La Vierge de Bruges par WeberVoilà 13 ans que je n'avais plus lu un roman de Patrick Weber, ce passionné de peinture, journaliste, rédacteur en chef de Flair l'Hebdo et écrivain. 

Patrick Weber est un spécialiste de l'art belge et ses livres sont des romans historiques. 

"La Vierge de Bruges" se veut être un thriller historique, mais selon moi, l'auteur n'a pas réussi à développer une intrigue capable de visser le lecteur sur sa chaise. Moins de 200 pages qui m'ont paru bien longues ! 

L'histoire suit celle de "Catherine", la série de Juliette Benzoni que je viens de lire si bien que je m'attendais presque à voir surgir Catherine dans le récit. 

Philippe le Bon est mort et a laissé sa place à son fils, Charles le Téméraire, qui déplait à son peuple surtout par le fait qu'il lève des impôts importants afin de poursuivre ses campagnes militaires contre le roi de France, Louis Xi. 

Pieter Linden est un jeune homme passionné de peintures. Il entre au service du peintre renommé Menling, mais il jouera plus le rôle d'enquêteur que d'apprenti. 

En effet, le fils d'un riche banquier florentin débarque à Bruges afin de vérifier les comptes de Tommaso Portinari représentant les intérêts des Médicis à Bruges. Celui-ci est soupçonné de détourner l'argent pour son compte à lui ! 

A peine arrivé dans la ville flamande, un meurtre a lieu : celui d'une jeune bourgeoise et voici le Florentin en danger...

Pieter Linden mène l'enquête...

La matière est là, Patrick Weber a toutes les connaissances qu'il faut, mais la mayonnaise n'a pas pris. Je verrai avec "L'ange de Florence" ce qu'il en est...

PS La peinture sur la couverture est, évidemment, de Memling, mais on ne sait pas qui a posé pour le peintre. Il s'agit probablement d'une bourgeoise du XVe siècle, mais le mystère reste entier. L'oeuvre est exposée dans l'enceinte de l'hôpital Saint-Jean du musée Memling à Bruges.