frank

Dans "Mon pire ami" que je chroniquais ici, Frank Andriat se mettait dans la peau d'un ado mal dans sa peau. 

Dans "A moitié vide", il incarne une jeune fille bouleversée par la séparation de ses parents. Par un texto lu sur le portable de son père, elle apprend que celui-ci a une maitresse. Dans un premier temps, elle garde le secret. 

Certains se réfugient dans l'alcool ou la drogue, Violaine, elle, mange pour oublier ses problèmes puis vomit sa nourriture comme elle vomit la trahison de son père. 

Un jour, elle craque, hurle sa détresse et apprend à sa mère que son mari la trompe. C'est la fin du couple. Son frère lui reproche d'être la cause de la rupture.

Violaine est mal et personne ne semble la comprendre...

Frank Andriat exploite ici un thème malheureusement d'actualité et se met facilement à la place des ados qu'il côtoie jour après jour dans son métier de prof de français. Je ne sais pas si ses mots sonneraient aussi juste s'il ne faisait pas ce métier. 

Un livre jeunesse qui me permet de participer au challenge de Muti

challenge jeunesse