide culinaire avec une enquête menée sans l'aide de la police...

NB Je trouve la couverture superbe, moi qui ai envie, depuis des années, de visiter l'ile de beauté ! 

 

Posté par philippedester à 07:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 février 2023

Embrouille en Provence de Peter Mayle

Amazon.fr - Embrouille en Provence - Mayle, Peter - LivresJ'ai découvert Peter Mayle il y a 23 ans avec "Une année en Provence". C'était l'an 2000 (comme le temps passe vite ! ). Cette année-là, j'ai lu 4 romans de l'auteur puis je l'ai oublié...au fond de ma PAL.

Cette semaine, j'ai sorti "Embrouille en Provence" qui sera suivi de "Embrouille en Corse". 

Dans cette "Embrouille en Provence", Peter Mayle, un Anglais installé en Provence, continue les aventures de Dam Levitt, personnage de "Château-l'Arnaque", un titre que je ne connais pas. 

Sam Levitt, emporté par l'enthousiasme de sa petite amie qui a très envie de découvrir la France, Marseille, la Méditerranée, accepte une mission dans le Sud de la France. Ils quittent donc tous les deux leur Texas pour vivre quelque temps à Marseille. 

Il a été engagé par un milliardaire auquel il doit servir de prête-nom pour gagner un marché immobilier. 

Le milliardaire n'est pas le seul en lice et les deux autres candidats ne sont pas décidés à lâcher l'affaire aussi facilement. 

Magouilles, corruptions sont au programme de cette mission. Une intrigue, un peu légère,  qui se déroule sous le soleil du Sud. 

Ce livre est un roman, mais également un guide de voyage et une ode à la bonne nourriture...

Un roman sans prétention, sans prise de tête, sans grand suspense, un peu facile peut-être...

Posté par philippedester à 06:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 février 2023

M, le bord de l'abime de Bernard Minier

M, le bord de l'abîme par MinierLe thème de ce polar est l'intelligence artificielle, un thème un peu compliqué pour les non-initiés (comme moi) mais l'auteur se met aux niveaux des lecteurs lambda. 

Minier prévient ses lecteurs en début de récit : il s'agit d'une fiction, mais tout ça existe et si ce thème est le prétexte pour écrire un polar, il avertit aussi ses lecteurs sur les dangers des nouvelles technologies, des robots etc... Plus aucune liberté, plus d'intimité ne nous seront accordées si nous continuons à nous connecter de manière irréfléchie. 

Minier situe son histoire à Hong Kong, haut lieu de l'intelligence artificielle, bien à l'avance sur nos pays européens. 

Une Française, Moïra, intègre la firme Ming, un concentré d'intelligence artificielle censé devancer tous nos désirs. Elle ne sait pas où elle met les pieds, car elle sera sans cesse surveillée. Le moindre geste, la moindre parole, tout est enregistré. 

De plus, une série de meurtres odieux ont lieu dans la ville et toutes les victimes ont un lien avec la firme Ming. Moïra est-elle en danger? 

La police va lui demander de jouer un double jeu, mais ce jeu sera terriblement dangereux ! 

Qu'adviendra-t-il de la Française? Que cherche vraiment l'empire Ming? Qui est le serial killer qui fait trembler la ville? Le suspense se déploie page après page et dure longtemps puisque le roman compte 620 pages. Comme toujours avec les pavés, je trouve qu'on pourrait facilement retirer une centaine de pages. 

Malgré la longueur du roman, j'ai beaucoup aimé enquêter avec Moïra et j'ai tremblé pour elle. La fin est évidemment inattendue. Une réussite ! Un roman qui a dû demander des mois de recherche ! 

Extraits

"Selon un physicien de Harvard, deux requêtes effectuées sur Internet équivalent à la dépense énergétique d'une bouilloire. Au total, les un million deux cent mille milliards de requêtes annuelles sur Google dégagent chaque année 8400 tonnes de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. Une quantité qui sera sans doute multipliée dans les années à venir."

"...impact des réseaux sociaux sur la perception de la réalité : leur avènement a enfermé des pans entiers de la population dans un univers truffé d'infos bidon, de chiffres erronés, de rumeurs paranoïaques et de fantasmes complotistes que les accros à FB se passent entre eux comme des maladies vénériennes, tandis qu'ils rejettent les médias traditionnels - où pourtant le taux de fake news est infiniment moindre. Le réseau social lui-même  conscient du problème a mis en place une cellule pour lutter contre la propagation de ces fakes.
Quand on sait que pour atteindre une plus large audience, FB propose à ses utilisateurs des articles qui correspondent à ce qu'ils pensent déjà, qu'il les met prioritairement en contact avec des gens qui pensent la même chose qu'eux, ça n'aide pas à l'objectivité ni à l'ouverture d'esprit."

