D'un livre à l'autre

28 janvier 2015

Les aventures de Bob Tarlouze de Frank Andriat (tome 2)

BobTarlouze2_C1

Je m'étais beaucoup amusé avec le tome 1 des aventures de Bob Tarlouze, cet ado atypique qui s'habille en rose. J'étais donc très enthousiaste à lire le deuxième tome mais je dois dire que le flan est un peu retombé. 

Ce roman est agréable à lire (je l'ai lu en un jour dans le train en allant voir le marché de Noël de Bruxelles) mais il est moins marrant que le premier. 

Bob enquête à nouveau dans son collège, aidé par "la fouine", son copain à l'haleine fétide. 

Aucun meurtre cette fois mais un sous-sol bouclé, interdit aux élèves ainsi qu'aux profs d'ailleurs et dans lequel s'introduit madame Flamme, la trop jolie prof de français. 

Il n'en faut pas plus pour que Bob soit intrigué et décide d'explorer ce qui était autrefois un théâtre. Mais il y a parfois des cadavres dans les placards, et, un vieux théâtre peut parfois se transformer en cachette pour y dissimuler de la drogue...

 Livre lu dans le cadre du challenge jeunesse chez Muti

 

challenge jeunessechallenge jeunesse 9/10

 

Posté par philippedester à 20:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


27 janvier 2015

Le mardi sur son 31

challenge mardi

Imaginez : une bohémienne vous apprend tout à coup que vous allez bientôt mourir. Que faites-vous?

C'est ce qui arrive à Jonathan, le héros du dernier roman de Laurent Gounelle : "Le jour où j'ai appris à vivre". 

A la page 31, on trouve notamment

" Le visage impassible de la bohémienne avait des traits réguliers, de longs cils noirs à peine recourbés, et ses cheveux noirs épais étaient joliment tirés en arrière.
Subitement, ses sourcils se froncèrent, et des plis se formèrent sur son front. Elle redressa lentement la tête, la mine défaite. Jonathan capta son regard, totalement changé, et cela lui glaça le sang. Elle-même avait l'air décontenancée, très perturbée.
- Qu'est-ce qu'il y a?"

Posté par philippedester à 06:17 - Commentaires [3] - Permalien [#]

24 janvier 2015

Les jardins du vent d'Annie Degroote

jardin

J'ai déjà lu quelques romans de cette auteure qui balade ses lecteurs dans le Nord, sur les plages ou dans les villes et villages. Ici encore, le lecteur voyage entre Bray-Dunes, Berck, Dunkerque et son carnaval mais aussi Paris et le cimetière du Père Lachaise. J'ai eu un peu l'impression de lire un guide touristique ce qui n'est pas pour me déplaire quand c'est écrit de cette façon.

Mon avis est un peu mitigé face à cette lecture. J'aurais pu en sortir époustouflé si j'avais trouvé l'intrigue crédible, ce qui n'est pas le cas. Il s'agit ici de dédoublement de personnalité. Je sais que ça existe mais ce qui arrive à cet être imaginaire est, selon moi, un peu exagéré.

Le roman est construit de façon un peu désarçonnante : on part avec un personnage, David, qui a perdu son fils Sam. Noyade? Enlèvement? L'enquête ne conduit nulle part.
Trois années passent et David, écrivain, n'arrive pas à faire son deuil. Il croit très fort à un enlèvement. En fin de récit, le lecteur apprend ce qui s'est réellement passé et c'est là que je trouve le récit peu crédible.

Puis il y a Pauline, rhumatologue, qui vit seule avec sa fille (que j'ai trouvée exagérément mûre pour son âge).

Un peu plus tard, apparait Romain, un photographe, qui est sûr d'avoir vu le petit Sam sur une plage. Le petit garçon habite, selon ses dires, près d'un grand cimetière avec des cheminées. Romain part pour le Père Lachaise à la recherche de l'enfant sans informer le père du gamin afin de ne pas lui donner de faux espoirs. 

Dans le cimetière, on trouve Rachel, une vieille dame, qui nourrit les chats et découvre un homme grièvement blessé, c'est Romain.

Ce dernier est emmené à l'hôpital dans le service de Pauline. 

Et c'est comme ça que toutes les histoires se relient.

Qui est vraiment Romain? Les policiers n'arrivent pas à le situer. Il dit habiter chez un copain comédien, François,  qui confirme tous ses dires. Pourtant François ment, c'est évident. Pourquoi?

