Voici un livre qui trainait dans ma bibliothèque depuis plusieurs années. Le nombre de pages (400) me rebutait un peu. Le titre ne comportant qu'un seul mot, c'était l'occasion ou jamais de le sortir de son rayonnage. cellulaire

Voici donc ma cinquième et dernière participation à mon challenge du mois de janvier. Je sais le challenge est terminé mais j'ai lu les 5 avant la date butoir. 

L'histoire débute à Boston. Ce jour-là, Clayton Riddell affiche une mine satisfaite. Il dessine des bandes dessinées et, ce jour-là, sa maquette a été acceptée par une maison d'édition.

Il s'est fait un petit cadeau et s'arrête devant un marchand de glaces. Dans la file d'attente, une jeune femme téléphone à une amie. A ses côtés, une autre amie tend l'oreille pour entendre la conversation.

Tout à coup un grand cri s'élève dans le parc voisin : pas un cri humain, quelque chose qui ressemble à un aboiement de douleur. Un homme vient d'arracher l'oreille de son chien d'un coup de dents! 

La jeune fille au téléphone laisse tomber son appareil sur le sol. Elle se jette à la gorge d'une autre femme.

Au même instant, une voiture dérape sur la chaussée. Quelques instants plus tard, des voitures entrent en collision. Des hurlements commencent à s'élever...

L'événement qui finira par prendre le nom d'Impulsion vient d'avoir lieu.

Une impulsion est donnée à toute personne utilisant son téléphone portable. Ils seront des centaines de milliers à devenir fous en l'espace d'un instant.

Imaginez que vous assistiez à un événement extraordinaire. Que feriez-vous dans l'immédiat? Vous utiliseriez votre téléphone portable pour prévenir quelqu'un. C'est ce qu'ont fait ces centaines de milliers de personnes qui, sans le savoir, se sont ainsi condamnées à une existence ... très particulière imaginée par Stephen King.

Clayton Riddell n'a pas de portable et c'est ce qui va le sauver. Mais, sa femme et son fils en ont un et il craint que son fils, comme tous les ados, l'utilisent à tout moment. Il n'aura donc plus qu'une idée en tête : retrouver son fils et peut-être le sauver. Pour cela, il devra affronter les "siphonnés" et surtout garder la tête bien froide.

Voilà un livre qu'il vaut mieux éviter les jours de cafard. Un livre qui vous prend aux tripes et ne vous lâche plus. J'ai beaucoup beaucoup aimé mais ... il m'a quelque peu perturbé. Certains passages m'ont même dérangé. Certaines descriptions sont, pour moi, superflues.

Un conseil : avant d'appeler quelqu'un sur votre portable, réfléchissez...

Avec ce bouquin, je participe donc à mon propre challenge mais aussi à celui d'Hylirio : les Incontournables.

challenge Lire sous la contrainte

challenge les incontournables

 

Stephen King parle beaucoup de musique dans son roman (les siphonnés en écoutent beaucoup). Il cite notamment un musicien que je ne connaissais pas du tout "Pachelbel" et un titre "canon en ré majeur".

Une fois n'est pas coutume, je vous quitte en musique.