"Vous ne voyez donc pas ce qu'est en train de devenir le monde? Le monde que nous fabriquons? Tu ne vois pas ce qu'ils nous préparent avec leurs fermes de calcul, leurs algorithmes et leurs applications? Un monde où tout un chacun est sous le regard des autres tout le temps, jugé pour le moindre de ses faits et gestes par une armée de petits censeurs, de petits procureurs et de petits dictateurs planqués derrière leurs ordinateurs?
Un monde où, si tu émets la moindre opinion divergente, tu te fais insulter et tu reçois des menaces de mort. 
Un monde où les gens se haïssent pour un mot prononcé, pour le quart d'une idée, où il faut tout le temps aux foules des boucs émissaires à bruler et à détester. 
Où des gosses en poussent d'autres au suicide sur les réseaux sociaux pendant que leurs parents appellent au meurtre, à la haine et à la destruction sur ces mêmes réseaux. 
C'est ça le monde dans lequel tu veux vivre? celui que tu veux pour tes enfants? Parce que c'est ça, le monde qu'on est en train de construire..."

"Internet est un monstre. Cette merde nous corrompt tous. Il va tout détruire ! Il échappe à tout contrôle. Et pendant ce temps, des boites enregistrent toutes les données de l'humanité, les vendent au plus offrant et veulent tout contrôler en passant par-dessus les gouvernements. C'est de la folie!"

 

 

Posté par philippedester à 20:39 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 janvier 2023

Les fantômes de l'hiver de Kate Mosse

Fantômes d'hiver - Livre de Kate MosseJe découvre Kate Mosse avec ce roman et, de deux choses l'une, ou j'ai mal choisi ma lecture ou je n'adhérerai pas aux écrits de cette auteure. 

Pour le moment, je cumule les déceptions. 

Et pourtant, le sujet traité est très intéressant : le catharisme. Au XIVe siècle, les Cathares ont été anéantis. Après la chute de Montségur et de Quéribus, les derniers cathares ont été repoussés dans les hautes vallées des Pyrénées. De nombreux parfaits ont été exécutés ou chassés en Lombardie et en Espagne. Certaines communautés cathares ont trouvé refuge dans des grottes où ils ont été littéralement emmurés !!! 

Sujet très intéressant donc, mais...il y a un mais. Les cathares (sous forme de fantômes) n'arrivent qu'à la moitié du roman et la première partie m'a particulièrement ennuyé. C'est très plat, ce sont des longues descriptions inutiles, c'est répétitif, c'est ennuyeux ! 

Nous sommes autour de Toulouse. Freddie Watson se rend chez des amis et a un accident de voiture qui l'empêche de les retrouver. Il trouve refuge dans un village isolé. 

Freddie est perturbé par la mort de son frère lors de la guerre 14. Il ne s'en remet pas et ressent son frère auprès de lui. Lors d'une sorte de fête médiévale (nous sommes à la moitié du livre), il rencontre Fabrissa, une fille étrange qui lui raconte l'histoire de sa famille et de son village. 

Le lendemain, la fille a disparu et Freddie n'aura de cesse de la retrouver... A lieu de défaire les noeuds d'un mystère lié au passé cathare du village...

Une histoire qui aurait dû m'intéresser, qui aurait pu si elle avait été développée autrement. 

Pour ceux qui connaissent l'auteure, dites-moi si son style est toujours aussi plat et ennuyeux, si ses romans sont longs (malgré un nombre de pages restreint), si elle se perd toujours dans des descriptions inutiles, s'il lui faut le temps pour arriver au but? 

 

Posté par philippedester à 08:20 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,


28 janvier 2023

La mécanique du coeur de Mathias Malzieu

La mécanique du coeur par MalzieuJe ne connais pas cet auteur, chanteur du groupe Dyonisos. Je l'ai rencontré lors de lectures de nouvelles, mais c'est tout. 

Par contre, j'ai vu pas mal passer ce roman sur les réseaux. 

Une fois de plus, je vais aller à contre-courant : 450 lecteurs lui ont mis 4 ou 5 étoiles sur Babelio alors que je n'ai pas du tout adhéré à ...ce roman? ce conte? cette fable? 

Ce livre m'a profondément ennuyé. Je n'ai sans doute pas saisi sa "magie". Je l'ai trouvé répétitif, barbant, sans intérêt. S'il avait fait plus de 150 pages, je l'aurais abandonné à son triste sort. 

