D'un livre à l'autre

01 septembre 2015

Le mardi sur son 31

challenge mardi

1er septembre, c'est la rentrée. J'aurai beaucoup moins de temps pour lire. J'ai fait de belles découvertes pendant ces vacances. J'espère terminer ma 3e trilogie cette semaine.

En attendant, je termine Chattam (pour cette année, je le retrouverai l'an prochain) avec "La promesse des ténèbres" qui donne la réponse à la question qu'on se pose à la fin de la trilogie du Mal : "Qu'est devenu le mari d'Annabel O'Donnell, la détective.

Dans ce volume, Maxime Chattam plonge ses lecteurs dans le monde de la prostitution et des films X. 

A la page 31, on trouve notamment

"L'affaire était entendue pour lui, il ne ferait pas ce reportage sur les dessous du X, ça ne l'intéressait pas, ce n'était pas son créneau. En revanche, la fille l'intriguait. Sa beauté était attirante, mais au-delà de son physique c'était l'attitude qu'il aimait. Un soupçon de provocation, l'oeil vif, et ce sourire calculé. La prise de vue était remarquable."

 

Posté par philippedester à 06:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]


29 août 2015

Les murmures de la terre de Véronique Biefnot

biefnot

Deuxième volet de sa trilogie, "Les murmures de la terre" de Véronique Biefnot nous emmène en Bolivie, dans le monde amérindien des chamanes.

Je le dis d'emblée, il ne s'agit plus d'un coup de coeur. L'effet de surprise est passé et le récit se déroule trop lentement à mon goût. Je ne me suis pas ennuyé mais j'ai trouvé certaines longueurs dans le récit. Le sujet principal, le chamanisme, ne m'intéresse pas particulièrement. J'ai d'ailleurs passé les pages où notre héroïne s'envole dans des voyages chamaniques.

Mais venons-en aux faits

Naëlle est toujours confrontée à ses démons intérieurs. Simon l'envoie faire un voyage thérapeutique, à la recherche d'elle-même, en Bolivie. 

Le voyage se termine, mais Naëlle a disparu. Simon, alerté par les autorités, prend l'avion pour retrouver celle qu'il aime par-dessus tout. 

Naëlle a été sauvée lors d'une chute dans un ravin par un indien qui l'emmène dans sa famille et la soigne. Elle participera ensuite à des voyages chamaniques qui, peu à peu, lui permettront de retrouver une partie de sa mémoire perdue...

Autres thèmes du récit : le dédoublement de personnalité, l'hypnose et les lobbies pharmaceutiques.

Note :

Après la lecture de "Comme des larmes sous la pluie", j'ai écrit un mot à Véronique Biefnot pour la féliciter pour ce premier roman très réussi.

L'auteure m'a gentiment répondu et m'a donné des explications sur sa trilogie :

"Si j'ai tenté de construire le premier sur le 
tempo de la course, le second est plus proche de la marche et de 
l'introspection ...tandis que le troisième ," Là où la lumière se pose", 
qui clôt ( provisoirement peut-être) la trilogie est plutôt dans la 
veine du premier, bouclant la boucle et remettant en scène tous les 
protagonistes."

J'ai donc hâte de lire le 3e volet qui vient tout juste de sortir. Je l'ai commandé...

trilogie de l'étéLa trilogie de l'été 8/9

 

Posté par philippedester à 21:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 août 2015

Comme des larmes sous la pluie de Véronique Biefnot

biefnot

C'est un peu par hasard si j'ai entamé cette trilogie d'une auteure belge que je ne connaissais pas et ce sera, sans doute, mon gros coup de coeur de l'année.

J'ai adoré "Comme des larmes sous la pluie" et je ne sais pas comment vous en parler. Je voudrais vous tenter, vous inciter à lire ce roman et, en même temps, je ne veux pas trop en dire, je ne veux pas dévoiler l'intrigue. 

