Découverte avec "Trente-six chandelles", Marie-Sabine Roger est en passe de devenir une de mes auteurs préférées. 

J'ai lu et beaucoup aimé dernièrement "Le ciel est immense" et j'ai acheté le recueil de nouvelles "Il ne fait jamais noir en ville" que je lirai prochainement. 

Alors que Gilles Legardinier se met facilement dans la peau d'une femme, c'est l'inverse pour Marie-Sabine Roger. Elle a choisi, comme héros, un homme de 45 ans, mal dégrossi, pas très malin ou pas très instruit en tout cas, et elle arrive à décrire parfaitement ses sentiments. 

Germain n'a pas été beaucoup à l'école. Sa mère ne s'est pas souciée de son éducation et son père a répondu aux abonnés absents. De plus, un instituteur a réussi à le dégouter de l'école et de la lecture. 

Un jour, Germain va rencontrer une vieille dame dans un parc. Le courant va passer entre eux et, de rencontres en rencontres, une véritable amitié va naitre. Germain va changer, mûrir, devenir moins égoïste peut-être. Lui qui ne s'est jamais intéressé aux livres va, avec joie, écouter Margueritte lui lire des extraits de romans. La vieille dame lui offrira même un dictionnaire qu'il utilisera en secret. Jamais il n'avouerait à ses copains qu'il est tombé sous le charme d'une octogénaire et des mots qu'elle utilise...

Un livre très agréable à lire. Un hymne à la lecture, une histoire d'amitié, d'amour et d'humour aussi (si je n'ai pas éclaté de rire, je me suis surpris à sourire à plusieurs reprises). Un livre que je conseille vivement.

smiley 1

 

PS Je n'aime pas la couverture. J'aurais aimé une image plus romantique...

    Ce roman a été adapté au cinéma.