D'un livre à l'autre

25 mai 2016

La vie est facile, ne t'en fais pas d'Agnès Martin-Lugand

J'oublie, en général, très vite, les livres que je lis. J'ai lu "Les gens heureux lisent et boivent du café" l'année dernière et je me souviens assez bien de l'histoire.

J'attendais que "La vie est facile, ne t'en fais pas" sorte en poche, mais je viens de le trouver dans une brocante. Je n'ai donc pas hésité, je l'ai acheté et lu directement. 

Un an est passé depuis son retour d'Irlande. Diane va mieux, elle se remet tout doucement de la mort de son mari et de celle de sa petite-fille. Elle rachète le café littéraire à ses parents et vit sa vie, seule. Elle tient la librairie avec son ami de toujours : Félix, l'homo de service.

Un client se présente. Quelque chose se passe entre eux et Diane se permet d'être à nouveau heureuse.

Elle n'a plus de nouvelles de ses amis irlandais jusqu'au jour où Abby tombe malade et réclame Diane à ses côtés. La jeune femme abandonne son café qu'elle confie à Félix et part. 

Là-bas, elle retrouve tous ses souvenirs et surtout Edward qu'elle n'a jamais réussi à oublier. Une nouveauté dans la vie du jeune homme : un enfant de 5 ans lui est tombé du ciel.

Diane ne supporte plus la présence d'enfants autour d'elle depuis qu'elle a perdu sa petite fille, mais Declan est tellement mignon et a souffert comme elle, cela pourrait peut-être les rapprocher...

Un livre facile à lire, agréable, qui ne prend pas la tête, mais sans grande surprise. J'ai très vite deviné la fin. Il faut dire qu'il ne pouvait pas être question d'une autre fin...

 

Posté par philippedester à 06:07 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,


24 mai 2016

Le mardi sur son 31

challenge mardi

Envie de lire un thriller cette semaine, envie de tomber sur un livre qui serait un coup de coeur. Je n'en ai plus eu depuis quelque temps. J'ai choisi Maxime Chattam avec "Que ta volonté soit faite". 

Nous sommes dans le Midwest à une époque qui n'est pas citée, mais je présume que l'histoire se déroule dans un passé assez éloigné. 

Un monstre rôde. (Chattam a l'habitude des monstres.) Toute la bourgade de Carson Mills a peur de Jon Petersen.  Des animaux disparaissent, une jeune fille est violée, une femme est retrouvée assassinée. Le shérif enquête mais ne découvre aucune preuve. 

A la page 31, on trouve notamment : 

Jon n'était pas du genre très enthousiaste, ni bavard, ni joueur, c'était un garçon renfermé qui observait d'un regard froid ses camarades. Les autres adultes disaient de lui qu'il avait un "monde intérieur" très riche, ce qui était un moyen élégant d'affirmer que Jon était asocial. 

Posté par philippedester à 06:05 - Commentaires [4] - Permalien [#]

18 mai 2016

C'est bien de Philippe Delerm

Je n'ai pas encore lu grand-chose de Philippe Delerm. Pour l'instant, son écriture ne m'attire pas beaucoup. Peut-être changerai-je d'avis un de ces jours...

Dans la pile de livres que j'ai à l'école (livres hérités d'une maman d'élèves), j'ai trouvé celui-ci.

Ce n'est pas un roman. Je ne sais pas comment nommer ce livre dont chaque chapitre explique ce qui est bien. C'est bien, quand on vient d'annoncer une mauvaise note. C'est bien d'acheter des bonbons chez la boulangère. C'est bien de faire ses devoirs sur la table de la cuisine. C'est bien d'être malade...pas au début, bien sûr. C'est bien le jour où il pleut, pendant les vacances à la mer, etc...

Un livre qui a au moins le mérite d'être positif, mais je ne pense pas qu'il puisse intéresser des enfants.

