D'un livre à l'autre

17 mai 2022

Je te vois de Teresa Driscoll

Je te vois par DriscollElla, jeune femme sans histoire, fleuriste, mariée, un enfant, prend le train pour Londres. Dans le wagon, elle observe deux adolescentes qui flirtent lourdement avec deux types qui sortent de prison. Elle a peur que tout ça dégénère et voudrait appeler les parents des jeunes filles. Mais un acte qu'elle réprouve la fait renoncer. 

Le lendemain, elle apprend qu'une des filles a disparu. C'est le choc pour elle. La culpabilité va la ronger de l'intérieur. De plus, elle reçoit des messages haineux et finalement des cartes postales anonymes qui la font engager un détective privé. 

De plus, la mère de la jeune fille disparue lui en veut terriblement. Est-ce elle le corbeau? La vie du témoin devient un enfer...

Chaque chapitre du livre est consacré à un des protagonistes : le témoin, le père qui a menti et dont la voiture a été vue près de la gare, l'amie de la disparue qui se trouvait avec elle dans le train et qui, manifestement, ne dit pas toute la vérité, le détective privé et celui qui observe dans l'ombre...

Un an plus tard, suite à un appel à témoins à la télévision, l'enquête part dans d'autres directions...

Un thriller assez addictif par le fait que la plupart des chapitres se terminent en suspense...

 

Posté par philippedester à 08:20 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,


13 mai 2022

Fais-le pour maman de François-Xavier Dillard

Fais-le pour maman par DillardIl y a trois ans, je découvrais l'auteur avec "Ne dis rien à papa", un roman qui m'avait beaucoup plu. 

Ici on passe de papa à maman avec "Fais-le pour maman", un roman qui m'a tenu en haleine pendant quelques heures de délicieuses lectures ! Un vrai page-turner ! 

Sûr que je continuerai à lire l'auteur. 

Sébastien a 7 ans. Il vit avec Valérie, sa soeur plus âgée et leur mère. Mère et fille se disputent souvent. Un jour, c'est le drame : la mère plante un couteau dans le ventre de sa fille. 

Avant que les secours n'arrive, la mère persuade le petit de s'accuser, lui. Il ne risque rien, il est trop jeune. Mais, les policiers ne croient pas à son histoire et la mère est incarcérée. 

Valérie s'en sort, du moins physiquement. Les deux enfants seront séparés. Sébastien sera adopté et deviendra médecin. 

Un autre drame va bousculer son existence : deux de ses jeunes patients meurent dans le même hôpital presque en même temps ! Le voilà soupçonné de meurtres ! 

Les voix du passé se réveillent et l'auteur réserve plein de surprises à ses lecteurs. 

La fin est inattendue et peut-être un peu exagérée quoique... en y réfléchissant bien, pourquoi pas? 

PS J'ai beaucoup aimé l'intervention de Léa, la fille ainée de Sébastien, qui prend la parole régulièrement. 

smiley 1

Posté par philippedester à 08:23 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

10 mai 2022

Mademoiselle Papillon d'Alia Cardyn

Mademoiselle Papillon par CardynVoilà un livre que j'ai pas mal vu passer sur les réseaux sociaux et qu'il me tardait de découvrir. 

Le 30 avril, nous sommes allés voir la fête des cerfs-volants à Berck-sur-Mer et nous avions décidé de visiter l'abbaye de Valloires le lendemain, 1er mai. 

DSC08393

J'ai donc décidé de lire ce livre dont la trame a l'abbaye pour lieu avant d'y aller. Je l'ai terminé le 30 au soir. Tout juste ! 

DSC08403

Ce livre est intéressant, j'ai bien aimé, mais ce n'est pas un coup de coeur. 

Je pense que tout le monde connait ou presque Thérèse Papillon, cette infirmière qui, en 1922, s'est installée dans les murs de l'abbaye de Valloires afin d'ouvrir un "preventorium", une sorte d'hôpital qui recueillait des enfants de la rue, des enfants mal nourris (on est après la guerre) afin d'éviter qu'ils n'attrapent la tuberculose. Une vie exceptionnelle que cette demoiselle Papillon.

