D'un livre à l'autre

26 septembre 2022

L'ange de Florence de Patrick Weber

L'ange de Florence - Patrick Weber - Livres - Furet du Nord"L'ange de Florence" est le deuxième volet de la série Pieter Linden. Le jeune apprenti peintre a quitté sa ville de Bruges (voir le tome précédent) pour se rendre à Florence. 

Le voilà élève de Verrocchio chez qui il rencontre le jeune Léonard de Vinci. Les deux jeunes gens deviennent amis. 

Mais voilà qu'une série de meurtres a lieu dans la bonne ville de Florence : des hommes jeunes et beaux meurent la gorge tranchée. 

Très vite, les soupçons se portent sur de Vinci qui a déjà été accusé de sodomie dans la sordide affaire Saltarelli. 

Pieter va à nouveau coiffer sa casquette d'enquêteurs pour aider le procureur à trouver le coupable. Pieter croit fermement en l'innocence de son ami, mais tous les indices le désignent coupable. 

J'ai préféré ce deuxième tome au premier. Je me suis moins perdu dans les personnages. Toutefois, cette série ne me convainc pas vraiment et je pense que je vais l'arrêter là. 

Un mot sur la couverture : il s'agit de l'ange figurant dans "Le baptême du Christ", oeuvre de Verrocchio. Certains affirment que l'ange a été peint par de Vinci surpassant ainsi son maitre. Celui-ci aurait refusé de reprendre le pinceau après avoir découvert la beauté de l'ange. 

Posté par philippedester à 09:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


25 septembre 2022

La Vierge de Bruges de Patrick Weber

La Vierge de Bruges par WeberVoilà 13 ans que je n'avais plus lu un roman de Patrick Weber, ce passionné de peinture, journaliste, rédacteur en chef de Flair l'Hebdo et écrivain. 

Patrick Weber est un spécialiste de l'art belge et ses livres sont des romans historiques. 

"La Vierge de Bruges" se veut être un thriller historique, mais selon moi, l'auteur n'a pas réussi à développer une intrigue capable de visser le lecteur sur sa chaise. Moins de 200 pages qui m'ont paru bien longues ! 

L'histoire suit celle de "Catherine", la série de Juliette Benzoni que je viens de lire si bien que je m'attendais presque à voir surgir Catherine dans le récit. 

Philippe le Bon est mort et a laissé sa place à son fils, Charles le Téméraire, qui déplait à son peuple surtout par le fait qu'il lève des impôts importants afin de poursuivre ses campagnes militaires contre le roi de France, Louis Xi. 

Pieter Linden est un jeune homme passionné de peintures. Il entre au service du peintre renommé Menling, mais il jouera plus le rôle d'enquêteur que d'apprenti. 

En effet, le fils d'un riche banquier florentin débarque à Bruges afin de vérifier les comptes de Tommaso Portinari représentant les intérêts des Médicis à Bruges. Celui-ci est soupçonné de détourner l'argent pour son compte à lui ! 

A peine arrivé dans la ville flamande, un meurtre a lieu : celui d'une jeune bourgeoise et voici le Florentin en danger...

Pieter Linden mène l'enquête...

La matière est là, Patrick Weber a toutes les connaissances qu'il faut, mais la mayonnaise n'a pas pris. Je verrai avec "L'ange de Florence" ce qu'il en est...

PS La peinture sur la couverture est, évidemment, de Memling, mais on ne sait pas qui a posé pour le peintre. Il s'agit probablement d'une bourgeoise du XVe siècle, mais le mystère reste entier. L'oeuvre est exposée dans l'enceinte de l'hôpital Saint-Jean du musée Memling à Bruges. 

Posté par philippedester à 08:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 septembre 2022

Une colonne pour le paradis de Philippe Fiévet

Couverture du livre « Une colonne pour le paradis » de Philippe Fievet aux éditions MeoJe remercie les éditions MEO pour ce nouveau partenariat. "Une colonne pour le paradis", est un roman historique écrit par Philippe Fiévet, né à Charleroi, qui a enseigné l'histoire avant de se tourner vers le journalisme. Il est également éditorialiste à la rédaction belge de Paris Match. 