Livre lu dans le cadre du challenge de Muti : "Littérature de jeunesse".

challenge jeunesseChallenge jeunesse 7/10

Posté par philippedester à 06:07 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

17 mai 2016

Le mardi sur son 31

challenge mardi

Il y a quelques temps, j'ai lu "Les gens heureux lisent et boivent du café" d'Agnès Martin-Lugand. Lors d'une brocante, à l'Ascension, j'ai trouvé la suite "La vie est facile, ne t'inquiète pas". 

Comme je me souvenais encore plus ou moins de l'histoire, j'ai décidé de lire la suite tout de suite. C'est un retour en Irlande pour l'héroïne, tenancière du café littéraire "Les gens...". 

La voici chez le notaire pour racheter sa librairie à ses parents...

A la page 31, on trouve notamment

"Les émotions prenaient le dessus, j'avais réussi, je ne pensais qu'à Colin et à celle que j'étais devenue. Je croisai le regard de ma mère, vide. Puis le notaire me tendit une  feuille qui attestait mon titre de propriété. Titre de propriété où il était écrit noir sur blanc que j'étais veuve, sans enfant. Il nous invita poliment à quitter les lieux."

Posté par philippedester à 06:48 - Commentaires [4] - Permalien [#]

14 mai 2016

Année zéro de Jeff Long

Année zéroSur l'ile de Corfou, un collectionneur achète une croix dans laquelle se trouve un flacon de sang datant du début de l'ère chrétienne. En l'espace de quelques jours, un effroyable virus se répand dans le monde entier. Des millions de personnes meurent d'une forme particulière de la peste. La peau devient transparente et la fin est inéluctable.

En Amérique, derrière des murs d'enceintes, un groupe de gens est à l'abri du virus. Parmi eux des scientifiques qui essayent de trouver le vaccin qui éradiquera cette épidémie.

Et si la solution se trouvait au début de notre ère? Des hommes de l'an zéro ont résisté à ce virus. Ils avaient dû fabriquer des anticorps qui les rendaient insensibles.

Aussitôt l'idée fait son chemin. Avec des ossements trouvés sous le Golgotha, il est possible de faire revivre les gens de l'an zéro. La science ne s'arrête devant aucune difficulté et une équipe de chercheurs clonent quelques crucifiés ainsi qu'une petite Néandertalienne. (Une mâchoire de cette dernière a été ramenée par un pilleur de tombes.)

Et si parmi ces crucifiés clonés se trouvait le Christ...???

Un livre très dense, assez compliqué, qui part un peu dans toutes les directions (le résumer complètement prendrait des pages) où se mêlent l'archéologie biblique, les découvertes scientifiques, le clonage, le pouvoir des uns sur les autres, la foi, ...

Avec ce roman, je participe au challenge d'Angeselphie "Un mois = une illustration". Cette fois, il devait y avoir du sang sur la couverture. L'occasion aussi de participer au challenge de Bianca "Un pavé par mois" puisque ce roman dépasse les 500 pages ! 

un mois = une illustration  

challenge-un-pave-par-mois Bianca

Posté par philippedester à 21:03 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,


10 mai 2016

La fille du train de Paula Hawkins

Résultat de recherche d'images pour Pas de mardi sur son 31. Je n'ai pas terminé "Année zéro", le roman commencé la semaine dernière. 

Tout le monde connait "La fille du train". Soit on en a entendu parler, soit on l'a lu.

Moi, j'en ai beaucoup entendu parler et j'avais très envie de le lire. J'attendais sa sortie en poche, mais j'ai une généreuse donatrice qui a pensé à moi à l'occasion de mon anniversaire (merci M.).

Alors? Verdict? 

J'ai aimé ce thriller (en est-ce vraiment un?) mais sans plus. Et j'ai du mal à comprendre l'engouement général. Qu'est-ce qui fait le succès d'un livre? Je me le demande souvent. 

Un page-turner? Non, pas vraiment, même si j'avais hâte de connaitre la fin de ce récit. Du suspense, mais pas assez de retournements de situations à mon goût, et puis une certaine longueur que l'auteure aurait pu éviter.

