Les enfants du crépuscule par HaydenAvec Torey Hayden, je sais que je ne me trompe pas, que je vais aimer. Celui-ci est le 9e livre que je lis de cette auteure, institutrice et psychologue. Je les ai tous appréciés.

C'est donc confiant que j'ai débuté la lecture de ce témoignage. Dès les premiers mots, Torey Hayden capte l'attention de ses lecteurs. Et même si le livre compte 400 pages, il est vite lu.

"Les enfants du crépuscule" sont des enfants qui ne parlent plus à cause d'un traumatisme psychologique qu'ils ont subi.

Dans ce bouquin, Torey Hayden traite 3 cas :

1. Cassandra est une petite fille qui n'avait aucun problème jusqu'au jour où son père la kidnappe. Elle sera retrouvée quelques années plus tard et sera placée dans le centre dans lequel travaille l'auteure. Une petite fille qui a enfoui, tout au fond d'elle, tellement de choses qu'elle ne comprend pas, qu'elle n'accepte pas, qui lui font peur, qu'elle a un comportement très agressif et à tendance sexuelle. Torey usera de patience pour que la petite ose entrer à l'intérieur d'elle-même et découvrir ce qui la fait souffrir.

2. Drake est un petit garçon adorable mais qui ne parle pas. Ses parents font appel à Torey Hayden, spécialiste du mutisme, pour le sortir de son silence. La thérapeute rencontre le grand-père de l'enfant qui règne sur son monde en parfait despote et qui n'accepte pas d'avoir un petit-enfant déficient. Il veut une descendance parfaite, sans défauts.

Torey ne trouve pas ce qui empêche le petit garçon de parler; elle pense à un traumatisme d'ordre sexuel mais qui en serait à l'origine? Le petit garçon semble tellement heureux de vivre que Torey ne comprend pas.

Evidemment, elle ne pouvait pas savoir que la mère de Drake lui cachait quelque chose de fondamental qui explique le mutisme du petit garçon.

3. On demande à Torey de rencontrer une vieille dame qui a subi un AVC et ne communique plus depuis sa maladie. Torey découvre une vieille dame sympathique, malheureuse comme les pierres parce qu'elle a dû quitter sa campagne et ses nombreux chats pour finir ses jours dans une maison de retraite. La vieille dame plonge dans ses souvenirs...

Trois cas touchants. Un récit intéressant mais ... parce qu'il y a un "mais". Dans le cas de Drake, j'ai trouvé bien avant Torey de quoi souffrait l'enfant. Pour une spécialiste, je l'ai trouvée un peu bouchée. Toutefois, ce sont peut-être les éléments qu'elle donne aux lecteurs et auxquels elle n'avait pas fait attention lorsqu'ils se sont déroulés qui m'ont permis de découvrir la clef de l'énigme.

Si vous ne connaissez pas l'auteure et que vous voulez la découvrir, je vous conseille "Kevin le révolté", "L'enfant qui ne pleurait pas", "Une enfant comme les autres" ou "L'enfant qui ne parlait pas" pour débuter la découverte de ses "patients".

smiley 1