L'enfant réparé par DelacourtCe roman de Grégoire Delacourt est une autobiographie qui peut toucher certaines personnes, mais qui m'a laissé indifférent. Je me suis ennuyé tout au long de ma lecture (qui est courte heureusement). La fin rattrape un peu l'ensemble. 

Dans ma critique de "Derniers fragments" de Christiane Singer, je disais que l'auteure avait couché sur le papier des pensées, des sentiments sans suite et sans logique et qui, selon moi, ne pouvait toucher que la famille et les amis de l'auteure. C'est pareil, à mon sens, pour "L'enfant réparé". 

Grégoire Delacourt passe d'une époque à l'autre, de son enfance à l'âge adulte pour y revenir ensuite, de la vie avec ses parents à celle éloigné d'eux, de la vie de sa mère à sa mort, de la vie de son père à sa mort avec des aller-retour incessants. 

Grégoire est un écorché vif et, tout le long du récit, il en cherche la raison. Il nous parle de son enfance, de ses mariages, de ses parents, de sa psychanalyse, de son mal-être, de son incapacité d'aimer, de ce mal qui le ronge depuis son enfance. 

J'ai aimé le fait qu'il fait référence à ses romans précédents et nous donnent un regard neuf, son propre regard sur ceux-ci. 

Comme ça arrive de plus en plus souvent dans les romans, j'ai été ennuyé par le manque de ponctuation dans les dialogues ( pas de : ni de "). 

Les avis sur Babelio sont bons. A vous de vous faire votre propre opinion sur ce bouquin. Moi, je suis tout simplement passé à côté. 

PS Il est bien d'avoir lu les autres romans de Delacourt avant de lire celui-ci.