Autre chose : les personnages tant féminins que masculins se ressemblent. On retrouve la même agressivité chez les deux hommes et le même esprit perturbé chez deux des trois femmes de l'histoire.

La fille du train, c'est Rachel. Larguée par son mari, alcoolique ayant perdu son travail, elle habite chez une copine. Tous les jours, elle prend le train, faisant ainsi croire à son amie qu'elle se rend à son boulot. 

Par la vitre du wagon dans lequel elle voyage, elle observe un couple Megan et Scott et leur invente une vie.

Mais un jour, Megan disparait. Rachel se trouvait dans les environs au moment de sa disparition mais elle ne se souvient plus de rien : elle était, en effet, complètement saoule ! 

Megan a eu une vie avant son mariage avec Scott, une vie secrète qu'elle partage avec son psy. Il ne le sait pas, mais son mari ne connait vraiment pas Megan. C'est suite à sa disparition qu'il prendra connaissance de certains passages de sa vie.

S'ajoute à ces héroïnes, la femme qui a pris le coeur de Tom, l'ex-mari de Rachel : Anna.

Anna est jalouse et ne supporte pas Rachel, pas plus d'ailleurs que Megan qui lui a servi de baby-sitter pour la petite fille qu'elle a eue avec Tom. 

Lorsque Megan disparait, les soupçons se tournent vers Rachel, vers Scott, vers le psy. Le lecteur est aussi en droit de se demander si Tom n'aurait pas quelque chose à voir avec la disparition de Megan. Quatre suspects donc qu'on ne peut départager...

Premier livre lu dans le cadre de mon challenge "Lire sous la contrainte" dont le thème est, cette fois, les moyens de locomotion. 

challenge Lire sous la contrainte1. le train

 

Posté par philippedester à 21:11 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 mai 2016

Voleur de vies de Frank Andriat

Résultat de recherche d'images pour "Voleur de vies" est le 27e roman de Frank Andriat que je lis. 

Dans ses romans, l'auteur aborde des sujets divers.

Ici le lecteur est un peu décontenancé par la fin du récit, mais commençons par le début.

Un jeune homme, un jeune voleur de portefeuilles, Lézard, vit seul dans une pauvre piaule. Quand il a de l'argent, c'est parce qu'il a volé un portefeuille bien rempli. A ce moment, il va manger dans un bon restaurant. Ainsi va sa vie.

Un jour, il rencontre Méduse, une fille issue de la haute société, un peu rebelle, dont il tombe éperdument amoureux. Pour elle, il est prêt à tout.

Un jour, elle le fait rencontrer un écrivain qui lui dédicace son dernier bouquin. Et là, quelle n'est pas sa stupéfaction d'y lire sa propre histoire. Le héros est surnommé "Lézard", c'est un petit voleur. Il est amoureux d'une fille surnommée "Méduse". Même les dialogues ne lui sont pas inconnus. 

Lézard ne sait plus qui il est ni où il en est. Il arrête le livre avant la fin, sûr d'y découvrir son avenir, s'il allait jusqu'au mot fin. 

Lézard est-il un personnage réel ou est-il sorti tout droit de l'imagination de l'auteur à succès? 

La fin répond à cette question et laisse le lecteur perplexe. 

J'ai beaucoup  aimé ce livre qui fait tourner le lecteur en bourrique ! 

 

Posté par philippedester à 06:32 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

03 mai 2016

Le mardi sur son 31

challenge mardi

Difficile de vous présenter le livre que je lis cette semaine. Il s'agit de "Année Zéro" de Jeff Long. 

J'ai lu le prologue et 2 chapitres, et ces 3 parties n'ont, pour le moment, aucun rapport entre eux. 

Jérusalem est en ruine. Un tremblement de terre a mis la ville sainte par terre. Des pilleurs de tombes en profitent pour faire des fouilles et essayer de trouver des objets en rapport avec Jésus-Christ...

Sur l'ile de Corfou, un collectionneur achète une croix qui contient une petite fiole...