Ce roman n'est pas fait pour distraire, pour passer du bon temps, mais pour apprendre, quoique l'un n'exclut pas l'autre. Il est assez difficile à résumer et à chroniquer. 

Nous sommes en Syrie au Ve siècle après Jésus-Christ. Après la chute de Rome, les chrétiens, jadis persécutés,  sont majoritaires.Ils se sont changés en persécuteurs et s'emploient à étouffer les derniers foyers du paganisme. 

Deux personnages principaux se partagent ce récit : un moine et un réfugié romain. 

Rufin, le citoyen romain recherchent les plaisirs et la volupté tandis que le moine Paphnuce poursuit sa quête mystique entreprise lorsqu'il a quitté sa maison de bergers. 

Paphnuce vit quelques années attaché à un rocher jusqu'au jour où il décide de s'installer sur une colonne d'où le titre du roman. 

Des témoins racontent et s'adressent à un père enquêteur, ce qui veut dire qu'il y a eu enquête, mais enquête sur quoi? Les deux protagonistes se sont-ils croisés? 

La réponse se trouve dans ce roman qui plaira aux amateurs du genre. Je dois avouer que j'ai eu quelques difficultés à lire ce bouquin sans nul doute très intéressant et très bien écrit. 

Une petite vidéo en guise d'apéritif qui vous donnera certainement envie de gouter au plat principal...

 

Posté par philippedester à 07:05 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 septembre 2022

Là où chantent les écrevisses de Delia Owens

Là où chantent les écrevisses par OwensIl y a des livres qui passent inaperçus et d'autres qu'on voit partout et tout le temps sur les réseaux sociaux. "Là où chantent les écrevisses" fait partie de cette deuxième catégorie. 

A force de voir toujours et encore le même livre, ma curiosité est titillée et je finis toujours par lire le "chef-d'oeuvre littéraire". Et...parfois...souvent...je suis déçu. Pourquoi un tel roman remporte tant de succès alors que d'autres restent ignorés? 

Eh bien, cette fois, je fais partie des fans de Delia Owens et je trouve que son succès est tout à fait mérité. 

Il m'a fallu du temps pour entrer dans l'histoire (une centaine de pages sur les 460), mais une fois attaché à l'héroïne, j'ai eu de plus en plus de mal à lâcher le livre et à la quitter. 

Pour ceux qui ne connaissent pas (à mon avis, ils ont fait un tour sur la lune), je résume un peu l'histoire. 

Kya, surnommée par le village "la fille des marais" vit seule dans la nature avec les animaux qui peuplent le marais. 

Toute petite, elle a été abandonnée par sa mère, une femme battue qui a tout quitté pour fuir la violence. Kya attendra son retour pendant des années. 

Ensuite, ce sont ses grands frères et soeurs qui ont mis les bouts, la laissant seule avec un père alcoolique et souvent absent. Il finira par l'abandonner lui aussi. Elle ne saura jamais ce qu'il est devenu. 

Toute petite, donc, elle a appris à se débrouiller seule. Comme on ne peut vivre sans argent, elle s'est mise à ramasser des moules et les vendre à un couple de noirs (nous sommes aux USA, dans les années 60, la séparation des races existe encore ! )qu'elle finira par considérer comme ses parents. 

Un beau jour, l'amour lui tombe dessus en la personne de Tate, un ami d'enfance d'un de ses frères. Mais lui aussi l'abandonnera...

Toute sa vie, elle sera abandonnée par ceux qu'elle aime. 

Elle rencontrera un autre garçon, un vrai play boy, qui la quittera lui aussi pour une autre. 

Le coeur meurtri plusieurs fois, elle ne fera plus confiance à personne. 

Puis un jour, c'est le drame ! La voilà accusée de meurtre. 

Elle quittera sa chère nature pour vivre deux mois dans une prison en attendant le procès...

Kyla est très attachante. La nature avec qui elle vit en harmonie fait presque partie des personnages du récit. Je me serais bien vu vivre là, dans ses chers marais, en communion totale avec les animaux. 

