Suzanne par PommierJe lis de plus en plus souvent des romans où l'auteur alterne sans arrêt présent et passé et ça ne me plait que moyennement. 

Frédéric Pommier, journaliste, nous narre ici la vie de sa grand-mère, Suzanne de 1922 à 2018. Une page du livre par année de vie de la vieille dame. Il intercale, à tout moment, le passage de Suzanne dans une maison de retraite où elle n'a pas été bien traitée du tout, c'est le moins qu'on puisse dire. 

Suzanne n'a pas eu une vie exceptionnelle, une vie qui pourrait être celle de n'importe qui et, comme je l'ai déjà remarqué avec d'autres récits de vie, l'histoire de Suzanne est familiale et peu intéressante pour un lecteur quelconque. 

De plus, le style est froid, lointain, journalistique, je dirais, vu le métier de l'auteur. 

Les années de guerre sont, à mes yeux, assez intéressantes, mais le reste est plutôt banal. 

J'ai donc moyennement apprécié ce récit. 

J'ai aussi eu l'impression de changer de narrateur tout à coup. Un narrateur anonyme raconte l'histoire de Suzanne et puis, tout à coup, il passe la plume au petit-fils de la vieille dame : Frédéric Pommier, lui-même ! Enfin, c'est ce que j'ai ressenti. 

J'aurais aimé lire la vie de Suzanne de 1922 à son entrée dans une maison de retraite sans interruptions et puis sa "deuxième vie", celle qu'elle a passée "enfermée" et parfois maltraitée...

De plus, le livre s'arrête net. J'ai tourné la page pour voir s'il y avait une suite, un postface, mais rien. Suzanne est-elle décédée en 2018? L'auteur n'en dit rien !