DSC08388

DSC08379

Alia Cardyn a introduit, dans ce récit, un personnage fictif, Gabrielle, une infirmière en néonat qui a beaucoup de mal à accepter la mort de quelques prématurés qui lui sont confiés. Elle n'est pas très heureuse dans son métier, mais se donne à fond pour "ses petits". 

Elle a aussi introduit une histoire d'amour qui, à mon sens, était tout à fait inutile, mais ça fait vendre, sans doute. 

Les deux histoires s'alternent dans un roman finalement bien réussi, même si je ne l'ai pas trouvé exceptionnel. 

PS Son précédent succès "Une vie à t'attendre" avait été un flop pour moi. Je pense que l'écriture de l'auteure ne me touche pas. 

 

Posté par philippedester à 21:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 mai 2022

Duelle de Barbara Abel

Duelle par AbelMon avis est plutôt mitigé pour ce roman de Barbara Abel. J'ai trouvé le rythme très lent dans sa première moitié. J'ai de loin préféré la deuxième moitié. 

Barbara Abel explore le thème de la gémellité et de la séparation des jumeaux. 

Lucy vit heureuse (en apparence) avec son mari et ses deux enfants. En fait, elle cache un secret à son entourage. Ce secret ne sera révélé qu'en fin de récit et viendra changer tout le cours de son existence. 

Elle est invitée dans une émission télévisée, car quelqu'un la recherche. Lucy a été abandonnée à la naissance. Elle est donc sûre que c'est sa mère qui veut la retrouver. 

La surprise est grande quand, sur les plateaux de télévision, elle rencontre une jeune femme qui lui ressemble comme deux gouttes d'eau. On ne lui a jamais dit qu'elle avait une soeur jumelle. 

Angèle et Lucy n'ont pas été adoptées par le même genre de parents. Lucy a été choyée, a une vie confortable, vit en couple, a des enfants. Angèle n'a rien et, petit à petit, la jalousie s'installe en elle et une idée germe dans son esprit : prendre la place de sa soeur...

Finalement qui va manipuler l'autre? 

L'histoire est bien imaginée. Dommage qu'elle soit longue à se mettre en place. J'ai passé des pages... Ce n'est jamais bon signe ! 

Posté par philippedester à 08:05 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 mai 2022

La lettre de Queenie de Rachel Joyce

La lettre de Queenie par JoyceIl y a un an, je lisais un roman au titre à rallonge "La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi" de Rachel Joyce (voir ici), un livre que j'avais découvert, par hasard, dans une librairie d'occasions. Ce bouquin était plutôt lent, mais malgré tout, il m'avait bien plu. 

Quand j'ai découvert la suite de ce roman, je n'ai pas hésité : je me suis replongé dans l'histoire. 

En fait, ce n'est pas une suite, c'est la même histoire vue par un autre protagoniste. 

Dans le premier tome, Harold Fry recevait une lettre d'une ancienne collègue perdue de vue. Elle lui annonçait qu'elle était en phase terminale d'un cancer et lui disait au revoir. Parti poster la réponse à Queenie, Harold n'a cessé de marcher pour rejoindre celle qui l'avait aimé en secret. 

Dans ce deuxième tome, la parole est donc donnée à Queenie. Elle attend Harold - les médias parlent de cet homme qui traverse l'Angleterre à pied pour se rendre dans un centre de soins palliatifs - et elle raconte sa vie à une infirmière. 

Le lecteur a donc un point de vue tout à fait différent des événements. Queenie raconte sa rencontre avec Harold, mais aussi avec le fils de celui-ci, un être très tourmenté...

Queenie se livre complètement, elle parle de son amour qu'elle a tu jusqu'à la fin de sa vie, de sa culpabilité de n'avoir rien fait pour que le jeune David aille mieux. 

Les chapitres alternent entre la vie de Queenie et le quotidien du centre de soins où régulièrement la camionnette des pompes funèbres se pointent...

