Résultat de recherche d'images pour "dans le murmure des feuilles qui dansent"Je vous le dis tout de suite, ce livre fut un coup de coeur qui s'est échafaudé lentement. 

Quelquefois j'accroche directement, parfois je n'aime pas le début, mais petit à petit, j'entre dans l'histoire, et il arrive que plus j'avance dans ma lecture, plus le livre me plait. Ce fut le cas avec ce dernier roman d'Agnès Ledig. 

J'ai trouvé le début agréable, sans plus, l'histoire plutôt banale, et puis je me suis laissé emporter par les personnages et ce qui leur arrive. 

Il y a deux histoires dans ce livre, deux histoires parallèles qui se rejoignent à un moment donné (ça, on s'en doute en lisant) mais qui auraient pu rester indépendantes et même former deux bouquins. 

Il y a un personnage présent dans les deux histoires, c'est Anaëlle, jeune femme handicapée suite à un accident de voiture provoqué par son fiancé qui s'est fait la malle, après avoir laissé la jeune femme dans un tel état qu'il a fallu l'amputer. 

Anaëlle correspond avec Hervé, un homme plus âgé qu'elle, procureur de la République. Petit à petit, leurs échanges prennent une allure d'amorce amoureuse. Hervé est marié et tient à sa femme et à sa vie de famille. Sera-t-il prêt à tout quitter pour vivre une histoire avec une fille qu'il ne connait que par lettres interposées? 

Simon a neuf ans. Il est atteint de leucémie et passe sa vie à l'hôpital. Jamais il ne se plaint. Il est toujours souriant et semble heureux. Sa joie de vivre lui vient certainement de son grand frère Thomas, de 20 ans son ainé. Le jeune homme s'est toujours occupé de ce petit frère inattendu, lui a fait connaitre la nature, les arbres, les animaux,... Et sur son petit lit d'hôpital, Simon écoute les histoires de son grand frère adoré. 

Thomas est menuisier, il a des travaux en cours, mais laisse tout tomber pour aider Simon à garder sa joie de vivre, ce qui lui vaudra quelques ennuis. 

Anaëlle est sur le point d'acheter une maison. Des travaux seront nécessaires pour qu'elle puisse y habiter. Elle fait appel à un menuisier local : Thomas ! Et voilà les deux histoires qui se rejoignent. 

C'est le moment où les sentiments émergent, où la sensibilité du lecteur est mise à rude épreuve, où il s'accroche au récit, ne pouvant plus quitter les personnages construits petit à petit, au cours du récit. 

D'autres personnages se greffent autour de ceux-là pour former une histoire très touchante, comme d'habitude, chez Agnès Ledig. 

Les livres d'Agnès Ledig ne sont jamais drôles (quoiqu'on peut déceler certaines pointes d'humour), mais tellement touchants ! J'en redemande. 

coeur