D'un livre à l'autre

21 octobre 2014

Le mardi sur son 31

challenge mardi

Pour ce mardi sur son 31, une lecture inhabituelle puisqu'il s'agit d'un roman de Danielle Steel. Dans mon billet, je vous expliquerai pourquoi j'ai renoué avec une auteure que je n'avais plus lue depuis 7 ans. 

Il s'agit ici de "Malveillance", un roman sur l'inceste, la violence, la maltraitance et la recherche d'un peu de dignité. 

A la page 31, on trouve notamment

"Elle devait le protéger. Elle en avait fait la promesse solennelle à sa mère".

Il parait que la plupart des victimes d'inceste protègent leurs parents, renoncent à les dénoncer! 

Posté par philippedester à 17:25 - Commentaires [5] - Permalien [#]


19 octobre 2014

A froid de Karin Slaughter

à froid

Je viens tout juste de refermer ce bouquin et je suis encore essoufflé tant j'ai couru pour arriver à la fin et enfin pouvoir lire autre chose. Vous l'avez compris, je n'ai pas vraiment apprécié ce livre : trop long, beaucoup trop long, trop de détails, trop de conversations longues et insipides, une enquête qui n'avance pas, ... Les jours se suivent et se ressemblent. Non, là, j'exagère car chaque jour qui passe voit un mort supplémentaire. 

Dès le début du récit, Karin Slaughter (que je n'avais jamais lue auparavant) nous emmène dans un univers sanglant et ne nous épargne aucun détail. Un jeune homme est retrouvé mort dans un campus universitaire; il se serait suicidé en se jetant du haut d'un pont.

Jeffrey Tolliver, le policier qui sera chargé de l'enquête, et Sara Linton, médecin légiste et ex-femme de Jeffrey (des personnages (récurrents parait-il) sont appelés sur les lieux. 

Pendant que Sara examine le corps, Tessa, sa soeur qui l'a accompagnée sur les lieux, est poignardée dans la forêt.

Lena, ex-flic violée quelque temps plus tôt et qui ne s'est pas encore remise de son traumatisme, poursuit le responsable de l'agression mais le perd de vue. 

Dès lors, son récit devient sujet à suspicion, et Jeffrey ne cessera de la harceler et de mettre ses paroles en doute. Surtout lorsqu'il la découvre avec un jeune garçon au passé trouble et violent. 

Il y a encore Chuck, chargé de la sécurité du campus, dont l'attitude n'est pas très claire. Il pourrait bien être lié à un trafic de drogue.

Un peu plus tard, la jeune fille qui a découvert le corps se suicide à son tour. 

Tout cela est-il lié? Ce sera à Jeffrey de le découvrir. 

530 pages pour arriver au point final. C'est long, vraiment très long! 

Ce livre m'a été prêté par ma soeur ainsi que 6 autres romans de Karin Slaughter. Retour à l'envoyeur, je ne lirai sans doute plus cette auteure qui m'a déçu dès le premier roman. Voilà un trou de 7 pavés dans ma bibliothèque. Ça libère un peu de place! 

Livre lu dans le cadre de deux challentes " Un pavé par mois" chez Bianca et "Un mois = une plume" chez "Imans"sBooks"

1 mois = 1 plume

challenge-un-pave-par-mois Bianca

 

Posté par philippedester à 13:17 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

17 octobre 2014

Le violon de la rue Lauriston de Claude Raucy

De Claude Raucy, je n'avais lu qu'un roman "Le doigt levé" qui avait été un véritable coup de coeur.

Dernièrement, j'ai lu un article sur les éditions Ker situées, je pense, à Namur (je leur ai d'ailleurs envoyé un manuscrit et il se pourrait que je réalise un projet lecture avec eux). 

violon

Dans leur catalogue, j'ai trouvé ce roman de Claude Raucy.  Un sujet d'actualité, des faits qui restent gravés dans la mémoire ( une jeune fille étouffée par des policiers dans l'avion qui la ramenait chez elle, un jeune homme abattu dans son pays "sans risques). Il n'en fallait pas plus pour écrire un roman.

