Christine BRUNET : La roche des Corbeaux - ZonelivreTout d'abord, je remercie Christine Brunet pour l'envoi de son dixième roman très réussi ! Eh oui ! J'ai la chance d'être un de ses premiers lecteurs et chacun de ses romans me fait perdre la tête ! Je suis, à chaque ébahi, par son imagination débordante et ses intrigues tellement bien ficelées qu'on les croirait réelles ! 

Pour faire une bonne soupe, il faut plusieurs ingrédients indispensables : de l'eau, bien sûr, mais surtout de bons légumes, des assaisonnements, de la crème peut-être...

Pour faire un bon polar, il faut également des ingrédients indispensables et on les trouve tous dans "La roche des corbeaux" : du suspense, des meurtres évidemment (et on peut dire que l'auteure en trucide des gens ! ), des disparitions, de la vengeance, des policiers, une société secrète, des vols de tableaux, du mystère, une enquête qui emmène le lecteur dans une quête impossible,...

Dans ce tome, le lecteur,  habitué des romans de Christine, retrouve son personnage récurrent : Gwen, médecin légiste de son état, superwoman, mais aussi personnage très secret, parfois en marge de la bienséance. 

Tout part de la disparition d'un notaire et de la découverte d'un corps puis de plusieurs dans un étang. De là s'enchaine toute une série de meurtres, de disparitions et de vols de tableaux. 

Ces affaires sont-elles liées? A Gwen et à toute l'armada de policiers à le découvrir...

Christine emmène ses lecteurs entre Cantal, Vosges et CÔte d'Azur en passant par Paris et les invite à découvrir les tenants et aboutissants d'une histoire qui risquent de les perdre s'ils ne font pas attention à chaque mot, à chaque phrase de ce page-turner qui ne les lâche pas ! 

Un dixième roman qui ne fait que confirmer l'immense talent de Christine. 

Comme d'habitude, la fin est surprenante et laisse envisager une suite au récit... Vivement le onzième alors ! 

smiley 1

 

PS La roche des Corbeaux est un petit massif de grès vosgien sous la forme d'un cône à trois faces dans le prolongement du Rittempierre qui dépasse 600 mètres. Son sommet rocheux qui culmine à 669 mètres est entièrement sur le territoire de la commune de Saint-Dié, ainsi que les autres versants vers le val de Robache et la dépression de la Bure. L'essentiel du versant nord appartient à Denipaire. Un chemin de grande randonnée du Club vosgien traverse ce territoire forestier, passant par le sommet équipé d'un belvédère.

Merci Wikipedia