D'un côté, il y a Naëlle, une jeune femme qui vit seule avec son chat, qui a peur des contacts et qui, pourtant, au fond d'elle-même, voudrait être comme tout le monde. 

De l'autre côté, il y a Simon, un écrivain célèbre, veuf, qui vit avec son fils. Sa famille est constituée d'un couple d'amis et de leurs enfants.

Si on se trouvait dans une romance, les deux héros se rencontreraient et fileraient le parfait amour. Mais on en est loin! Et ce qui apparait aux 2/3 du récit laisse le lecteur abasourdi! 

Je connaissais le thème exploité par Véronique Biefnot mais je ne m'étais jamais penché sur le sujet. Je savais seulement que ça existait. Oh que c'est dur de ne pas vous en parler...!!!

Entre les chapitres qui présentent à tour de rôle Naëlle et Simon, une voix enfantine s'élève, voix qui recouvre le récit d'une zone d'ombre. Mille questions passent par la tête. 

Puis, le lecteur (moi, en tout cas) est déboussolé! Il pense avoir loupé quelque chose. (Je me voyais déjà écrire à l'auteure pour lui demander des éclaircissements.) Et, tout à coup, tout s'éclaire! Paf! On rentre dans un sujet trèèèèès spécial, un thème inexploité dans les romans...

Allez, j'arrête là sinon je vous en dirai trop! Et puis, je cours lire la suite de ce récit dans le tome 2 "Les murmures de la terre". 

Si vous lisez ce bouquin, ne vous découragez pas. Au début, l'histoire est plutôt banale, il ne se passe pas grand-chose...jusqu'à la révélation et pouf ! 

Un livre que j'ai dévoré en deux jours. Thriller amoureux (comme le signale la 4e de couverture) ou pas; thriller tout court ou pas, ce bouquin est un véritable page-turner, une fois embarqué dans le train, le lecteur va jusqu'au terminus le plus vite possible! 

trilogie de l'ététrilogie de l'été 7/9

coeur

 

Posté par philippedester à 06:35 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 août 2015

Le mardi sur son 31

challenge mardi

Ce mardi, je poursuis les aventures de Naëlle et Simon (Comme des larmes sous la pluie : billet demain) : "Les murmures de la terre" de Véronique Biefnot

Naëlle se rend en Bolivie à la recherche de son "autre moi". Elle participe à un voyage thérapeutique qui devrait lui rendre la paix intérieure. 

A la page 31, on trouve notamment

A cette époque, Simon, voyant Naëlle s'enfoncer à nouveau dans une torpeur stérile, avait suggéré de l'envoyer à l'autre bout du monde, en Bolivie.
Etait-ce la solution? Etait-elle capable de voyager seule, même dans le cadre de cet accompagnement thérapeutique? 

Posté par philippedester à 05:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 août 2015

Le poids des mensonges de Patricia MacDonald

poids

Patricia MacDonald est une auteure que je suis depuis de nombreuses années. 

"Le poids des mensonges" est le 15e que je lis de l'auteure. 

J'ai envie de dire : "Rien de nouveau sous le soleil"! Ce polar ressemble, en effet, à des centaines d'autres. C'est du polar gentil, le genre qui ne fait peur à personne (contrairement à d'autres que je ne citerai plus! Non, je n'en suis pas encore tout à fait remis!).

Un enfant disparait alors que sa belle-mère le conduit à l'école. Personne ne l'a vu; elle n'a aucune preuve qu'elle a bien amené son "fils" à l'école. 

Le gamin, Geordie, 6 ans, a perdu sa mère; elle a été écrasée par un chauffard qui a pris la fuite. Caitlin a épousé le père du gamin et tout se passe pour le mieux...jusqu'à la disparition du petit.

Un fait est alors révélé : le chauffard, responsable de la mort d'Emily, n'est autre que le propre frère de Caitlin. Jamais elle n'a osé l'avouer ni à son mari ni à la famille de la victime.

