Nous rêvions juste de liberté de Henri Loevenbruck - Editions J'ai LuIl y a des quantités de livres qui racontent de formidables histoires d'amour, mais pas tellement qui racontent des extraordinaires histoires d'amitié. 

"Nous rêvions juste de liberté" en est un et pas des moindres. Ce roman est un véritable hymne à l'amitié et, malheureusement, il parle aussi de trahison. 

D'Henri Loevenbruck, je n'ai lu que "L'apothicaire" que j'ai bien aimé et "Les cathédrales du vide" que j'ai arrêté après 150 pages.  "Nous rêvions juste de liberté" s'est retrouvé dans ma PAL tant je l'ai vu sur les réseaux sociaux. J'ai été intrigué par ce roman et j'ai eu envie de le découvrir sans rien savoir de l'histoire. J'ai vu que ce livre recevait les honneurs des lecteurs/blogueurs, mais jamais je n'ai lu une ligne du résumé. 

J'ai donc commencé ce roman sans savoir dans quoi je m'engageais et j'ai été happé par ce récit écrit selon un mode oral, comme si le narrateur qui est aussi le héros du bouquin me racontait son histoire, ce qui est un peu le cas. 

C'est l'histoire de 4 garçons, 4 voyous qui rêvaient de liberté, 4 gars unis par une solide amitié, 4 jeunes amoureux de motos, de vitesse, mais aussi d'alcool et de drogues. Ce ne sont pas des jeunes hommes qu'on aimerait rencontrer sur notre chemin.

Et pourtant, ces grands gosses ont été malmenés par la vie et cachent au fond d'eux un coeur gros comme ça. Leur leitmotiv, c'est trois mots, trois valeurs importantes à leurs yeux : loyauté, honneur et respect. 

Le héros (le narrateur), c'est Hugo dit Bohem. Ce surnom lui va comme un gant : il habite dans une roulotte et rêve de voyages, d'évasion, de fuite en avant. Le lecteur ne peut que s'attacher à lui et la fin du récit n'en sera que plus douloureuse. 

Sa plus grande histoire d'amitié, il la vivra avec Freddy, un gros dur qui tiendra une place particulière dans son coeur. 

Ensuite, il y a la bande à Bohem, chacun avec ses caractéristiques, ses envies, ses joies et ses peines. 

Et le lecteur part avec eux sur les routes, participent à leurs beuveries, mais aussi à leurs rencontres, à leurs élans d'amitié jusqu'au final où le monde s'écroule. Non ! Pas ça ! Ben si ! Et pas la peine de cacher vos émotions. Les larmes sont là au bord des paupières si elles ne glissent pas sur vos joues. 

Un coup de maitre. Un roman qui prend aux tripes, qui ne peut pas laisser indifférent et qui s'imprime dans la mémoire des nombreux lecteurs qui ont fait de ce roman un coup de coeur ! 

coeur