Un 2e tome réussi, dans le style du premier. Moi qui aime les romans où ça bouge me suis laissé séduire par ces deux récits avec une préférence pour le premier quand même...

 

 

Posté par philippedester à 21:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,


04 mai 2022

Dérangée de Céline Khoury Farah

Dérangée par Khoury FarahTout d'abord, je remercie les éditions "Le livre et la plume" pour ce partenariat. 

"Dérangée" est le premier roman de Céline Khoury Farah qui travaille dans le management hôtelier. 

Dans ce roman, elle expose à ses lecteurs la face sombre d'une adolescente qui trouve dans le dark web un exutoire à son mal-être. 

Il est très difficile de lire un roman quand l'héroïne vous est, d'emblée, antipathique. C'est ce qui est arrivé avec "Dérangée". 

Romane est une ado qui a beaucoup souffert. Elle a perdu son père quand elle était en maternelle. Il ne lui manque pas, elle l'a si peu connu. Pourtant, une autorité masculine aurait été la bienvenue. Son frère, avec qui elle ne s'entend pas du tout, joue un peu ce rôle, un rôle qui ne lui était pas attribué. 

Sa mère ne s'est pas remariée. Ils vivent donc à trois dans une famille plutôt atypique. Sa mère aurait dû reporter son amour sur ses enfants, mais il semblerait que seul le fils trouve grâce à ses yeux. Elle ne voulait pas de fille. Elle a accouché prématurément et les premiers contacts entre la mère et la fille n'ont pas eu lieu. 

Romane est donc seule. Elle a peu d'amies. Etant très bonne élève, elle est appréciée de ses professeurs et certains élèves ne la fréquentent que pour les travaux de groupes. Réussite assurée ! 

Un jour, elle commet un acte odieux (amis des animaux, s'abstenir) et la vidéo est mise malencontreusement en ligne. Les insultes pleuvent et Romane devient la bête à abattre. Toutefois, elle relativise : le soufflé retombera bien vite. Il en va ainsi sur les réseaux sociaux. 

Sa mère l'emmène chez un psy à laquelle elle se confie. 

Le dernier chapitre est consacré à ses activités sur le dark web et je dois dire que j'ai sauté des passages tant cette fille peut être cruelle ! 

Romane est "dérangée"? Sans doute ! 

Elle a manqué d'amour? C'est certain ! 

Je n'ai toutefois éprouvé que très peu d'empathie pour elle, car elle sait très bien ce qu'elle fait et n'éprouve aucun remords. Une fille à deux faces, plutôt du genre manipulatrice. 

J'ai trouvé le livre un peu long (même s'il ne fait pas 200 pages) et plutôt redondant. 

Je souligne toutefois l'écriture très jolie de l'auteure et son vocabulaire assez riche. 

 

service de presse

Posté par philippedester à 06:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

02 mai 2022

Nouvelle Babel de Michel Bussi

Nouvelle Babel par BussiOn peut dire que Michel Bussi sait se renouveler. Les thèmes sont très différents d'un livre à l'autre. C'est sans doute ce que j'aime en lui : la surprise. 

Eh bien, cette fois, j'ai été surpris, mais pas forcément convaincu par cette lecture que j'ai jugée lente, trop longue, pas assez addictive, avec des personnages qui m'ont laissé indifférent. 

Bussi emmène ses lecteurs en 2097. Rassurez-vous, pas de petits bonshommes verts ou de robots destructeurs, juste une projection de ce que pourrait être la vie sur terre à l'aube du XXIIe siècle. 

Dix milliards d'humains se partagent cette terre où les pays n'existent plus : une seule grande nation, une seule langue et le pouvoir de se déplacer à sa guise grâce à la téléportation. 

Les hommes vivent en paix puisqu'il n'y a plus de nations, plus de territoires à conquérir, plus de frontières à défendre. Ils peuvent se rendre d'un simple clic sur un bracelet là où ils veulent à condition que le lieu ne soit pas privé et qu'on respecte le taux d'occupation.  

