La lettre de Queenie par JoyceIl y a un an, je lisais un roman au titre à rallonge "La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi" de Rachel Joyce (voir ici), un livre que j'avais découvert, par hasard, dans une librairie d'occasions. Ce bouquin était plutôt lent, mais malgré tout, il m'avait bien plu. 

Quand j'ai découvert la suite de ce roman, je n'ai pas hésité : je me suis replongé dans l'histoire. 

En fait, ce n'est pas une suite, c'est la même histoire vue par un autre protagoniste. 

Dans le premier tome, Harold Fry recevait une lettre d'une ancienne collègue perdue de vue. Elle lui annonçait qu'elle était en phase terminale d'un cancer et lui disait au revoir. Parti poster la réponse à Queenie, Harold n'a cessé de marcher pour rejoindre celle qui l'avait aimé en secret. 

Dans ce deuxième tome, la parole est donc donnée à Queenie. Elle attend Harold - les médias parlent de cet homme qui traverse l'Angleterre à pied pour se rendre dans un centre de soins palliatifs - et elle raconte sa vie à une infirmière. 

Le lecteur a donc un point de vue tout à fait différent des événements. Queenie raconte sa rencontre avec Harold, mais aussi avec le fils de celui-ci, un être très tourmenté...

Queenie se livre complètement, elle parle de son amour qu'elle a tu jusqu'à la fin de sa vie, de sa culpabilité de n'avoir rien fait pour que le jeune David aille mieux. 

Les chapitres alternent entre la vie de Queenie et le quotidien du centre de soins où régulièrement la camionnette des pompes funèbres se pointent...

Un 2e tome réussi, dans le style du premier. Moi qui aime les romans où ça bouge me suis laissé séduire par ces deux récits avec une préférence pour le premier quand même...