L'histoire se passe à Edimbourg et débute en 1874, le jour le plus froid du monde. Jack vient au monde chez une sage-femme qu'on traite de sorcière, qui accouche les femmes de mauvaise vie et qui répare les corps. Jack nait avec le coeur gelé. Madeleine, la sage-femme, va aussitôt lui greffer une horloge - oui vous avez bien lu - dans la poitrine ! 

Sa mère l'abandonne et Madeleine adopte ce petit garçon auquel elle s'attache. Chaque matin, elle remonte le mécanisme de l'horloge et Jack grandit ne se rendant vraiment compte de sa différence que quand il commence l'école et qu'il tombe amoureux - à 10 ans - d'une petite chanteuse qui va lui mettre le coeur à rude épreuve...

Ce livre n'était manifestement pas fait pour moi. Première vraie rencontre avec l'auteur et, sans doute, la dernière. 

Posté par philippedester à 08:03 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

26 janvier 2023

Skidamarink de Guillaume Musso

Skidamarink par MussoJ'ai lu quasiment tous les romans de Guillaume Musso (il me reste le dernier sorti en poche). Je les ai tous aimés...sans en faire un coup de coeur...tous oubliés aussi vite lus. Ce sont des moments agréables de lecture, c'est tout. 

Quand j'ai vu qu'on rééditait son tout premier roman "Skidamarink" (du nom d'une comptine), je l'ai ajouté à ma liste de livres à lire et voilà, c'est chose faite...et j'en sors déçu. 

C'est de loin celui que j'ai le moins aimé. Je n'ai pas accroché à celui-ci comme aux autres de ses romans, mais bon, c'était un premier. C'est le genre "Da Vinci Code", même si ce dernier a été écrit après "Skidamarink". 

Le célèbre tableau de da Vinci, la Joconde, a été volée, découpée en 4 morceaux qui ont été envoyés à 4 personnes qui, en apparence, n'ont rien en commun. Ces fragments sont accompagnés chacun d'une citation différente et d'une adresse : une chapelle à Sienne en Toscane. 

Les 4 personnages sont ;

- Magnus Gemereck, un professeur et chercheur en biologie au Massachusetts

- Barbara Weber, directrice des ventes d'un établissement situé à Seattle

- le père Carosa qui officie dans cette fameuse chapelle

- et le narrateur, Théo McCoyle, ancien avocat

Ces personnages ne se connaissent pas. Pourquoi, dès lors, les avoir réunis dans cette chapelle? 

La première chose à faire est donc de découvrir ce qui les unit. 

En même temps que la disparition de la célèbre peinture, on note aussi la disparition d'un milliardaire, patron malhonnête de Microglobal. 

L'étude des citations leur fait penser aux 4 piliers de la civilisation occidentale : libéralisme économique, individualisme, science et démocratie. 

Là, j'ai déjà été un peu perdu...

Mais voilà nos 4 personnages en danger poursuivis par des inconnus dont l'un se révèle être un célèbre psychopathe recherché par toutes les polices...

Plus tard, après avoir échappés à la mort plusieurs fois, ils découvriront que la vice-présidente américaine se trouve mêlée d'une manière ou d'une autre à ces mystères. 

J'ai trouvé ça long, compliqué par moments. Je n'ai pas été happé par l'histoire que j'oublierai...dès que mon billet sera terminé. J'ai trouvé des invraisemblances (ce qui est courant dans les polars). Les personnages m'ont plutôt énervé à s'amuser, boire, se balader, alors que leur vie est en danger et que le compte à rebours avait commencé...

Ça ne m'empêchera pas de lire "L'inconnue de la Seine". 

 

 

Posté par philippedester à 08:23 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 janvier 2023

Et le ciel sera bleu de Tamara McKinley

Et le ciel sera bleu par McKinleyVoici un livre qui dormait dans ma bibliothèque depuis des années. C'est un challenge qui m'a poussé à le retirer de son rayonnage où il patientait sans broncher. 

Je viens de me rendre compte que j'ai déjà lu cette auteure, il y a presque 5 ans, dans "L'héritière de Jacaranda", un livre que j'avais abandonné à la page 130. 

Et celui-ci frôle le coup de coeur. Comme quoi, il ne faut jamais se fier à une première lecture et abandonner l'auteur à son triste sort. 

Ce roman n'a rien à voir avec l'autre. L'auteure est australienne, son "héritière de Jacaranda" se trouvait en Australie. L'histoire de "Et le ciel sera bleu" se déroule en Angleterre pendant la seconde guerre. 

