Je vous ai présenté "Convergences", le septième roman de Christine Brunet que je connais bien puisqu'elle est, en quelque sorte, ma marraine chez Chloé des Lys. On nous a mis en relation lorsque je me suis lancé dans l'aventure de l'édition.

Christine a gentiment accepté de répondre à quelques questions. 

1)      Peux-tu te présenter en quelques mots

Je suis française, j’habite Marseille même si j’ai pas mal bourlingué et que je continue à beaucoup voyager. J’ai fait des études littéraires à Paris, j’ai approfondi mes connaissances linguistiques à Prague, au Caire, à Preston. Je suis l’une des administratrices des Éditions Chloé des Lys (je m’occupe de la promo par exemple), rédactrice en chef de la petite revue littéraire « Les petits papiers de Chloé », présentatrice de l’émission culturelle mensuelle d’ACTU-TV, une web tv qui monte. Et puis, je suis auteur de romans policiers, 7 parus à ce jours : trois chez Chloé des Lys (Nid de vipères en 2011 – Dégâts collatéraux en 2015 / réédition en un seul volume de Dégâts Collatéraux (2011) et Le Dragon bleu (2012) parus chez De Pierregord, éditeur disparu à présent – E16 (2012, rééd. 2014)), trois chez Gascogne (Non nobis domine (2013. Rééd. 2014) – Poker menteur (2014) – Convergences (2015).

 

2)      Quel est le titre de ton premier roman ?

Nid de vipères paru aux Editions Chloé des Lys.

 

3)      Quand est-il paru ?

2011 en même temps que Dégâts collatéraux chez De Pierregord

 

4)      Pourquoi avoir choisi les éditions Chloé des Lys pour ton premier bouquin alors qu'il s'agit d'une petite maison d'éditions belge et que tu es française

En fait, pour éditer mon premier bouquin, j’ai tenté, comme tous les auteurs novices, d’envoyer mon texte aux grandes maisons d’édition. Pas de réponse ou des lettres convenues, impersonnelles. Je suppose que tu connais ça…

Puis je me suis dit que je devais cibler mes envois… À force de recherches sur les forums, sur internet, deux noms sont ressortis comme une évidence : les Éditions Chloé des Lys en Belgique et les Éditions du Pierregord en France. J’ai envoyé Nid de vipères à Chloé, Dégâts collatéraux chez Pierregord : les deux romans ont été acceptés à quinze jours d’intervalle.

 

5) "Convergences" est ton septième roman si je compte bien.
    Les six premiers ont eu pour personnage principal la même superwoman (qui a changé de prénom en cours de route) : Aloys/Axelle. 

Pourquoi as-tu décidé de t'en séparer ? Ce ne fut pas trop dur de l'oublier et de créer un autre personnage ?

Me renouveler… C’est important. Je ne veux pas qu’on puisse me dire que j’écris toujours de la même façon, avec les mêmes personnages sur les mêmes thèmes. Le genre « roman policier » est suffisamment vaste pour permettre ce renouvellement.

Les lecteurs étaient/sont attachés à mes héros, surtout à Axelle. Mais ils me demandaient aussi d’autres héros. J’ai relevé le défi même s’il est très compliqué d’abandonner des personnages avec lesquels je vis 24h/24 pour créer, puis me jeter à corps perdu dans un nouvel univers aux côtés de héros très différents.

À voir si ma décision a été judicieuse… Je te dirai ça dans quelques mois…

 

6)      Axelle reviendra-t-elle dans un autre roman ?

Évidemment. Impossible de m’en passer. Je suis d’ailleurs en train de le terminer. Il s’agira d’un thriller SF.

 

7)      Pour "Convergences", tu as créé un personnage (je dirais une autre superwoman) tout à fait différent du premier, un personnage atypique, que tu as réussi à rendre attachant. Pourquoi as-tu donné vie à une héroïne aussi "spéciale"

Est-elle si super woman que ça ? Je ne crois pas. Gwen est une héroïne normale même si elle n’a peur de rien (ou de pas grand-chose). Outre un look atypique, elle a eu une vie compliquée qui l’a façonnée depuis sa plus tendre enfance. Crée un personnage trop lisse, trop neutre, et tu obtiendras un roman lisse et sans saveur. Il est important que les personnages accrochent le lecteur, l’interpellent pour l’embarquer dans leur monde de fiction.

 

8)      Retrouverons-nous Gwen dans une autre aventure

Probablement l’année prochaine avec un nouveau titre. Le scénario amènera le lecteur dans l’île de Ré et… en Sierra Leone.

 

9)      Ton personnage principal pourrait-il être un homme ou aurais-tu du mal à te mettre dans la peau d'un personnage masculin ?

