orage

Dans ce deuxième tome des "Colères du ciel et de la terre", les catastrophes continuent. Cette fois, Gilbert Bordes axe son récit sur l'agriculture : des pucerons envahissent les cultures; ils résistent de plus en plus aux insecticides. Les insectes mutent, se multiplient, pullulent et détruisent les récoltes. 

La surpopulation ajoute encore au fléau : l'agriculture n'arrivera plus à nourrir tout le monde. Les terres deviennent incultes. Le climat change, le réchauffement climatique et la déforestation laissent des terres incultes. La zone céréalière disparait petit à petit. 

Pour l'association "Les droits de la terre" rencontrée dans le tome 1, il n'y a qu'une solution : réduire de moitié la population mondiale. 

Retour au Moyen Age : la peste atypique se répand partout en Europe. Les gens meurent par milliers. Un vaccin existe mais ladite association attend le bon moment pour le commercialiser. "Les droits de la terre" sont devenus un parti politique qui s'oppose à "Clean World". Quand le vaccin sera disponible, l'association montera d'un cran dans l'estime publique.

Quelques années plus tard, un virus de la grippe bien costaud est élevé en laboratoire. "Les droits de la terre" sont prêts à le répandre sur terre afin de limiter la population. Tuer des milliards de personnes ne leur fait pas peur.

Dans ce tome, on retrouve les mêmes personnages 8 ans plus tard.

Armand Montrémy, le propriétaire de l'usine d'embouteillage est enfermé dans un village de travail en Sibérie. Il y rencontre le médecin qui a mis au point le vaccin contre la peste atypique et qu'on a mis au frais quelque temps. Les deux hommes arriveront à s'évader et se retrouveront à Saint-Petersbourg où séjourne le gros gitan qui tire les ficelles. 

Le fils handicapé d'Armand, Julien, s'est mis à cultiver la terre et à vendre ses légumes mais les pucerons le conduisent à une nouvelle ruine.

L'autre fils, le camé, Renaud, a retrouvé sa mère dans sa secte. Il s'évade après avoir réussi à se désintoxiquer de la fée blanche. 

Pétronille, la fille d'Armand, qui vit chez ses oncles, a 18 ans et un caractère épouvantable. 

La seule personne qu'elle aime vraiment, c'est Ghislaine, l'institutrice qui l'a sauvée du tremblement de terre (qui a eu lieu dans le tome 1). Mais voilà, Ghislaine semble l'avoir abandonnée. En fait, elle a été prise en otages dans un pays d'Afrique. Délivrée et de retour en France, elle tombe sous le joug d'un ex-président africain qui la force à l'épouser. La voilà à nouveau en prison! 

Et au milieu de tout ça se battent les hommes de pouvoir, ceux qui veulent guérir le monde mais aussi le gouverner...

Comme le premier tome, le deuxième est long, avec beaucoup de répétitions. J'ai eu la même impression de tourner en rond. Nous sommes à nouveau face à un scénario catastrophe. L'auteur insiste bien sur le fait que la terre est malade et qu'il est grand temps de la soigner.

Des intrigues intéressantes, un thème important mais pas mal de longueurs et une histoire pas toujours facile à comprendre. Pas mal de personnages interviennent dans le récit et ce n'est pas toujours simple de s'y retrouver. 

Livre lu dans le cadre de mon challenge dont la contrainte était "la météo" et qui me permet de participer au challenge de Bianca avec un pavé de 570 pages.

challenge Lire sous la contraintelire sous la contrainte 4/4

challenge-un-pave-par-mois Bianca