Il était deux fois par ThilliezLa 4e de couverture n'indique pas que "Il était deux fois" est la suite du "Manuscrit inachevé". Pourtant, ce manuscrit que les lecteurs doivent terminer eux-mêmes puisque la fin est ouverte revient en force dans cet opus à partir de la page...340 ! 

Moi qui croyais connaitre la fin du premier dès les premières pages du deuxième, j'en suis pour mes frais ! 

Et je suis sûr d'avoir raté quelque chose puisque je n'ai pas pu répondre à toutes les questions que je me posais...

Ce deuxième tome est encore plus addictif que le premier. J'ai eu bien du mal à m'en détacher ! 

Je l'ai également trouvé plus soft que les autres romans de Thilliez que j'ai lus...enfin jusqu'à un certain moment car, quand on sait que le thème principal est "la mort dans l'art", on comprend que l'horreur est encore au rendez-vous ! 

Gabriel Moscato, lieutenant de gendarmerie a perdu sa fille 12 ans plus tôt. La jeune fille a disparu brusquement. Pendant 12 ans, il ne cesse de rechercher sa fille. 

12 ans plus tard, donc, il se réveille amnésique (un thème récurrent chez Thilliez) dans un hôtel et doit reprendre toute son enquête à zéro. Retirez l'amnésie et le roman perd la moitié de ses pages puisque Moscato est déjà allé loin dans l'enquête et retrouve les mêmes personnages qu'il a déjà rencontrés lors de sa recherche. 

Son enquête va le conduire vers un auteur de thrillers (celui-là même qui a écrit "Le manuscrit inachevé"), chez un peintre et un photographe qui utilise la mort dans leur art. Et il en manque un 4e que je vous laisse le soin de découvrir si vous n'avez pas lu ce livre. 

Comme d'habitude, le voyage du lecteur se termine au bout de l'horreur le plus absolu et certaines descriptions peuvent le heurter. 

Et puis, tout à la fait, l'auteur livre "sa fin" du manuscrit inachevé...

Un page-turner insoutenable !