Du coup, Caitlin n'apparait plus aussi blanche aux yeux des gens qui l'entourent et Noah, son mari, la jette dehors.

Pourtant, Caitlin n'est coupable que d'un mensonge par omission. Elle aime le petit comme le sien et est décidée à tout faire pour le retrouver...

Comme je vous l'ai dit plus haut, rien d'original dans ce thriller mais une intrigue bien menée, un suspense omniprésent et une surprise à la fin.

Il est question ici de pédophilie, d'inceste, d'abus d'enfants, un thème malheureusement assez courant.

Livre lu entre deux trilogies, qui me permet de participer au challenge "Les dames en noir" et au challenge américain de Noctenbule

challenge US

challenge-les-dames-en-noir

 

Posté par philippedester à 21:30 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , ,



19 août 2015

Sans faille de Valentin Musso

musso

On peut dire que Valentin Musso après Maxime Chattam, c'est du petit lait.

Du frère de Guillaume, j'ai adoré "Les cendres froides", un roman très intéressant sur les maternités nazies; j'avais beaucoup aimé "La ronde des innocents" qui avait pour thème "les surdoués"; j'ai moyennement aimé "Le murmure de l'ogre", un thriller comme il en existe tant. "Sans faille" n'est, pour moi,  pas plus intéressant; je le qualifierais plutôt de thriller psychologique. Me voilà donc un peu déçu des deux derniers romans de l'auteur! 

Il m'a fallu un certain temps pour entrer dans le récit. Pourquoi certains bouquins vous attirent-ils comme un aimant dès les premiers mots, pourquoi d'autres démarrent lentement et d'autres encore jamais? Difficile à dire! 

"Sans faille" se divise en 2 parties qui s'entrelacent. 

Des anciens copains d'école se retrouvent, à l'âge adulte, pour un weekend en montagne et une petite expédition sur un glacier, dans les Pyrénées. 

On les retrouve, à l'adolescence et, petit à petit, l'histoire se met en place. Le lecteur comprend ce qu'il se passe même s'il hésite presque jusqu'à la fin sur les motivations du héros. 

L'expédition en montagne tourne mal : deux d'entre eux tombent dans un ravin; un autre est malade comme un chien; ils sont perdus sans secours possible et les portables ne passent pas. 

Hasard? Accident? Ou vengeance? Le lecteur opte pour la 3e solution. 

Celui qui a entrainé ses copains dans ce délire a été brimé dans sa jeunesse, dominé par les autres, trahi même. On comprend donc que le désir de vengeance le mine...

La fin annonce la couleur : accident ou actes volontaires? Je ne vous en dirai pas plus...bien que le bandeau en dise long (trop!).

Pas mal mais sans plus et très loin des deux premiers romans de l'auteur d'où ma déception. Celui qui découvrira Valentin Musso par ce roman ne pourra pas comparer et ne connaitra donc pas ma déception! 

 

Posté par philippedester à 05:56 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

18 août 2015

Le mardi sur son 31

challenge mardi

Début d'une nouvelle trilogie en ce mardi : "Comme des larmes sous la pluie" est le premier roman de Véronique Biefnot, actrice, peintre, metteur en scène et ... belge! 

Je ne connaissais pas cette dame avant d'avoir lu "Aux anges" de Francis Dannemark.

Les deux auteurs ont collaboré et leurs personnages voyagent du roman de Francis à "Là où la lumière se pose" de Véronique. 

Ils viennent de publier deux romans à quatre mains : "La route des coquelicots" et "Autour de l'amour", un recueil qui mêle poésie et prose. Un troisième roman en commun est en cours d'écriture.

La 4e de couverture annonce ici un thriller amoureux? Qu'est-ce? 

Le début du récit présente les personnages : Naëlle est une jeune fille très isolée, Simon est un écrivain qui vit reclus avec son fils. On devine que les deux personnages vont se rencontrer par l'intermédiaire d'amis communs : Céline et Grégoire. 

Pas de page 31, je me rabats donc sur la page 30.