Beaucoup d'interrogations qui font que le lecteur tourne les pages assidument, voulant dénouer très vite les noeuds formés avec brio par l'auteure. Et puis arrive la révélation finale. Et là, moi, j'ai eu du mal à adhérer...

En résumé, pour moi, c'est un coup de coeur qui s'arrête à la résolution de l'intrigue et une légère déception en point final.

D'autres que moi ont adoré sans réserve.

A vous de vous faire votre propre opinion.

PS Martine me promettait des surprises. J'en ai eu mais...
     Et toi, Martine, que penses-tu de ce roman?

Premier livre lu dans le cadre de la nouvelle session de mon challenge "météo" avec le mot "vent".

challenge Lire sous la contrainteLire sous la contrainte 1/?

Posté par philippedester à 06:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

21 janvier 2015

Les larmes de l'assassin d'Anne-Laure Bondoux

larmes

Parmi les 14 livres que j'ai pris dans la caisse laissée par une maman à l'école, il y a "Les larmes de l'assassin". Je ne connaissais pas ce titre. C'est le titre et la quatrième de couverture qui m'ont attiré. 

J'ai lu ce livre suite à un commentaire de Paikanne qui me disait que ses élèves aiment bien ce livre. 

Je dois dire que j'en suis un peu étonné, pas parce que je n'ai pas aimé, mais parce qu'il me semble que les jeunes lisent autre chose que ça.

Sur Babelio, j'ai lu un billet de quelqu'un qui disait qu'il avait lu ce livre lorsqu'il avait onze ans. A mon avis, c'est beaucoup trop tôt. 

Je le destinerais à de grands ados.

Angel Allegria a toujours vécu en se défendant ou en attaquant avec son couteau. Un jour, il arrive dans une ferme isolée. Il y est accueilli par un couple qu'il égorge. Le ton est donné dès le départ.

Paolo, le fils des Poloverdo, a assisté au massacre de ses parents. Alors que l'assassin, logiquement, aurait dû se débarrasser du gosse, il l'épargne.

Petit à petit, il remplace le père de l'enfant et se rend compte que l'amour existe. 

Cette métamorphose totale de son être et de son âme ne suffira pourtant pas pour vivre une vie heureuse. Il lui faudra bien payer pour ses actes passés...

Livre lu dans le cadre du challenge "littérature jeunesse" de Muti

challenge jeunessejeunesse 7/10

Posté par philippedester à 19:58 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 janvier 2015

Le mardi sur son 31

challenge mardi

Après avoir lu "Juste avant le bonheur" et "Pars avec lui", j'ai eu envie de découvrir le premier roman d'Agnès Ledig : "Marie d'en haut. "

Un ton plus humoristique que dans les deux autres romans mais l'émotion est présente également.

Des écorchés de la vie : Marie, une fermière au caractère bien trempé et Olivier, un flic qui a beaucoup souffert et s'est replié sur lui-même. Une enquête qui aboutit à la ferme et c'est la rencontre entre les deux personnages que tout oppose.

A la page 31, on peut lire

"Je fais une pause en regardant par la fenêtre embuée de la fromagerie, avec le scénario de Walt Disney en tête. Un jouuuuuuuur, mon Prince viendraaaaaaaaaaaa. Blanche-Neige et les 27 vaches. C'est d'un romantisme!"

 

Posté par philippedester à 06:54 - Commentaires [2] - Permalien [#]



17 janvier 2015

Adil coeur rebelle de Jeanne Benameur

adil

Je connais encore peu l'auteure. J'ai lu "Les demeurées" que j'ai n'ai pas apprécié plus que ça.

J'ai donc retenté ma chance avec ce roman pour la jeunesse. Il m'a bien plus mais je n'en garderai certainement rien. Je l'ai lu il y quelques semaines et je ne me souviens d'ailleurs plus de grand-chose. 

Le père d'Adil est parti pour quelque temps laissant son fils avec sa femme. Celle-ci est un peu inquiète : un jeune cambrioleur a été abattu par la police et les jeunes du quartier sont en ébullition. 

Craignant que son fils ne bascule dans la violence, elle fait appel à une association : les "Parrains par mille". Lorsqu'un enfant se sent désemparé, il peut rencontrer un parrain ou une marraine qui va l'accompagner dans la vie en lui donnant un point de repère. 

Adil va ainsi rencontrer Louis, un enseignant à la retraite avec qui il tissera des liens d'amitié jusqu'au jour où il apprendra que le viel homme a combattu dans le pays d'origine d'Adil,l'Algérie et a peut-être tué des gens de sa famille...