Parwais est un jeune Afghan réfugié en Belgique et accueilli par une famille. Il est musicien mais va devenir maçon comme son "père adoptif". Tout va bien pour lui. Il oublie peu à peu les horreurs de son passé jusqu'au jour où il apprend qu'il peut être expulsé du jour au lendemain. 

Pour Parwais, il n'est pas question de retourner dans ce pays qui a vu ses parents abattus par des militaires et ses frères et soeurs jetés en prison.

Il va alors retrouver grâce à Facebook son professeur de musique réfugié à Venise...

Quel rapport avec la rue Lauriston, siège de la gestapo? Vous ne le saurez qu'en lisant ce livre jeunesse de moins de 100 pages. 

J'ai apprécié l'histoire mais le roman est trop court, à mon goût, et ne développe pas assez le sujet et les rencontres faites par Parwais en route pour Venise. Et puis, peut-être qu'ils se terminent trop bien pour être vraiment crédibles... A vous de juger.

Livre lu dans le cadre du challenge jeunesse chez Muti.

challenge jeunessejeunesse 1/10

 

Posté par philippedester à 20:09 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 octobre 2014

Du sang sur le green d'Harlan Coben

sang

Encore un Coben, le vingt et unième que je lis de l'auteur. Il y avait  longtemps que celui-ci trainait dans ma bibliothèque. Le sujet ne me tentait pas : l'histoire se passe dans le milieu du golf, milieu pour lequel je n'éprouve aucun intérêt.

C'est le mot "sang" présent dans le titre qui m'a fait sortir ce bouquin de son rayonnage puisqu'il s'agit du mot du mois chez Calypso

Je suis très content de m'être décidé à lire ce très bon bouquin, une nouvelle aventure de Myron Bolitar sans son copain Win cette fois. Ce dernier fait partie du récit mais refuse d'aider son compère de toujours car sa famille est impliquée dans l'histoire. 

Chad, le fils d'un golfeur professionnel, Jack Coldren a été kidnappé alors que son père s'apprête à gagner l'US Open; prix qu'il a laissé filer 23 ans plus tôt alors qu'il était sur le point de remporter ce championnat. 

Myron, agent sportif et enquêteur qui se cache, est chargé de retrouver le gamin. Tout le ramène 23 ans plus tôt au moment où Jack Coldren a perdu l'occasion d'entrer dans la légende. Que s'est-il réellement passé cette année-là? Et pourquoi Chad a-t-il été enlevé alors que son père est en passe de redevenir une vedette? 

Comme d'habitude, Myron fourre son nez où il ne devrait pas faisant ressortir des secrets enfouis depuis longtemps. S'il fait d'abord face à un imbroglio, petit à petit, les choses vont s'éclaircir, et, pour Myron, la lumière percera les ténèbres. 

Voilà le genre de livres qui me fait dire :"Allez, encore un petit chapitre", "Encore un et puis j'arrête", ..., le genre de livres qui me fait passer de bons moments. 

Pas un gros coup de coeur mais presque.

Challenge Un-mot-des-titres

PS J'apprécie toujours l'humour d'Harlan Coben surtout dans ses répliques.

PS2 J'ai passé quelques paragraphes : ceux décrivant le sport ne m'intéressant pas. 

 

 

Posté par philippedester à 06:32 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

14 octobre 2014

Le mardi sur son 31

challenge mardi

En ce mardi, je vous propose un roman jeunesse qui met de bonne humeur "Les aventures de Bob Tarlouze" de Frank Andriat. 

Bob, à 6 ans, découvre la signification de son prénom. Loin des moqueries, il utilisera l'humour et fera de cet inconvénient un atout. 

Sa passion : enquêter. Et il pourra s'y adonner avec joie puisqu'un de ses profs se fait assassiner dans l'enceinte de l'école...

Un livre qui pourrait être un coup de coeur pour moi.