Naëlle est invitée par une de ses clientes, Céline, à manger au restaurant. C'est la première fois qu'elle mange en compagnie de quelqu'un...

A la page 30, on trouve notamment :

"Elles riaient toutes les deux, comme si un verrou avait sauté; et ce couple de femmes radieuses ne manquaient pas d'attirer le regard des autres clients; pour une fois, Naëlle s'en moquait, elle avait le sentiment de ne pas être seule à les affronter, à les ignorer; pour une fois, elle se sentait bien dans un endroit public, pour une fois, elle ne se sentait pas seule."

 

Posté par philippedester à 06:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]

16 août 2015

Maléfices de Maxime Chattam

maléfices

Quelle imagination, quelle précision et que de recherches pour cette trilogie! 

Une fois encore, Maxime Chattam balade ses lecteurs d'un suspect à un autre, semant de fausses pistes pour les égarer. Mais, cette fois, j'ai trouvé le coupable (ce qui est extrêmement rare). Bien sûr, j'ai beaucoup douté puisque, plusieurs fois, les policiers avaient soi-disant découvert le meurtrier. Je me disais : "Non, ce n'est pas possible, il reste 100 pages, il reste 60 pages, ce n'est pas le bon meurtrier".

Dans ce tome, on retrouve Joshua Brolin, l'ex-profileur devenu détective privé, toujours pas remis de ses blessures morales, et Annabel O'Donnel que les lecteurs ont découvert dans le deuxième tome, détective new-yorkaise.

J'espérais une union entre les deux héros mais Maxime Chattam ne fait pas dans l'eau de rose... Aux lecteurs d'imaginer comment leur relation évoluera. 

 Le point fort de "Maléfices" : les araignées utilisées ici comme tueuses. Les blessures morales d'une femme "vide" qui ne peut avoir d'enfants, la domination masculine sont les autres "thèmes" de ce roman.

Une fois commencé, ce bouquin de 640 pages doit être lu très vite car il est aussi addictif que les deux précédents (même si mon gros coup de coeur reste le premier, peut-être justement parce que c'est le premier Chattam que j'ai lu). Je soupçonne l'auteur de n'écrire que des "page-turner".

Pour l'ensemble de la trilogie, j'ai remarqué un manque d'utilisation du téléphone portable et d'Internet. 

Une énigme reste irrésolue : "Qu'est devenu le mari de la détective O'Donel?" Maxime Chattam promet de satisfaire la curiosité des lecteurs dans une autre histoire bien différente (sans la présence de Brolin, snif!) mais il n'en donne pas le titre. 

Quelqu'un peut-il donc me donner le titre du roman dans lequel on retrouve Annabel et son mari?

Et voilà ma deuxième trilogie de l'été terminée! Il m'en reste une bien différente mais le tome 3 n'est pas encore sorti en poche, ce sera le cas à la fin du mois, parait-il. 

trilogie de l'étéLa trilogie de l'été 6/9

smiley 1

Et encore une participation au challenge "un pavé par mois" de Bianca avec ce roman de 640 pages.

challenge-un-pave-par-mois Bianca

 

Posté par philippedester à 13:07 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 août 2015

La robe en soie bleue ensablée de Laurence Amaury

robe

Après ma chronique sur "Le vertige empaillé", Laurence Amaury m'a gentiment offert un autre recueil de nouvelles "La robe en soie bleue ensablée". Cette robe sera le lien entre les différentes nouvelles.

Après "In tenebris", j'avais besoin d'une petite pause dans l'horreur, j'ai donc lu ces nouvelles avec plaisir.

"Océane" comme un hymne à la mer, la mer du Nord où se déroule ce récit. On y découvre cette fameuse robe qui donnera le titre du recueil.

Trois jeunes gens squattent une maison, "Océane", dans laquelle ils vont trouver des souvenirs des anciens occupants. Ceux-ci influenceront leur existence jusque dans le prénom de leurs futurs enfants...