Un hymne à la nature? Oui, sans doute, mais en aucun cas ennuyeux car parfaitement intégré dans le récit. 

Pour un premier roman, c'est vraiment réussi ! Bravo Delia Owens. Je me demande ce que vous allez nous pondre dans un deuxième roman...

coeur

 

Posté par philippedester à 07:55 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

14 septembre 2022

Ces étoiles dans la nuit de Jean-Pierre Balfroid

Ces étoiles dans la nuit par Jean-Pierre BalfroidTout d'abord, je remercie les éditions MEO pour ce nouveau partenariat et l'envoi de ce très beau roman de Jean-Pierre Balfroid. 

L'auteur est Ardennais de naissance et Liégeois d'adoption. "Ces étoiles dans la nuit" est son deuxième roman. 

Celui-ci est basé sur une histoire vraie ce qui ne peut que me plaire. 

L'auteur emmène ses lecteurs dans son Ardenne natal pendant les années 50. A cette époque, des touristes viennent de Bruxelles et de Flandre et les mentalités de ses habitants évoluent lentement mais sûrement. 

C'est ainsi que Ruffin, un bûcheron, sans enfants (son plus grand regret ainsi que celui de son épouse) rencontre Shirley, une Bruxelloise mère de jumeaux. 

Leur relation sera brève, mais fera beaucoup jaser dans le village. L'époque était ce qu'elle était ! 

Voilà Shirley enceinte. Pas de test de paternité, de recherche ADN. Ruffin ne saura jamais s'il est le père de l'enfant, mais il l'aimera comme sa propre fille. 

Adeline nait avec une maladie évolutive rare qui la rendra notamment aveugle. Ruffin lui apprendra à reconnaitre les arbres au toucher, les oiseaux à leurs chants. Il lui offrira l'amitié de sa jument, Belle, puis celle d'un chien d'assistance, Calou. 

Une histoire très touchante, très bien écrite, avec un vocabulaire assez poussé, sur la différence, le regard de la société sur les "handicapés", leur vie quotidienne. 

Un livre que je ne peux que recommander. 

smiley 1

Je lis belge

Posté par philippedester à 16:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


13 septembre 2022

Il était deux fois de Franck Thilliez

Il était deux fois par ThilliezLa 4e de couverture n'indique pas que "Il était deux fois" est la suite du "Manuscrit inachevé". Pourtant, ce manuscrit que les lecteurs doivent terminer eux-mêmes puisque la fin est ouverte revient en force dans cet opus à partir de la page...340 ! 

Moi qui croyais connaitre la fin du premier dès les premières pages du deuxième, j'en suis pour mes frais ! 

Et je suis sûr d'avoir raté quelque chose puisque je n'ai pas pu répondre à toutes les questions que je me posais...

Ce deuxième tome est encore plus addictif que le premier. J'ai eu bien du mal à m'en détacher ! 

Je l'ai également trouvé plus soft que les autres romans de Thilliez que j'ai lus...enfin jusqu'à un certain moment car, quand on sait que le thème principal est "la mort dans l'art", on comprend que l'horreur est encore au rendez-vous ! 

Gabriel Moscato, lieutenant de gendarmerie a perdu sa fille 12 ans plus tôt. La jeune fille a disparu brusquement. Pendant 12 ans, il ne cesse de rechercher sa fille. 

12 ans plus tard, donc, il se réveille amnésique (un thème récurrent chez Thilliez) dans un hôtel et doit reprendre toute son enquête à zéro. Retirez l'amnésie et le roman perd la moitié de ses pages puisque Moscato est déjà allé loin dans l'enquête et retrouve les mêmes personnages qu'il a déjà rencontrés lors de sa recherche. 

Son enquête va le conduire vers un auteur de thrillers (celui-là même qui a écrit "Le manuscrit inachevé"), chez un peintre et un photographe qui utilise la mort dans leur art. Et il en manque un 4e que je vous laisse le soin de découvrir si vous n'avez pas lu ce livre. 