Dans le Maine, la fille d'un grand professeur a créé un monstre mi-humain, mi-batracien...

Nul doute que ces histoires vont se rejoindre plus loin ! 

A la page 31 (nous sommes toujours dans le prologue), on trouve notamment

"Ils ont quand même pris la peine de dater et de déterminer le sexe de ce qui leur tombait sous la main. Tous les cadavres sont des hommes. La majorité date du premier siècle ou même avant. Quant à la cause de la mort, aucun doute n'est permis.

- Les crucifiés disparus, murmura Nathan Lee."

 

Posté par philippedester à 06:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 avril 2016

Kyrielle blues de Véronique Biefnot et Francis Dannemark

couv-kyrielle

J'ai découvert Véronique Biefnot avec sa trilogie "Comme des larmes sous la pluie" l'année dernière. J'avais adoré le premier volet.

J'ai découvert Francis Dannemark avec "Histoire d'Alice qui ne pensait jamais à rien" et "Aux anges".

Les voilà réunis pour une histoire très réussie écrite à quatre mains "Kyrielle blues".

Pourquoi "Kyrielle"? Parce que c'est un mot qu'on n'emploie plus beaucoup et que le père de l'héroïne utilisait, parce que Nina, l'héroïne hérite d'une kyrielle de choses qui lui rappellent des souvenirs anciens.

Pourquoi "blues"? Parce que le père de Nina, qui vient de mourir, était un pianiste de jazz réputé et que cette musique fait partie intégrante du récit. Parce que le père de Anton, le fils de Nina est également musicien. Parce que le notaire chez qui Nina est appelée est un élève (et plus que ça...) de Teddy, le père de Nina. Vous me suivez?

Difficile de résumer ce bouquin sans trop en dévoiler. 

Vous savez donc que Teddy est mort et que Nina doit se rendre en l'étude du notaire Antoine de Laval pour la lecture du testament.

Nina habite Bordeaux, son père habitait Hazebrouck, aussi la jeune femme doit se rendre dans le Nord pour rencontrer le notaire qui lira le testament de son père.

Là, une surprise l'attend. Je devrais dire "les" attend car les révélations du pianiste touchent également Antoine. Ce testament changera la vie des deux personnages...

Paikanne a qualifié ce roman de "roman-friandise". Je pense que le terme est bien choisi. Ce livre qui se lit très vite m'a fait passer de très bons moments. J'ai beaucoup aimé.

PS Je me suis juste un peu ennuyé avec la lecture (très longue) du testament...

smiley 1

J'ai reçu ce livre pour mon anniversaire. Merci beaucoup à ma généreuse donatrice.

Des mêmes auteurs "La route des coquelicots" que j'acquerrai prochainement. 

Posté par philippedester à 06:29 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 avril 2016

Le mardi sur son 31

challenge mardi

Comme 8 millions de lecteurs, je lis "La fille du train" de Paula Hawkins. Un gros succès qui me tente depuis quelques mois et un cadeau pour mon anniversaire.

Est-il besoin de le présenter?

En deux mots : Rachel vit chez une amie depuis qu'elle s'est séparée de son mari. Tous les jours, elle prend le train pour se rendre à son travail. Chaque jour, le train s'arrête derrière une maison dans laquelle vit un jeune couple. Rachel les observe, le couple lui devient familier, elle a l'impression de le connaitre. Un jour, la jeune femme disparait... Rachel est-elle impliquée dans cette disparition?

A la page 31, on trouve notamment

"Parfois, je ne regarde même pas passer les trains je me contente de les écouter. 

Aujourd'hui, le train ne s'arrête pas et il passe lentement. J'entends les roues claquer sur les traverses, je le sens presque remuer. Je ne peux pas voir les visages des passagers et je sais que ce ne sont que des employés qui font la navette jusqu'à la gare d'Euston, à Londres, pour se rendre à leur bureau, mais j'ai bien le droit de rêver."

 

Posté par philippedester à 05:42 - Commentaires [6] - Permalien [#]