-----------------------------------

Dans "Légende tzigane pour violon", un homme se rend au cimetière sur la tombe de sa mère. Là, il aperçoit une jeune femme qui enterre un paquet au pied d'une tombe sans nom. Intrigué, curieux, il ne peut résister à la tentation et déterre le paquet. Il ne le sait pas encore mais le contenu l'intéressera au plus haut point...

Secrets de famille et suspense...

Je pense que c'est la nouvelle que j'ai préférée.

-----------------------------------------------

Dans "Gaillardmont", Laurence Amaury plonge ses lecteurs dans les arcanes de l'amour. L'amour et ses mystères.

Pourquoi tombe-t-on amoureux(se) d'une personne plutôt que d'une autre? Comment s'en sortir si on s'est trompé de partenaire, si l'amour éprouvé pour quelqu'un n'est pas vraiment de l'amour? 

Si l'auteure invite le lecteur à démêler les écheveaux du sentiment amoureux, elle l'invite aussi à visiter sa chère ville de Mons. Après la lecture de cette nouvelle, je n'ai qu'une envie : parcourir les différentes rues décrites par Laurence.

--------------------------------------------------------------------

Avec "Simonne", Laurence Amaury rend hommage à sa famille côté maternel et invite le lecteur à feuilleter avec elle un album de photos familial. J'avoue m'être un peu perdu dans son arbre généalogique, mais qu'importe, puisque Simonne est l'héroïne de ce récit.

--------------------------------------------------------------------------------------

Dans "Tarziblotte", mot surgi dans la tête de l'auteure, Laurence Amaury met en avant son amour de la lecture et de l'écriture. Et la robe en soie bleue attend son heure au fond d'une valise...

--------------------------------------------------------------------------------------------------

Enfin, "Les demoiselles de Honfleur" emmènent le lecteur dans cette cité portuaire de la fin du XIXe siècle où il pourra rencontrer le peintre Eugène Boudin, le musicien Erik Satie et l'humoriste Alphonse Allais, tous originaires de la cité. 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et dans chaque nouvelle, le lecteur se régalera de l'écriture parfaite de Laurence. 

 

Posté par philippedester à 11:23 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 août 2015

In tenebris de Maxime Chattam

in tenebris

Dans le deuxième tome de la trilogie du mal, Maxime Chattam emmène ses lecteurs dans les ténèbres et bien plus loin. Il s'agit d'avoir le coeur bien accroché!

Comment vous parler de ce thriller sans vous en dévoiler le thème qui n'apparait qu'en fin de récit?

Une jeune femme, nue, hurlant à tout vent, courant comme une dératée, est interceptée. Elle a été scalpée et affirme s'être échappée de l'enfer. 

Pour le moins, on peut dire qu'elle ne ment pas! 

La jeune détective Annabel O'Donnel, dont le mari a disparu, prend l'enquête en main.

Et c'est la plongée dans l'enfer! Les photos de 67 personnes disparues sont retrouvées. Tous les visages affichent la même terreur.

Parmi ces visages, il y a celui de Rachel Faulet, enceinte, disparue alors qu'elle séjournait chez sa soeur. 

Ici on retrouve Joshua Brolin, le profileur du tome 1, qui a démissionné, est devenu détective privé et a été engagé par les parents de la jeune fille pour la retrouver. Il travaillera donc en collaboration avec Annabel O'Donnel. 

Tous deux rencontreront des monstres et plongeront, ensemble, dans l'horreur...

Ames sensibles s'abstenir...

J'ai beaucoup aimé ce bouquin, mais ce n'est pas le gros coup de coeur que j'ai éprouvé pour le tome 1.

trilogie de l'étéLa trilogie de l'été 5/9

smiley 1

 

Et une participation au challenge "un pavé par mois" de Bianca avec ce roman de 600 pages. 

 

challenge-un-pave-par-mois Bianca

Posté par philippedester à 06:39 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,