Jusqu'à ce que la mort nous unisse by Karine GiébelSi on m'avait fait lire ce roman en supprimant la couverture avec le nom de l'auteur, jamais je n'aurais pensé à Karine Giebel. Ce roman est très loin des 9 autres que j'ai lus  d'elle. Les autres sont très gores. Celui-ci peut-être lu par tout le monde, même les plus sensibles. 

Ce n'est pas pour ça que je n'ai pas aimé ma lecture; j'ai, au contraire, beaucoup apprécié l'enquête menée par les protagonistes (un guide de montagne et une gendarmette tout juste née). Bon, ce n'est pas toujours très crédible, mais comme je l'ai déjà dit, on peut dire ça de tous les polars ou presque. 

L'histoire se passe dans le Parc du Mercantour et donne très envie de découvrir l'endroit. Les amateurs de montagne apprécieront le récit...sauf peut-être les guides, car je pense que Karine Giebel ne s'est pas assez imprégnée du métier d'accompagnateur en montagne. 

L'intrigue : Vincent Lapaz est donc guide, amoureux de la montagne, solitaire (sa femme l'a quitté 5 ans plus tôt et il n'a toujours pas digéré cet échec) et...il a plutôt mauvais caractère. Depuis qu'il est seul, il joue avec les sentiments des femmes qu'il rencontre. Il les met toutes dans son lit, mais les jette aussitôt. 

Arrive Servane, une jeune gendarme qui lui résiste et pour cause : elle est lesbienne quoique...

Un proche de Vincent meurt soudainement dans la montagne. Un accident? Vincent n'y croit pas. Un meurtre? Il faudrait le prouver. 

Vincent va alors emmener Servane dans une aventure dont ni l'un ni l'autre ne sortira indemne. 

Petit à petit, le couple mal assorti va déterrer des secrets qui auraient peut-être mieux faits de rester enfouis, car le maire, son fils, son frère et d'autres personnages pas très recommandables trempent dans une histoire pas très catholique. 

Un suspense psychologique qui tient en haleine, mais je déplore certaines longueurs. Comme souvent avec les pavés, je trouve qu'on pourrait facilement supprimer une centaine de pages. 

Karine Giebel, j'en redemande, dans ce style ou dans celui auquel elle m'a habitué ! 

smiley 1