D'un livre à l'autre

19 novembre 2014

Le tueur de Talladega d'Iris Johansen

tueur

Quand ma soeur m'a passé ce bouquin, elle y a glissé un post-it sur lequel elle avait noté "vraiment génial". Comme nous n'avons pas nécessairement les mêmes goûts, j'étais sceptique. Eh bien, je peux dire que "génial" n'est pas un adjectif assez fort pour qualifier ce livre. J'en ferai sans doute mon gros coup de coeur de l'année! 

Alors que certains romans commencent lentement, ont besoin de dizaines de pages pour accrocher le lecteur (ou ne l'accrochent jamais), celui-ci m'a captivé du début à la fin. Je l'ai lu très vite, je ne pouvais plus m'arrêter. C'est un véritable page-turner! 

Je ne connaissais pas l'auteure; j'espère pouvoir lire d'autres thrillers de cette romancière qui vit en Géorgie et a écrit une cinquantaine de romans sentimentaux avant de se lancer dans les romans à suspense.

L'histoire? Pas simple, difficile à raconter tant elle est riche en rebondissements.

1989, Ralph Fraser est condamné à mort et exécuté suite à une série de meurtres avoués. Il est parti en gardant le secret de l'emplacement des corps. 

Eve Duncan, la mère d'une des petites victimes, Bonnie, est devenue sculpteur légiste. Elle reconstitue les visages d'enfants morts depuis plusieurs années afin de les ramener dans leur famille qui pourra les enterrer et faire leur deuil. Elle se donne à fond dans son travail et espère, un jour, retrouver le corps de sa fille.

10 ans plus tard, des squelettes sont découverts à Talladega, dans la région d'Atlanta. Parmi les corps, celui d'un enfant. Eve rapplique vite fait. Elle est persuadée que le squelette est celui de Bonnie. Elle compte reconstituer le visage de l'enfant mais le corps disparait.

Au même moment, un autre tueur voit sa photo dans le journal. Sa prochaine victime sera Eve. Il la veut, il veut la faire souffrir (puisque faire souffrir les gens est le but de sa vie) aussi bien psychologiquement que physiquement. 

Dès lors, il n'aura de cesse de la harceler, de la suivre, de lui téléphoner, de menacer ses proches,...

Dans la rue, une petite fille de l'Assistance rôde. Le tueur va mettre Eve en relation avec l'enfant. Il espère qu'Eve s'attachera à l'enfant; il pourra alors la lui enlever...

Le tueur se délectera de la peur de la jeune femme mais celle-ci est beaucoup plus forte qu'il ne le croyait et lui résiste. Son attitude plait au psychopathe qui s'amuse au jeu du chat et de la souris... 

Eve, aidée par son fidèle ami Joe, policier chargé de l'enquête lors de la disparition de Bonnie, va se mettre en chasse...

Je ne vous en dirai pas plus. J'en ai peut-être déjà trop dit. Si vous aimez les thrillers, vous aimerez ce roman ni glauque ni sanglant mais au suspense insoutenable. Attendez d'avoir du temps devant vous pour vous lancer dans cette lecture car vous ne pourrez plus décrocher, je vous l'assure.

J'ai oublié de vous parler de la psychologie des personnages que j'ai trouvé vraiment fouillée. Les dialogues ne sont en aucun cas ennuyeux et il n'y a aucune longueur. Le roman parfait ! 

Gros coup de coeur lu dans le cadre de mon challenge "Lire sous la contrainte". 

coeur

challenge Lire sous la contrainte

 

 

 

Posté par philippedester à 06:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,


18 novembre 2014

Le mardi sur son 31

En ce mardi, je commence sans doute mon dernier livre pour mon challenge "nom propre de lieu" avec "Loin de l'Irlande" d'Ann Moore, roman sur l'immigration irlandaise. Ce roman fait suite à "Grace O'Malley" que je n'ai pas lu. 

Grace fuit l'Irlande où elle est recherchée, séjourne un moment en Angleterre en attendant le bateau qui devra l'emmener aux USA où son frère l'attend. Elle part avec sa petite fille mais n'a pu emmener son fils, nouveau-né qu'elle a laissé à sa soeur au couvent. 

A la page 31, on trouve notamment :

"J'ai fait faire cette bague en souvenir de notre pays, et maintenant je voudrais te la donner pour que toi non plus tu n'oublies pas l'Irlande quand tu seras loin. La veux-tu?"

challenge mardi

Posté par philippedester à 06:45 - Commentaires [6] - Permalien [#]

15 novembre 2014

Trente-six chandelles de Marie-Sabine Roger

chandelles

Chaque année, je participe au concours organisé par Priceminister "Les matchs de la rentrée littéraire". 