Je considère que trop peu de personnages principaux sont des femmes. Pourtant, mes héroïnes ont toujours un pendant masculin, souvent très fort comme Sean Sheridan aux côtés d’Axelle. Inverser ? Pas pour l’instant. Me glisser dans la peau d’un héros plutôt que d’une héroïne ? Plus compliqué, sans aucun doute mais si, à un moment donné, j’ai besoin de le faire, je relèverai le gant…

 

10)  Tes romans sont très bien documentés. Passes-tu beaucoup de temps pour rassembler la documentation nécessaire à l'écriture de tes romans ? Quelqu'un t'aide-t-il ? Vas-tu sur place pour repérer les lieux que fréquenteront tes personnages

La documentation pour un roman policier est incontournable. Plus tu ancres tes personnages et ton enquête dans la réalité, plus tu permettras aux lecteurs de voyager, de s’impliquer dans ton texte.

Le temps que j’y passe ? Tout dépend du roman en fait… Cela va de six mois pour Non nobis domine à trois ans et demi pour E16. J’ai des « consultants » autant autour de moi que parmi mes lecteurs.

L’élaboration d’un roman est toujours très enrichissante parce que j’apprends des tas de choses jusqu’à crocheter une serrure par exemple (note que ça peut servir !)… Je connais parfaitement les endroits que je décris : je suis incapable de décrire un endroit inconnu. Cette connaissance des lieux me permet de faire voyager le lecteur avec un minimum de descriptions mais en y additionnant des odeurs, des impressions qui participent évidemment au suspense, à l’atmosphère. Et puis, je voyage… pourquoi ne pas utiliser cette expérience ?

 

11)  Tes romans sont aussi une façon de rendre hommage à ce beau pays qu'est la France. Voulu ?

Le premier, Nid de vipères, se passait en France certes, mais également et surtout à l’étranger (Hong kong, Malte, la Birmanie). E16 se déroule à Londres. On va à Naples avec Dragon bleu… Certes les trois derniers romans se déroulent seulement en France… Pas voulu, ça s’est fait comme ça. Mais ce ne sera pas le cas des deux suivants…

 

12)  Comment connais-tu aussi bien les différentes forces de police, les armes, les méthodes d'intervention ? Tu as été policière dans une autre vie ?

Oh… J’ai des lecteurs policiers. D’autres sont avocats, ou juges. Lorsque j’ai besoin d’un tuyau, ils répondent toujours présents !

 

13)  Quelles sont tes sources d'inspiration ? Lis-tu d'autres polars, des récits policiers ? Suis-tu des enquêtes ?

Je ne lis jamais ou presque de romans policiers. Je préfère m’éloigner de mes sujets d’écriture lorsque je lis… SF, aventure, fantaisy… voilà ce que j’aime lire.

 

14)  Tu as écrit 7 romans en quelques années, tu participes à des foires aux livres, tu travailles pour les éditions Chloé des Lys, tu présentes une émission sur Actu-TV, tu es maman aussi. Tu as un secret ? Tes nuits doivent être très courtes

Je dors peu, c’est vrai. Mais lorsqu’on fait tout avec passion, on trouve toujours du temps…

 

15)  Tu es bien ancrée dans les polars. Envisages-tu, un jour, d'écrire autre chose

Je vois que tu es bien renseigné… Oui, le prochain roman avec Axelle et Sean sera un thriller SF. J’en avais envie depuis longtemps, je l’écris. Je m’amuse…

 

16)  Quel est le roman que tu as le mieux vendu ? Quel est celui que tu as préféré écrire

Dégâts collatéraux (ed. Pierregord) et Non nobis domine (Gascogne). Mais les autres titres ont également du succès et la réédition de Dégâts collatéraux démarre bien.

Une préférence d’écriture ? Non. Lorsque je me lance dans un roman, il n’y a plus que lui. Chaque opus a ses anecdotes notamment lors de ma documentation, de mes déplacements sur le terrain. J’aime tous mes romans et je les présente tous avec passion à mes lecteurs en dédicaces. Mais tu vois, aujourd’hui, je suis plongée dans mes deux prochains bouquins qui accaparent toute mon attention.

 

17)  Et pour terminer cette interview, peux-tu nous dire un mot sur ce que tu es  en train d'écrire

Euh… Je termine mon thriller SF « HX13 » et je peaufine un thriller plus conventionnel « Vénus en Ré ». Ai-je envie de t’en parler alors que tout n’est pas bouclé ? En fait, pas vraiment. Et puis, je t’ai donné tout au long de cet interview quelques indices…

 

Merci, Christine, d'avoir pris de ton temps si précieux pour répondre à mes questions.