Nous sommes en 1939. Sally a 16 ans, mais est déjà mère de substitution pour son petit frère Ernie, 6 ans, atteint de polio. Florrie, leur mère, préfère aller compter fleurette que de s'occuper de ses enfants. Leur père a été appelé sous les drapeaux. 

Les deux enfants quittent Londres, ville devenue trop dangereuse, pour trouver refuge à la campagne, à Cliffehaven, sur la côte sud. Ils vont vivre chez Peggy Reilly, la propriétaire d'une pension, la "pension du Bord de Mer". 

Toute la famille Reilly est charmante et les deux enfants vont trouver là, la famille qu'ils n'ont jamais eue. 

Une très belle histoire d'amitié, d'amour, sur fond de guerre. 

Ce n'est pas un roman de guerre, mais plutôt une saga familiale qui se déroule pendant la guerre. 

Je viens de découvrir sur Babelio que ce livre fait  partie d'une série de 6 bouquins consacrés à la Pension du Bord de Mer. J'ai très envie de découvrir la suite...

Une belle surprise que ce roman. 

smiley 1

 

 

Posté par philippedester à 17:50 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

22 janvier 2023

Les lapins ne mangent pas de carottes d'Hugo Clément

Les lapins ne mangent pas de carottes par ClémentJe connaissais vaguement Hugo Clément, ce journaliste engagé dans la défense animale, quand le Père Noël m'a apporté ce livre que j'avais déjà failli acheter plusieurs fois. (Ma PAL n'en voulait pas !)

Le Père Noël m'a demandé si son livre était beau. Beau, ce n'est certainement pas le mot pour qualifier ce livre coup de poing ou coup de pied dans la fourmilière. 

Nous avons une image des animaux qui ne correspond pas toujours à la réalité. Cette vision déformée peut nous conduire à justifier l'exploitation déraisonnée que nous en faisons, voire la violence et l'injustice que nous avons à leur encontre. 

Dans son livre, Hugo Clément déconstruit les représentations et les pratiques que nous perpétuons de génération en génération, le plus souvent sans y réfléchir. 

Le journaliste poursuit le but de changer le regard que nous portons sur les animaux, de modifier notre manière de voir le  monde dans lequel nous vivons, nous les animaux qui nous croyons supérieurs à toutes les autres espèces. Cette croyance nous permet toutes les folies, tous les excès, toutes les injustices. 

Hugo Clément commence par faire comprendre à ses lecteurs qu'ils sont des animaux, une espèce parmi d'autres.

"L'homme n'est pas le seul animal qui pense. Mais il est le seul à penser qu'il n'est pas un animal." (Pascal Picq, paléontologue)

Il démonte tous les arguments que nous pouvons avancer pour prouver notre supériorité sur le monde animal. Sur quoi nous basons-nous pour décréter notre prétendue supériorité? 

"Nos capacités physiques? Nous ne sommes ni les plus rapides ni les plus forts."

"L'intelligence? Le développement et l'utilisation d'outils ne sont pas l'apanage du genre humain même si les nôtres sont particulièrement perfectionnés."

"Est-ce vraiment faire preuve d'intelligence de concevoir d'incroyables machines pour envoyer quelques touristes fortunés dans l'espace, pour raser une forêt en un temps record ou pour combattre ses frères humains en détruisant des régions entières, par exemple?"

"En peu de temps, nous avons endommagé les écosystèmes dont nous dépendons. Donc, pour moi, s'il faut absolument faire des catégories, à l'échelle de l'évolution, on est plus proches des plus stupides que des plus intelligents."

"En tant qu'espèce, nous sommes pour l'instant incapables de nous adapter à cette situation nouvelle que nous avons provoquée et de changer de comportement. Pour le dire autrement, nous manquons d'intelligence."

"L'intelligence du coeur? L'animal est associé à l'absence de retenue, de réflexion, de bonté. Ainsi, nous serions les seuls à pouvoir nous targuer de "l'intelligence du coeur", c-à-d l'altruisme et l'empathie. L'éthologie (science qui étudie le comportement des animaux) montre le contraire."

"La parole"? Les animaux communiquent entre eux. C'est nous qui ne comprenons pas leur langage, pas plus qu'ils ne comprennent le nôtre. 

Les chapitres suivants explorent les méthodes d'élevage (150 millions d'animaux d'élevage sont visibles en extérieur, contre plus de 850 millions qui sont enfermés à vie). "Loin des yeux, loin des caméras, nous pouvons facilement les oublier."

"Protégé par la loi lorsqu'il est "de compagnie", l'animal est, à l'inverse, élevé dans des conditions abominables quand il est destiné à la consommation." Et ne parlons pas de l'abattage ! 