Comme d'habitude, le voyage du lecteur se termine au bout de l'horreur le plus absolu et certaines descriptions peuvent le heurter. 

Et puis, tout à la fait, l'auteur livre "sa fin" du manuscrit inachevé...

Un page-turner insoutenable ! 

Posté par philippedester à 12:40 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 septembre 2022

Le manuscrit inachevé de Franck Thilliez

Le Manuscrit inachevé, Franck Thilliez - CanelPour une fois, avec un thriller, je me suis approché de la vérité, de loin, il faut le dire, mais j'ai eu un flash à un certain moment avant de l'oublier ! 

Je lis souvent, à propos de thrillers, que l'histoire n'est pas crédible. Celle-ci ne l'est pas plus que les autres, mais on sait très bien qu'on plonge dans une fiction et qu'on est parfois loin de la vérité. Ça ne me gêne pas. 

Souvent, dans un thriller, on trouve un serial killer. Ici, on peut dire qu'il y en a trois : l'un est en prison, le deuxième est mort et le troisième, le chef de la bande, est introuvable. Nul ne connait son visage et pour cause (non, je ne vous dirai rien à ce sujet).

Tout commence par une course poursuite. La voiture poursuivie par des douaniers finit sa course dans un ravin. Dans le coffre, le cadavre d'une femme. L'histoire se serait terminée là si le conducteur de la voiture avait aussi été son propriétaire, mais la voiture a été volée. 

Le premier travail de la police sera donc de découvrir le propriétaire de cette fameuse voiture. 

D'un autre côté, on a une écrivaine de thrillers, Léane Morgan, dont la fille a disparu depuis 4 ans. Depuis 4 ans, Jullian, son mari la recherche, il ne croit pas à la mort de Sarah. 

Jullian sera agressé violemment et deviendra amnésique. 

C'est là que tout commence car Léane découvre que son mari a enfermé un homme dans un fort. Il l'a battu, enchainé, interrogé sur la mort de leur fille...

Les flics chargés de l'enquête sur la disparition des 9 jeunes filles vont aller de surprise en surprise, de découverte en découverte tandis que Léane mène sa propre enquête à l'insu de tous. Et c'est là que ce n'est plus crédible, mais ce n'est pas grave...

A la fin des 600 pages angoissantes, Léane se retrouve à Etretat face à un homme : le cerveau de toute cette histoire. L'un des deux plongera dans les eaux de la mer en furie. Lequel? Qui sera le survivant? L'histoire reste inachevée ! Un manuscrit inachevé? 

C'est noté nulle part, mais "Il était deux fois" serait la suite de ce roman. La réponse s'y trouve sûrement. Je vais le commencer tout de suite...

Un thriller comme il en existe des centaines (ni meilleur ni pire selon moi). Les amateurs apprécieront sûrement...

Posté par philippedester à 07:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

08 septembre 2022

Celle que je suis de Claire Norton

Celle que je suis par NortonAttention ! Ames sensibles, s'abstenir ! 

Je ne connaissais pas Claire Norton avant que ma belle-fille ne me prête "Celle que je suis" en me disant :"C'est beau, mais c'est triste". Je dirais même plus : "C'est très beau, mais très dur !" Vous le comprendrez aisément si je vous dis que le thème développé ici est "les femmes battues". 

Valentine semble heureuse, elle est souriante, aime les livres et travaille à temps partiel dans une librairie, a un petit garçon, Nathan, qu'elle adore, mais elle cache, tant bien que mal, un secret : elle vit dans la terreur. En effet, son mari la bat depuis plusieurs années, l'humilie, la traite de bonne à rien. 

Valentine reste parce qu'elle croit que son mari a peut-être raison, parce que si elle part, il retrouvera et la tuera, pour son fils aussi. Pourtant, le petit se rend compte de tout, vit dans la crainte perpétuelle de voir sa mère blessée, a une peur bleue de son père. 

Valentine n'a personne à qui se confier jusqu'au jour où des nouveaux voisins s'installent dans l'appartement en face. Grâce à Suzette, la voisine, sa vie va changer un peu, mais le mari veille et Valentine est, plus que jamais en danger. 