La vie semble se dérouler dans un vrai paradis, mais les choses ne sont pas nécessairement telles qu'on les imaginent. Un président est à la tête de cette planète, un ordinateur enregistre tous les déplacements des habitants et peut même les bloquer, des "déportés" sont bloqués dans un désert (ce sont des prisonniers politiques dont les pensées ne correspondent pas à celle du président ou de la nouvelle Constitution). 

10 retraités allemands sont assassinés sur la petite ile où ils passaient leur retraite dorée. Une curieuse inscription qui rappelle la déportation des Juifs est gravée dans un arbre. Un livre interdit qui fait immanquablement penser à "Mein Kampf" est retrouvé dans la chambre d'un des retraités. C'est le début d'une histoire qui devrait aboutir à "La nouvelle Babel", un lieu qui devrait accueillir quasiment tous les habitants de la planète lors de la fête qui commémore les 100 ans de la téléportation. 

Un fabuleux tour du monde qui m'a laissé un peu sur ma fin. Où est passé le suspense insoutenable rencontré dans d'autres romans de l'auteur comme "Nymphéas noirs" ou "Maman a tort"? 

Et moi qui rêve de pouvoir me téléporter où bon me semble depuis des années ! Je ne pensais pas que ça pourrait causer autant de problèmes ! Vous avez détruit mon rêve, monsieur Bussi ! 

Je ne vous parlerai pas de la couverture que je trouve hideuse...

 

 

Posté par philippedester à 08:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 avril 2022

L'enfant réparé de Grégoire Delacourt

L'enfant réparé par DelacourtCe roman de Grégoire Delacourt est une autobiographie qui peut toucher certaines personnes, mais qui m'a laissé indifférent. Je me suis ennuyé tout au long de ma lecture (qui est courte heureusement). La fin rattrape un peu l'ensemble. 

Dans ma critique de "Derniers fragments" de Christiane Singer, je disais que l'auteure avait couché sur le papier des pensées, des sentiments sans suite et sans logique et qui, selon moi, ne pouvait toucher que la famille et les amis de l'auteure. C'est pareil, à mon sens, pour "L'enfant réparé". 

Grégoire Delacourt passe d'une époque à l'autre, de son enfance à l'âge adulte pour y revenir ensuite, de la vie avec ses parents à celle éloigné d'eux, de la vie de sa mère à sa mort, de la vie de son père à sa mort avec des aller-retour incessants. 

Grégoire est un écorché vif et, tout le long du récit, il en cherche la raison. Il nous parle de son enfance, de ses mariages, de ses parents, de sa psychanalyse, de son mal-être, de son incapacité d'aimer, de ce mal qui le ronge depuis son enfance. 

J'ai aimé le fait qu'il fait référence à ses romans précédents et nous donnent un regard neuf, son propre regard sur ceux-ci. 

Comme ça arrive de plus en plus souvent dans les romans, j'ai été ennuyé par le manque de ponctuation dans les dialogues ( pas de : ni de "). 

Les avis sur Babelio sont bons. A vous de vous faire votre propre opinion sur ce bouquin. Moi, je suis tout simplement passé à côté. 

PS Il est bien d'avoir lu les autres romans de Delacourt avant de lire celui-ci. 

Posté par philippedester à 21:08 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

26 avril 2022

Les loups de Benoît Vitkine

Les loups par VitkineVoici un livre qui me tentait et que j'ai reçu en cadeau. Je l'ai lu de suite, mais je vais avoir du mal à en parler. C'est un livre que certains désignent par "thriller politique". Je n'appelle pas vraiment ça un thriller, mais peu importe. 

Benoît Vitkine est journaliste, spécialiste des pays de l'ancien bloc soviétique et correspondant du Monde à Moscou. Il a reçu le prix Albert Londres pour ses enquêtes sur l'influence russe, tout particulièrement dans le cadre de la guerre du Donbass, une région d'Ukraine qui m'était inconnue avant les événements que tout le monde connait. C'est dire s'il sait ce qu'il raconte dans son nouveau roman "Les loups" (qui ne sont pas ici les carnassiers que l'on connait, quoique...) qui se déroule, comme le précédent, en Ukraine. 