Il faut aussi savoir que "l'élevage est responsable de 14,5% des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial soit autant que les émissions directes des voitures, avions et bateaux du monde entier. L'élevage est aussi le premier facteur  de déforestation en Amazonie et participe massivement à la pollution de nos rivières, de nos nappes phréatiques, ainsi qu'à la prolifération d'algues toxiques sur nos littoraux." 

"La production de la nourriture destinée aux animaux d'élevage dépense de gigantesques quantités d'eau et monopolise la grande majorité de la surface agricole mondiale, avec des productions intensives arrosées de produits phytosanitaires."

"La pêche est également la première cause de destruction de la biodiversité dans les océans."

Le journaliste continue avec la nécessité d'éviter de manger de la viande. 

"Tuer des animaux pour les consommer est une question de choix, pas de nécessité."

"Personne ou presque n'aime faire souffrir les animaux. Pourtant, cela n'empêche pas la population de consommer massivement les produits de l'élevage intensif, qui génèrent, eux, d'immenses souffrances pour des millions d'êtres vivants."

Hugo Clément continue avec les zoos, les parcs animaliers, les delphinariums, l'exploitation des éléphants pour le tourisme, les cirques,...et démonte toutes nos croyances sur le bien-être des animaux dans ces lieux touristiques. 

Puis, il s'attaque à la chasse, ce qui ne fait pas que des heureux ! Il démonte tous les arguments que peuvent avancer les partisans de ces tueries un à un. Les traditions ont parfois la dent dure, mais "ce n'est pas parce que l'on fait quelque chose depuis longtemps qu'il est légitime de continuer à le faire!". 

"Nous sommes les seuls à détruire l'environnement dont nous dépendons pour survivre, et à provoquer l'extinction des êtres qui partagent notre écosystème."

Un chapitre est consacré à la déforestation pour ... l'appât du gain évidemment (plantation d'avocats, de soja,...)

"L'Amazonie arrive plus vite que prévu au "point de bascule" qui pourrait la transformer en savane. Ce serait une condamnation à mort pour des centaines d'espèces, ainsi que pour les peuples indigènes qui habitent la forêt."

N'allons pas chercher si loin. Chez nous aussi, des centaines (ou des milliers) d'hectares de forêts ou de prairies disparaissent au profit des cultures (de maïs, par exemple, pour nourrir les sangliers qui sont en surnombre et donc la proie des chasseurs) ou de la construction.  

Hugo Clément termine par quelques conseils, car sur notre planète il y a de la place pour tous. A nous d'y pourvoir...

Je sais que certains n'aiment pas "les donneurs de leçons", mais je pense que, de temps en temps, il est bon de nous ouvrir les yeux sur nos pratiques tellement ancrées dans nos traditions qu'ils deviennent des actes irréfléchis.

Alors, Père Noël, non, ce n'est pas un beau livre que tu m'as offert, mais un livre qui ouvre les yeux et qui, peut-être, permettra de changer certaines choses...pour le bonheur de tous. 

 

 

 

 

 

Posté par philippedester à 21:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

20 janvier 2023

Je te verrai dans mon rêve de Julie Bonnie

Je te verrai dans mon rêve par BonnieBelle surprise que ce livre que j'ai reçu en cadeau et que je ne connaissais pas du tout. Julie Bonnie est pourtant l'auteure de "Chambre 2", adapté au cinéma avec Sandrine Bonnaire sous le titre "Voir le jour". 

Blaise a 30 ans et vient de passer 10 ans en prison. Il revient dans le bar où son père a passé toute sa vie. Blaise en est l'unique propriétaire et décide de le rouvrir. 

Le bar n'est pas encore ouvert qu'une jeune femme entre avec son bébé, Nour. Blaise est touché en plein coeur. Il prend en charge la mère un peu paumée et surtout la petite dont il n'est pas le père, mais qui deviendra pourtant sa fille. 

J'ai adoré les sentiments ressentis par cet ex-taulard pour ce petit bébé qui grandit de chapitre en chapitre. 

Blaise aime la musique et initie la petite à cet art. Il lui offre sa première guitare et la fait chanter dans son bar quand il reçoit des groupes de jazz. 

Blaise garde toujours un oeil sur la gamine et tente de la protéger de tous les dangers qui la guettent, elle, comme tous les ados. 

Une histoire d'amitié, d'amour, de résilience...

J'ai nettement moins apprécié les cauchemars qui hantent Blaise, nuit après nuit, et qui l'emportent au bord de la folie. 

 

Posté par philippedester à 20:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,