Ce n'est pas un thriller, mais c'est quand même un vrai page-turner ! Le lecteur vit avec Valentine, a peur pour elle et le petit, exècre le mari violent, a tellement de peine pour cette femme (qu'il a pourtant parfois envie de secouer) et pour ce petit garçon tellement charmant ! 

Une heureuse découverte d'une auteure que je lirai sans doute encore ! 

smiley 1

Posté par philippedester à 13:15 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

05 septembre 2022

Un clafoutis aux tomates cerises de Véronique de Bure

Je reviens de vacances. J'ai découvert la magnifique région du Cotentin. Je n'ai pas beaucoup lu. J'ai préféré me balader dans cette magnifique nature sauvage qu'on trouve encore au bord de la mer. 

Mon challenge "Trilogies de l'été" est terminé. Pour ceux que ça intéresse, vous trouverez les résultats sur le blog qui lui est consacré (ici).

Avant de partir, j'ai découvert ce livre

Un clafoutis aux tomates cerises par BureIl y a quelques années, j'ai pas mal vu passer ce bouquin à la couverture attirante. La couverture et le titre m'ont fait imaginer une histoire drôle, rocambolesque peut-être et, en fait, c'est juste le journal intime d'une vieille dame de 90 ans. Ses écrits courent sur une année. La dernière? 

Jeanne est sympathique, mais il faut dire qu'il ne se passe pas grand-chose dans sa vie, que du banal en fait, ce qui en fait un livre...banal ! J'ai été plutôt déçu par cette lecture qui n'est pas désagréable, mais qui ne présente, selon moi, que peu d'intérêt. 

Il y a quelques réflexions sur le temps qui passe, la vieillesse, la mort, la solitude. 

Le reste, c'est le train-train quotidien d'une vieille dame encore très alerte. 

Il y a un truc qui m'a gêné, c'est que ses enfants ont l'air jeunes dans son récit. Elle a 90 ans et même si elle a eu sa fille très tard, même ses petits-enfants ne doivent plus être tout jeunes. Les arrière-petits-enfants sont même apparus tout à coup, très tard, dans le récit. Ils ne sont d'ailleurs pas assez présents dans son récit. On ignore même le nombre de petits que compte la famille de Jeanne. 

Bref, un roman sans prise de tête, qui m'a laissé sur ma faim et qui m'a semblé bien long ! 

149 personnes ont mis 4 et 5 étoiles sur Babelio, j'en mettrai 3 ! 

Posté par philippedester à 08:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 août 2022

Amour cosaque de Konsalik

Amour cosaque - Livre de Heinz G. Konsalik"Amour cosaque" est le 33e livre que je lis de Heinz G. Konsalik, mais ça fait 10 ans que je n'en avais plus lu un. J'ai choisi celui-ci dans le cadre d'un challenge pour lequel il fallait lire un livre paru l'année de ses 15 ans. 

Celui-ci n'est pas mon préféré. Je l'ai trouvé trop léger, pas assez profond. Le thème est quand même l'invasion de la Sibérie par les Cosaques pour le compte d'Ivan le Terrible et j'ai trouvé qu'il était traité avec légèreté. 

Les Stroganov sont de riches marchands qui ne rêvent que d'élargir leur fortune en envahissant la Sibérie. Ils ont l'accord du tsar Ivan le Terrible, mais celui-ci ne leur donne pas son armée. Seuls, ils sont incapables d'envahir ces terres que l'on dit riches ! 

Ils vont donc faire appel aux Cosaques pour qui la guerre est un amusement permanent. Sur leur chevaux, ceux que rien n'arrête partent donc à la conquête de nouvelles terres. Ils pillent et incendient tous les villages qu'ils rencontrent. 

Dans un village, Mouchkov, le lieutenant du tout puissant chef Jermak, épargne une adolescente qu'il emmène avec lui comme trophée de guerre. 

La jolie Mariana va tourner la tête du Cosaque. Elle décide de changer le loup en mouton. Par amour, Mouchkov acceptera tout...

 

Posté par philippedester à 21:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,