L'Ukraine vient d'élire une nouvelle présidente : Olena Hapko, une femme d'affaires au passé violent. La voilà au sommet et, à ses pieds, s'étend l'Ukraine et sa steppe immense. 

Le roman s'étale sur 30 jours depuis la victoire aux élections jusqu'au jour de l'investiture de la lauréate. Un mois, ça peut être long, surtout si certains décident de lui mettre des bâtons dans les roues. 

Les personnages du livre sont fictifs bien que basés sur des personnalités existantes à part Poutine qui joue son propre rôle dans le livre et qui veut à tout prix que la nouvelle présidente signe un nouveau contrat sur le gaz. 

On y trouve aussi les oligarques locaux qui attisent les révoltes populaires et les services secrets russes. 

Olena Hapko, dans son programme, promet de mettre fin à la corruption qui règne dans le pays, mais c'est une femme prête à tout pour faire oublier son passé douteux et ses comptes Offshore, même à faire supprimer des gens gênants comme son ancienne institutrice à qui elle a confié, de longues années auparavant, un carnet qui ne doit pas voir le jour...

Je croyais tomber sur une présidente fictive et honnête, mais pas du tout. Elle ne vaut pas mieux que ceux qui gravitent autour d'elle. 

Je ne connais rien à la politique et j'ai eu du mal à comprendre les tenants et les aboutissants de toute cette histoire relatée avec brio par le journaliste. Si ce livre vous intéresse, je vous invite à lire les commentaires des lecteurs sur Babelio où le roman a l'air de faire l'unanimité (21 personnes lui décernent 4 ou 5 étoiles, aucun avis négatif jusqu'à présent, ce qui est rare !). Certains commentaires sont très clairs et très précis sur l'histoire relatée ici. 

Moi, je me suis plus intéressé à la population, à la vieille institutrice qui, une fois mise à la retraite, n'a plus grand-chose pour subsister, à un jeune garçon qui se croyait descendant d'un révolutionnaire, à une jeune activiste qui dérange,...

Dans son bouquin précédent intitulé "Donbass", l'auteur décrit la situation ukrainienne depuis  l'écroulement de l'URSS. L'indépendance de l'Ukraine étant, pour Poutine, une trahison de Gorbatchev et des Occidentaux à laquelle il veut remédier, on le voit tous les jours...

Je viens d'acheter ce livre que je lirai sous peu...

 

Posté par philippedester à 08:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 avril 2022

Le sens du vent de Gilles Dienst

Le sens du vent par DienstQuand les éditions Quadrature me propose un de leurs recueils de nouvelles, je n'hésite jamais. Je sais qu'il ne publie pas n'importe quoi et que la qualité est toujours présente. C'est encore plus le cas dans "Le sens du vent" que je viens de recevoir et de lire avec grand plaisir. Je remercie dont les éditions Quadrature pour ce partenariat et je félicite Gilles Dienst pour la qualité de son écriture. 

Les nouvelles que je préfère sont celles qui ont une certaine longueur, qu'on ait le temps de faire connaissance avec les personnages, de les connaitre un peu, de découvrir leurs qualités et leurs défauts. C'est le cas ici : 8 textes pour 130 pages. 

Pour moi, la chute est très importante dans une nouvelle et les textes de Gilles Dienst se termine tous de façon plus ou moins inattendue. 

J'ai aussi aimé retrouver les mêmes personnages de la première nouvelle dans la dernière.

Les personnages de ses nouvelles ne sont pas des héros au pouvoir extraordinaire, pas des gens qui ont eu une vie différente de la nôtre. Ils pourraient donc être vous; ils pourraient être moi. Vous, moi, nous avec nos coups de coeur, nos émotions qui nous font parfois réagir de manière inattendue, nos secrets, nos mensonges. Parfois la vie dérape et ça  peut être dû à peu de choses... 

La première phrase de la 4e de couverture résume assez bien ces histoires : "Les vies ordinaires ont ceci d'extraordinaire qu'à tout moment elles peuvent le devenir."

Un recueil que je conseille fortement à tous les amateurs du genre. 

Posté par philippedester à 08:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,