A la page 31, on trouve

"A partir de ce jour-là, je me suis posé des questions sur mon identité. Je suis devenu un être plus intérieur, plus posé, plus penseur, habité par lui-même. A l'école, je regardais les autres de la hauteur de ma différence : moi au moins, je portais un nom qui portait à confusion, mais je n'étais pas celui qu'on croyait, un peu comme si j'avais mis une étiquette de confiture de fraises sur un pot de confiture d'abricots. "

Posté par philippedester à 06:37 - Commentaires [6] - Permalien [#]



12 octobre 2014

Lire sous la contrainte 16è édition

challenge Lire sous la contrainte

Nous voici déjà arrivés au bout de cette nouvelle contrainte du pronom relatif. Une contrainte sans doute pas très simple puisqu'il y a (jusqu'à présent) peu de participants. 

Ce challenge m'a permis de lire 4 livres.

A ce jour, sept autres participants ont lu ensemble neuf livres; c'est peu! Les pronoms les plus répétés sont "qui" et "que". Deux participants ont confondu avec  "qui" : pronom interrogatif et "parce que" : conjonction de subordination. Leurs lectures n'ont donc malheureusement pas pu être acceptées. 

Comme d'habitude, vous trouverez les résultats ici

Mais je blablate et je sais que vous attendez la nouvelle contrainte.

Alors, cette fois, si vous voulez participer, il faudra que le titre du livre (ou des livres) que vous lirez contiennent un nom propre désignant un lieu (pays, ville, ile, village, plage, montagne, ...).

challenge Lire sous la contrainte

Il ne me reste plus qu'à fixer une date pour la remise des copies : 30 novembre

Alors, qui me suit pour cette dix-septième session? 

 

 

Posté par philippedester à 06:05 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

10 octobre 2014

Une nuit sur la mer de Patricia MacDonald

mer

J'ai lu le premier MacDonald en 1997. J'en suis maintenant au quatorzième de cette auteure. Je dois dire qu'elle ne m'a jamais déçu même si je n'ai pas apprécié tous ses romans de la même façon. Celui-ci n'est certainement pas le meilleur même si le suspense est présent et l'envie de poursuivre le récit est forte.

La première moitié du roman est lente; les choses se mettent en place par la suite.

Shelby a élevé sa fille Chloé seule. Celle-ci vit avec son deuxième mari,Rob et son petit garçon, Jeremy. Elle semble mener une vie insouciante, sans problèmes et être une excellente épouse et mère. 

Shelby offre une croisière au couple. Elle gardera son petit-fils pendant ce temps. Chloé se rend compte que ce voyage leur fera du bien à tous les deux mais a beaucoup de peine à quitter son fils et à le confier à quelqu'un d'autre, même à sa propre mère.

Seulement Chloé ne reviendra pas de ce voyage. Elle sera portée disparue et, bientôt, il n'y aura plus aucun doute possible : Chloé s'est noyée. Elle avait trop bu et a dû tomber du balcon directement dans la mer.

Rob affirme que sa femme était alcoolique. Shelby ne veut pas y croire et soupçonne son gendre d'être responsable de la mort de sa femme. 

Elle n'aura plus qu'une idée en tête : faire la lumière sur tout ça, trouver le coupable si coupable il y a. La police ayant bouclé l'enquête et conclu à un accident, Shelby continuera, seule, pour sa fille, pour son petit-fils et pour elle-même. 

Plusieurs personnages apparaissent. Le lecteur se demande sans cesse lequel peut être le coupable et pourquoi. Une enquête qui aboutira avec l'arrestation du coupable, celui qu'on n'attendait pas, évidemment! 

Rien d'exceptionnel dans ce roman mais une enquête qu'on mène avec l'héroïne, voulant à tout prix connaitre le coupable.

 

Posté par philippedester à 06:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 octobre 2014

Le mardi sur son 31

Pour le pavé du mois et pour le nouvel auteur du mois, j'ai choisi Karin Slaughter avec comme titre "A froid". Je ne crois pas que je poursuivrai la découverte de cette auteure. Je ne sais même pas si j'arriverai au bout de ce roman.