Blog_LogoRentreeLitteraire2014_03

Cette année, je ne savais que choisir car je ne connaissais aucun des titres proposés. C'est donc, presque au hasard, que j'ai choisi ce roman d'une auteure qui m'était inconnue. Et, cette fois, j'ai fait la bonne pioche. J'ai beaucoup aimé ce bouquin qui se lit vite et sans prise de tête. 

"Trente-six chandelles" est un roman qui met de bonne humeur, qui apporte de la joie, et qui permet de passer de bons moments. Un roman sans prétention, juste pour la détente (quoique ... il peut permettre aussi de réfléchir sur la vie, voire sur sa propre vie et ce qu'on en fait).

Tous les premiers nés mâles de la famille de Mortimer meurent le jour de leur 36 ans. Aussi quand Mortimer arrive au jour anniversaire de sa naissance 36 ans plus tôt, il se couche dans son lit et attend la mort. Il a eu soin de n'avoir aucune attache (il a laissé l'amour de sa vie s'éloigner), il n'a pas d'enfants, il a renoncé à son appartement, a revendu sa voiture, a démissionné d'un travail qui n'était que nourricier.

Il reste là, les yeux fixés sur l'horloge quand Paquita (un personnage!) entre. Elle ne se rend compte de rien, lui voudrait bien qu'elle s'en aille et le laisse finir sa vie tranquillement. Mais Paquita parle, parle, et ne s'en va, si bien que Mortimer en oublie l'heure, dépasse celle présumée de sa propre mort, et se retrouve tout étonné d'être vivant.

Comment peut-il vivre alors qu'il devait mourir comme tous ses aïeux? Il faudra qu'il trouve une réponse à cela, mais aussi à une autre question qui le taraude : "S'il doit encore vivre plusieurs dizaines d'années, que va-t-il faire du temps qui lui reste?".

Il a fallu un bout de temps avant que je n'accroche à ce récit. C'est l'arrivé de Jasmine, l'amour de sa vie, qui m'a véritablement scotché au récit.  Jasmine, tout comme Paquita à l'allure de drag queen ou son mari, un Algérien qui a quitté le pays pour s'installer avec elle, sont des personnages atypiques et attachants. 

J'ai particulièrement apprécié l'humour de l'auteure qui m'a permis de rire à certains moments. 

Plus long, le récit serait devenu ennuyeux. Là, avec ses 278 pages, il est parfait. 

Si l'histoire se termine comme le lecteur le devine, elle laisse un petit suspense sur l'avenir de Mortimer et de Jasmine, suspense que le lecteur transformera bien vite en happy-end.

J'aime être étonné par un récit. Ce fut le cas ici. Et puisqu'il faut coter le roman, je lui attribuerai la note de : 

17/20

Merci à Priceminister pour cette chouette lecture. Je n'aurais sans doute jamais lu ce livre s'il n'avait été proposé pour ce concours. 

 

Posté par philippedester à 07:25 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

12 novembre 2014

Le chemin de France de Jules Verne

France

C'est un élève qui m'a fait découvrir Jules Verne et ses voyages extraordinaires en 1992. J'en suis maintenant au 54e roman de l'auteur. 

J'ai adoré "Cinq semaines en ballon" qui est son premier roman, si je ne me trompe, et "Petit bonhomme", roman inconnu du grand public. 

"Le chemin de France" fait partie de ces voyages extraordinaires et pourtant, ici, point de voyage sur la lune, dans les profondeurs des océans ou de la Terre, point de fusée, de sous-marin, de dirigeable, de montgolfière ou autre engin amphibie. 

Nous sommes en 1792. Natalis Delpierre est soldat. Il demande un congé de deux mois pour aller voir sa soeur qui réside en Allemagne et qu'il n'a plus vue depuis 14 ans. Le congé lui est accordé et le voilà parti. Quelle joie de revoir sa soeur et de faire connaissance de son entourage ( Irma est engagée chez une Française qui a suivi son mari en Allemagne; le fils de cette dernière va épouser une jeune Française qui vit avec son père).

Seulement la guerre gronde aux portes de la France et de l'Allemagne. Il faut absolument quitter l'Allemagne dans les plus brefs délais. Trop tard! La guerre est déclarée et Jean, le fils de la patronne d'Irma est appelé sous les drapeaux. Comment celui qui s'apprêtait à épouser une Française pourrait-il faire la guerre contre la France? 

