L’amitié

Je t’ai trouvé là, assis sur un pont
Il s’en fallait de peu que tu fasses le grand plongeon
J’me suis assis là, tout près de toi
J’ai même osé te tendre les bras
Un rien de candeur, un peu de pudeur
T’as refusé que je te serre sur mon cœur
Tu m’as regardé droit dans les yeux
J’ai même osé te caresser les cheveux
Dans tes yeux, il y avait toute la détresse du monde
Mais qu’est-ce qu’elle t’avait donc fait, ta blonde ?
Tu as accepté de partager avec moi
Toute la douleur que tu cachais au fond de toi
Ta belle était partie avec un autre gars
Et ça, tu ne le supportais pas !
Vous avez vécu tant de choses ensemble
Que rien que d’y penser, tu trembles
L’amour peut faire mal parfois
Mais ça, tu ne le savais pas.
A quoi peut bien servir l’amitié
Si ce n’est à soigner les blessures
Que l’amour a causées ?
Ecoute-moi, je t’en conjure.
Nous vivrons tant de choses tous les deux
Que tes souvenirs périront par le feu
Eh oui ! Ce seront les flammes
Qui chasseront la douleur de ton âme
Et un jour, ton cœur s’embrasera
Pour une autre fille, pour une autre nana
A ce moment-là, tu verras
Que de ta blonde, tu faisais trop de cas
Ce jour-là, je saurai m’éclipser
Car c’est cela aussi, l’amitié
Etre là en cas de besoin
Ne jamais laisser l’autre dans le pétrin
Mais pouvoir s’éloigner
Quand l’autre a besoin de liberté…

Je me suis retrouvé là, assis sur un pont
Il s’en fallait de peu que je fasse le grand plongeon
Tu t’es assis là, tout tout près de moi
Tu as même osé me tendre les bras
C’était à mon tour de perdre l’amour
De ne plus croire en l’avenir, de vouloir en finir
Je t’ai regardé, là, dans le bleu des yeux
Tu as même osé me caresser les cheveux
Où était ta candeur, ton reste de pudeur ?
Je me suis blotti là, tout contre ton cœur
Tu m’as dit ces mots qui restent gravés :
A quoi peut donc bien servir l’amitié
Si ce n’est à panser
Les blessures que l’amour t’a infligées ?

 

Si, sur le pont, un quidam était passé
Il nous aurait trouvés tous les deux enlacés
Et Dieu sait ce qu’il en aurait pensé
Mais y a pas à dire, l’amitié
C’est fait de peu de choses, c’est fait de rien
Mais qu’est-ce que ça réchauffe, que ça fait du bien !
                                                                             
Phil