Les oubliés par Grisham"Les oubliés" est le 27e roman que je lis de John Grisham. C'est une valeur sûre dans le domaine des thrillers. 

Contrairement à beaucoup d'autres auteurs de polars qui posent leurs histoires dans un commissariat, Grisham, ancien avocat, ancre les siennes dans des cabinets d'avocats. C'est ce qui le différencie des autres. 

Ici, il s'attaque aux erreurs judiciaires et aux personnes condamnées à des dizaines d'années d'emprisonnement alors qu'elles sont innocentes. 

Grisham n'a pas situé son roman dans le temps, mais je trouve le système américain très archaïque. J'espère que ça se passe mieux chez nous. Reconnaitre ses erreurs, pour un magistrat, c'est impossible et les juges préfèrent laisser des innocents en prison plutôt que reconnaitre leurs erreurs ! 

Deux sources lui ont inspiré ce roman : une personne existante et un fait divers. 

En 1983, James McCloskey a fondé les Centurion Ministries alors qu'il était étudiant en théologie. 

Dans ce roman, McCloskey est devenu Cullen Post, avocat et pasteur qui a fondé les Anges Gardiens, une association qui a pour but de faire libérer des gens injustement condamnés. 

L'intrigue du roman s'inspire de l'histoire de Joe Bryan, condamné à mort au Texas pour le meurtre de sa femme alors que Joe se trouvait dans un hôtel à 200 km de là. 

Joe Bryan est devenu Quincy Miller, dans ce roman, un noir accusé d'avoir tué un avocat et condamné à une peine de prison à perpétuité. Pendant 22 ans, il ne cesse de clamer son innocence avant que l'équipe des Anges Gardiens ne s'occupe de son cas. Il s'avère très vite que son procès a été bâclé, que les témoins ont tous menti et que des policiers et des trafiquants de drogues sont impliqués dans le meurtre. 

Un roman très intéressant, assez long, pas toujours simple à comprendre et émouvant à certains moments, un de ceux que j'ai préférés de l'auteur. 

smiley 1