Natalis est arrêté comme espion et jeté en prison...

Une fiction qui se déroule selon des faits historiques que l'auteur tente d'expliquer en faisant intervenir les personnages.

J'ai apprécié ce roman mais je dois dire que je n'ai pas tout compris de cette guerre qui a suivi la révolution française. Certains points me sont restés obscurs.

Il m'est très difficile de trouver des romans de Jules Verne que je n'ai pas lus. C'est en visitant la maison de l'auteur à Amiens que j'ai trouvé ce roman. 

Livre lu dans le cadre de mon challenge "nom propre de lieu". 

challenge Lire sous la contrainte

 

 

Posté par philippedester à 06:11 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 novembre 2014

Challenge : les dames en noir.

Comme je lis pas mal de thrillers et que certains de mes  auteurs favoris sont féminins (Christine Brunet, Patricia MacDonald, Karine Giebel, Lisa Gardner, Patricia Cornwell, je l'ai abandonnée), je me suis inscrit à un nouveau challenge intitulé "Les dames en noir". Le titre me plait et le principe aussi. 

Le but de ce challenge est, évidemment, de lire des polars, des thrillers, des romans noirs écrits par des femmes. 

Le challenge se termine le 31 décembre 2015. 

Vous êtes intéressés? Rendez-vous chez Zina

challenge-les-dames-en-noir

Posté par philippedester à 19:56 - - Commentaires [8] - Permalien [#]



Le mardi sur son 31

challenge mardi

En ce 11 novembre, je lis un autre livre qui correspond à mon challenge, un livre qui serait encore resté longtemps dans ma bibliothèque si ce challenge n'avait pas existé : Le manoir de Tyneford de Natasha Solomons. 

1938, une jeune juive issue d'une famille aisée est envoyée comme domestique en Angleterre pour la mettre à l'abri des persécutions. S'exhiler et changer de statut n'est pas simple pour une jeune fille à l'époque...

A la page 31, on trouve notamment

"J'étais contente de m'en aller loin, très loin, peu m'importait que je ne la (sa soeur) revisse jamais." 

Posté par philippedester à 06:05 - Commentaires [7] - Permalien [#]

08 novembre 2014

Je t'enverrai des fleurs de Damas de Frank Andriat

DamasC1

Avec ce roman, on est loin, très loin, des aventures de Bob Tarlouze. Voici un livre on ne peut plus sérieux, proche de l'actualité et qui pousse le lecteur à la réflexion.

Wassim et Othmane sont de jeunes musulmans sans histoire, issus de familles parfaitement intégrées. Et pourtant, sans que rien n'ait pu le présager, ils partent combattre en Syrie. Ils n'ont que 15 ans et ont été recrutés par des intégristes qui leur a chamboulé le cerveau. 

Leurs parents, leurs amis, leurs professeurs, personne ne comprend leurs actes. Et tout le monde de s'interroger. Des adultes ont-ils le droit d'embrigader des jeunes et de les amener à se sacrifier, au nom de leur religion? La réponse est évidemment négative. Mais tout le monde ne parle pas comme ça. Youssef, notamment, dont l'auteur dévoile peu à peu son journal intime, pense qu'ils sont des héros et qu'ils ont bien fait de partir.

Myriam est la petite amie de Wassim. De temps en temps, il la contacte mais elle ne le reconnait plus. Ce n'est plus son Wassim, il n'aurait jamais parlé de cette manière. 

Myriam se confie à son prof de français, surnommé Bébé Cougnou car il fait presque partie du monde des bisounours. Elle lui écrit, le rencontre. Il lit ses lettres, l'écoute, la rassure. 

C'est un roman à plusieurs voix que nous propose ici Frank Andriat. Ce qui m'a un peu gêné c'est que je ne savais pas toujours qui s'exprimait. J'aurais voulu un style d'écriture différent pour chaque intervenant. 

Un roman à lire à partir de 14 ans.

Vingtième roman que je lis de cet auteur belge. 

Livre lu dans le cadre de mon challenge "nom propre de lieu" et dans celui de Muti "littérature jeunesse".

challenge Lire sous la contrainte 

challenge jeunesse jeunesse 4/10

 

Posté par philippedester à 14:36 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 novembre 2014

La tante de Russie d'Elise Fischer.