Je trouve cette lecture très longue. L'enquête piétine; j'ai l'impression de piétiner aussi et de perdre mon temps. Bien sûr, j'ai envie de connaitre le meurtrier si meurtrier il y a puisque deux personnes se sont, apparemment, suicidées. Une troisième a quand même reçu des coups de couteau mais les affaires ne sont peut-être pas liées. 

De longues conversations, des chapitres qui n'en finissent pas et qu'il faut abandonner en cours de route (ben oui, je ne peux pas lire toute la journée!), des détails que je juge sans importance, ...  Bon, vous l'avez compris, pour l'instant, c'est très bof!

A la page 31, on trouve notamment :

"Matt opina sèchement, et Sara se demanda comment il allait arriver à prendre des photos de la victime sans la regarder. Chuck, en revanche, n'arrivait plus à s'en détourner. Il n'avait probablement jamais vu de cadavre. Sachant quel genre d'individu c'était, elle ne fut pas surprise par sa réaction. A voir la palette d'émotions que trahissait sa physionomie, on aurait dit qu'il regardait un film."

Posté par philippedester à 06:17 - Commentaires [3] - Permalien [#]

05 octobre 2014

Les dix enfants que madame Ming n'a jamais eus d'Eric-Emmanuel Schmitt

 

E-E SJe lis toujours Eric-Emmanuel Schmitt avec plaisir. J'en suis au quatorzième roman de l'auteur. Je ne lis pas ses pièces de théâtre. 

Ce roman m'avait échappé. Je l'ai trouvé chez Oxfam. Il me permet de participer une fois de plus à mon propre challenge. Je l'ai donc lu en priorité.

C'est un roman très court à lire en un jour. 

Le narrateur dont on ne sait pas grand-chose sinon qu'il a abandonné la femme qu'il aime alors qu'elle est enceinte (de lui?) voyage en Chine dans le cadre de son boulot. 

Dans un hôtel, il rencontre une "dame pipi", madame Ming qui, petit à petit, se confie à lui. Elle lui raconte la vie de ses dix enfants. Est-ce possible d'avoir dix enfants dans ce pays qui impose l'enfant unique? Le voyageur n'y croit pas du tout. Il est sûr que madame Ming s'invente une vie mais il l'écoute avec plaisir. 

Lorsqu'il rencontre une fille de madame Ming, il se pose des questions...

Alors, cette maman chinoise, fabulatrice, menteuse ou mère hors normes? 

challenge Lire sous la contrainte

Ce roman fait partie du Cycle de l'Invisible avec Oscar et la dame Rose, Monsieur Ibrahim et les fleurs du coran, L'enfant de Noé, Milarepa et Le sumo qui ne pouvait pas grossir

 

Posté par philippedester à 11:55 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 octobre 2014

Secrets d'histoire 4

Bern

Tous les ans (depuis 4 ans), ma soeur m'achète, pour le nouvel an, le nouveau tome de "Secrets d'histoire" de Stéphane Bern. On peut aimer ou pas le personnage, il faut reconnaitre que ses sujets sont bien travaillés et bien écrits. 

Il relate souvent les histoires (adultériennes) des rois, reines, princes et princesses de France. Il n'est pas facile, pour le Belge  que je suis, de m'y retrouver dans toutes ces frasques françaises. L'histoire de France est riche et complexe. 

Dans le tome 4 de la série, l'auteur aborde beaucoup d'autres sujets et personnalités comme les Kennedy, Picasso, Camille Claudel, George Sand, Sarah Bernhardt, Nostradamus, l'assassinat de Jules César, la succession de Franco et j'en passe. 

J'apprends énormément de choses dans ces livres. Malheureusement, ma mémoire ne sélectionne que peu de choses à retenir. 

Je suppose qu'au premier janvier 2015, je recevrai le volume 5 de cette série qui semble ne jamais devoir se terminer...

Posté par philippedester à 21:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]



Fin »