Un roman court qui donne des messages de tolérance et d'amitié. 

LIvre lu dans le cadre du challenge de Muti : "littérature jeunesse".

challenge jeunesseJeunesse 8/10

 

Posté par philippedester à 12:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

16 janvier 2015

Ne pleure pas petite sirène

Dans son très beau roman "Pars avec lui", Agnès Ledig fait référence à une chanson de Francis Cabrel "Ne pleure pas petite sirène". Voici un très beau texte que je ne connaissais pas. J'ai eu envie de le partager avec vous.

Pleure pas petite sirène, 
La ville dort encore, 
Ton histoire commence à peine

Pleure pas petite sirène, 
Le jour attend dehors, 
Dans les brumes des fontaines. 

Ce matin est si clair, 
Ce silence est si doux, 
Des paroles d'hommes flottent dans l'air, 
Tout le monde a rendez-vous. 

La nuit est passée toute entière, 
Creusée sur nos joues. 
Tu déchires tout d'un trait de lumière, 
Et c'est la vie tout à  coup... 
La vie tout à  coup. 

Pleure pas petite sirène, 
La ville dort encore, 
Ton histoire commence à  peine. 

Pleure pas petite sirène, 
Le jour attend dehors, 
Dans les brumes des fontaines. 

Ça se voit que tu viens de chez les anges 
T'es belle comme tout. 
Ça se voit que nos manières te dérangent, 
Et ces lumières partout. 
Tout ces fantômes qui te touchent, 
Ces mains qui te secouent, 
Cette bouffée d'air froid dans ta bouche 

C'est la vie tout à  coup... 
La vie tout à  coup. 

Pleure pas petite sirène, 
La ville dort encore, 
Ton histoire commence à  peine. 

Pleure pas petite sirène, 
Le jour attend dehors, 
Dans les brumes des fontaines. 

Voilà  que tu viens comme une reine, 
Juste à  la pointe du jour, 
Avec dans son écho de porcelaine
Ton appel au secours. 

Comme un signal pour que s'égraine, 
Ce temps qui s'enfuit à son tour
D'abord les heures, les jours, les semaines, 
Et puis les années d'amour... 
Les années d'amour. 

Pleure pas petite sirène, 
La ville dort encore, 
Ton histoire commence à  peine. 

Pleure pas petite sirène, 
Le jour attend dehors, 
Dans les brumes des fontaines. 

Pleure pas petite sirène... 
Pleure pas petite sirène, 
Le jour attend dehors, 
Dans les brumes des fontaines.


Pleure pas petite sirene par cahylin

Posté par philippedester à 20:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

14 janvier 2015

Pars avec lui d'Agnès Ledig

pars

Celui-ci, il n'aura pas eu le temps de prendre la poussière dans ma bibliothèque. Reçu lundi, lu vendredi et samedi. Difficile de m'arrêter une fois que je l'ai commencé. 

Quand un auteur a un gros succès avec un livre, il est très difficile de récidiver avec le suivant. Et pourtant, pour moi, "Pars avec lui" est meilleur que "Juste avant le bonheur", moins dur, moins "plombant" mais on y retrouve autant de sentiments. 

Je sens que je vais avoir du mal à vous en parler, alors, je dirai simplement que j'ai adoré ce bouquin. Un gros coup de coeur pour moi.

Roméo est pompier. Voulant sauver un enfant, il tombe du 8e étage d'un immeuble en feu et se retrouve en réanimation, déchiqueté de partout. 

Juliette est infirmière et s'occupe de Roméo avec beaucoup de tendresse.

Trois années passent sans qu'ils ne se revoient.

Un jour, Juliette a un accident. Les pompiers sont appelés sur place et ce sont les retrouvailles. Juliette est enceinte d'un homme qu'on peut qualifier de "manipulateur", le gendre parfait, celui que tout le monde apprécie mais que personne ne connait. Il maltraite sa femme qui, petit à petit, se coupe du monde...

Je ne vous en dirai pas trop sinon qu'Agnès Ledig décrit ses personnages et les situations avec beaucoup de soin, beaucoup de justesse, et que les émotions passent. 

On adore Juliette et sa grand-mère Malou. On adore Roméo et sa petite soeur Vanessa que la vie n'a pas épargnée. On adore aussi Guillaume, le collègue de Juliette et le futur époux de Vanessa. 

Par contre, on déteste Laurent et on lui souhaite tous les malheurs du monde. 