Après avoir lu "Le roman de Saint-Petersbourg, j'ai découvert, au marché, ce roman d'Elise Fischer, auteure que je ne connaissais pas (mais que je continuerai certainement à découvrir).

russie

Comme ce roman est dans la continuité du bouquin de V. Fédorovski, je l'ai lu directement et j'ai bien fait car l'un complète l'autre et inversément. 

Le début du roman n'a rien à voir avec la quatrième de couverture et est, par ce fait, un peu déroutant. Lise est journaliste et est envoyée dans le quartier russe à Paris afin de réaliser un reportage sur la Pâque orthodoxe. 

Là, elle rencontre le père Grégoire Féodor qui lui offre un roman écrit par la tante de Lise : Lucie. 

Et là débute véritablement le roman (la première partie n'était, à mon avis, pas vraiment utile). Lucie est lorraine et orpheline. Qui aurait pu penser qu'un jour elle vivrait avec la famille impériale de Russie. C'est pourtant ce qui lui est arrivé. La voilà propulsée, en qualité de gouvernante, dans l'aristocratie russe. 

Elevée par les soeurs, elle est instruite et peut s'occuper de l'éducation des enfants impériaux. 

Son destin s'accomplira là-bas puisqu'elle rencontrera un cosaque qui deviendra son amant et lui donnera un fils. 

Un roman bien documenté qui s'appuie sur des faits historiques. J'ai beaucoup aimé. 

Apparemment, ce bouquin fait suite à deux autres : "Le rêve de la grenouille" et "Les amours de la grenouille" car on y retrouve certains personnages dont Lise, la journaliste. J'essayerai de trouver ces romans.

Livre lu dans le cadre de mon challenge dont la contrainte est "nom propre de lieu".

challenge Lire sous la contrainte

 

 

Avec ce livre, je participe aussi au challenge 1 mois = 1 plume chez Iman's books.  

1 mois = 1 plume

Posté par philippedester à 20:19 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 novembre 2014

Le mardi sur son 31

challenge mardi

En ce mardi, je commence un livre que ma soeur a trouvé vraiment génial. Voyons si nos avis concordent. Il s'agit d'Iris Johansen avec "Le tueur de Talladega". 

Eve a perdu sa fille unique, tuée par un homme, exécuté depuis, et qui a toujours refusé de réveler l'emplacement du corps. 

Talladega. Le squelette d'un enfant est exhumé. S'agit-il de Bonnie, la fille d'Eve? L'espoir renait mais un danger plane. Un autre tueur s'intéresse à elle...

A la page 31, on trouve notamment

" Elle aussi avait envie de sortir de la maison. L'atmosphère y était trop pesante."

Posté par philippedester à 06:44 - Commentaires [4] - Permalien [#]

02 novembre 2014

Le roman de Saint-Petersbourg de Vladimir Fédorovski

L'an prochain, j'envisage de visiter la Venise du Nord : Saint-Petersbourg, sans doute à l'occasion d'une croisière qui passera également par Moscou. 

Saint-Petersbourg est une ville d'art qui m'attire depuis longtemps. Un documentaire vu à la télé me donne encore plus envie de partir vers la Russie. 

Le-roman-de-Saint-Petersbourg--Les-amours-au-bord-de-la-Neva

Aussi, quand j'ai vu ce titre, je n'ai pas hésité. Malheureusement, je me suis laissé prendre par le terme "roman" et il ne s'agit pas d'un roman mais plutôt d'un traité historique. C'est donc le roman d'une ville et de ceux qui l'ont faite qu'a écrit ici V. Fédorovski. 

Je ne suis pas sûr d'avoir tout compris. Je ne sais pas ce que j'aurai retenu de ma lecture mais je dois dire que certains chapitres m'ont intéressé. La première partie du récit raconte la vie des grandes figures de Saint-Petersbourg : Pierre le Grand, la grande Catherine, Alexandre ier. 

Nous rencontrons également des poètes et écrivains comme Pouchkine, Dostoïevski, et même Balzac. 

J'ai passé les chapitres consacrés à d'illustres inconnus (inconnus pour moi en tout cas) qui ne m'intéressaient pas du tout. 

Traversée dans le temps et l'espace, découverte d'une ville mythique, balades au fil du courant de la Néva et biographie de personnages qui ont leur place dans l'histoire de la ville, voilà résumé en quelques mots cet ouvrage très bien documenté. 

Pour les amateurs du genre. 

Premier livre lu dans le cadre de mon challenge dont la contrainte est, je le rappelle, "nom propre de lieu". 

challenge Lire sous la contrainte

Posté par philippedester à 17:47 - - Commentaires [9] - Permalien [#]



Fin »