Le bruit du rêve contre la vitre par SénéquierA nouveau, je remercie les éditions Quadrature pour ce nouveau partenariat. 

Axel Sénéquier est resté confiné dans son appartement parisien pendant quelques semaines. Il a profité du temps qu'il avait pour écrire 12 nouvelles qui composent ce recueil. 

Il est également auteur de théâtre. 

La première nouvelle s'intitule "Les murs porteurs". Le héros est un poète raté, son talent n'est pas reconnu et c'est sa femme qui en fait les frais ! 

Dans "Les somnanbules", l'auteur nous parle d'un bénévole, pendant le confinement, dans une maison de retraite. Une journée dont on ne peut pas sortir indemne ! 

L'école à la maison, vous avez connu ça pendant le confinement? Lisez "Le chemin de l'école"...

Le couvre-feu, le confinement, les Parisiens qui partent dans leur maison de campagne, c'est dans "Intégration". 

Confinement et télé-travail avec une Youtubeuse (une influenceuse) qui se prend pour le nombril du monde dans "Fashion faux pas". 

Dans "La crise de la quarantaine", le narrateur retrouve, pendant le confinement, le métier de ses aïeux : pipier !

Dans la nouvelle qui a donné le titre au recueil "Le bruit du rêve contre la vitre", le héros se retrouve aux soins intensifs comme des centaines ou des milliers de personnes en ces temps difficiles. 21 jours de coma avant de retrouver miraculeusement la vie. 

La nouvelle que j'ai préférée, je pense, est "Sauvage" : une SDF qui a investi le Jardin des Plantes pendant le confinement. Un hymne à la nature. 

"Balcons fleuris" nous raconte l'histoire d'un retraité qui s'ennuie pendant le confinement. Pourquoi ne pas tenter un "attentat poétique"? 

Mourir de la Covid ou de solitude? Telle est la question à débattre dans "Marée noire". 

Que faire seul dans un appartement pendant le confinement? Pourquoi pas du pain? C'est dans "Fermentation lente."

Un apéro Zoom entre mais dans "Verre solitaire" tourne au désastre. 

12 nouvelles de qualité et un auteur à suivre de près... 

Un très bon recueil qui nous ramène quelques mois en arrière de manière humoristique parfois et  que je recommande aux amateurs de nouvelles. Un bon regard sur notre société. 

service de presse