Agnès Ledig est, sans aucun doute, quelqu'un de sensible. Ses personnages sont un peu fragiles, meurtris par la vie mais l'amour triomphe toujours. 

J'ai souligné beaucoup moins de passages que dans "Juste avant le bonheur". Les voici : 

- "Le progrès, c'est dans la tête."

- "C'est quand j'y crois que je progresse."

- "C'est la première fois que je vois mon pépé pleurer. Peut-être l'âge? On peut devenir incontinent de cet endroit là?"

- "Nous ne faisons tous que passer, et il est bon d'en avoir conscience pour garder l'humilité."

Et puis ce passage, dur, vrai, qui doit parler à certaines femmes qui subissent la même chose que Juliette : 

"Combien de femmes aujourd'hui vivent sans se respecter, en acceptant d'être dévalorisées par leur conjoint, ou par leur patron, au quotidien, à la maison, au travail.
Combien essayent de faire mieux, et encore mieux, pour plaire à leur mari qui les a séduites un jour, mais qui oublie qu'un jour ne veut pas dire toujours et que ce qu'il tient pour acquis serait complètement remis en question si seulement elles exigeaient le respect. Mais elles ont peur d'être abandonnées, d'être seules parce que pour beaucoup la solitude est devenue insupportable.
Combien font l'étoile de mer au lit parce qu'elles pensent que le devoir conjugal est une obligation quand monsieur a besoin de se soulager, même si elles n'en ont pas envie ou qu'il oublie de leur dire qu'elles comptent pour lui. Elles écartent les jambes pour avoir la paix. Elles pensent faire de leur mieux mais elles sont loin, très loin de se respecter elles-mêmes."

coeur

Si vous ne me voyez plus sur votre blog, c'est que je ne peux plus laisser de commentaires chez certains. C'est surtout Eklablog et Blogspot qui posent problème. C'est très ennuyeux! 

 

Posté par philippedester à 19:57 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

13 janvier 2015

Le mardi sur son 31

challenge mardi

Je viens de commencer "Les jardins du vent" d'Annie Degroote. Je n'en sais donc pas encore grand-chose. 

L'histoire se passe dans le nord de la France entre Dunkerque et Bray-Dunes sur fond de carnaval. 

David se dit être le plus mauvais père qui existe puiqu'il n'a pas pu protéger son enfant. Celui-ci a, en effet, disparu subitement. Son mariage qui battait le beurre s'est disloqué suite à ce drame.

Trois ans plus tard...

Pauline, rhumatologue qui cherche un emploi, revient chez elle après avoir travaillé dans un hôpital de Berck. Elle y retrouve sa fille qu'elle élève seule. 

Pour l'instant, je ne vois pas le lien entre les deux histoires.

A la page 31, c'est Pauline que l'auteure présente

"Ne l'ayant plus vue depuis près d'un mois, Pauline eut droit aux embrassades devant le collège. C'était la première longue absence depuis la naissance de sa fille."

Posté par philippedester à 06:32 - Commentaires [5] - Permalien [#]

11 janvier 2015

Lire sous la contrainte, 19ème session

Et voici la dernière session de l'année 2014 terminée. 

2015 nous apportera sûrement de belles surprises littéraires. Je compte sur mon challenge pour ça. 

Cette fois, j'ai retiré 5 livres de ma bibliothèque, 5 romans qui m'ont beaucoup plu avec les mots "Dieu, diable, paradis et ange". J'en avais encore 2 autres mais je n'ai pas eu le temps de les lire. 

A l'heure où j'écris cet article, 8 participants seulement m'ont laissé un lien. Il y en aura sûrement d'autres dans les jours à venir. 

Comme d'habitude, vous trouverez les résultats de cette session ici

Je ne sais pas le temps qu'il fait chez vous mais ici c'est épouvantable : pluie, vent, tempête.

C'est l'occasion de faire une session sur la météo. Tous les mots en rapport avec cette science imprécise seront acceptés : pluie, soleil , vent, brouillard, tempête, neige, gel, verglas, nuage,... Vous en trouverez peut-être d'autres. 

challenge Lire sous la contrainte

J'ai 2-3 pavés qui pourront sortir de leur rayonnage où ils prennent la poussière. Et vous?

Remise des copies le 1er mars (jour de l'anniversaire de ma maman).

Inscrivez-vous nombreux ou je vais croire que mon challenge ne vous intéresse plus! 

Posté par philippedester à 06:22 - - Commentaires [18] - Permalien [#]



Fin »