La consolation de l'ange par Lenoir"La consolation de l'ange" est le 5e livre que je lis de Frédéric Lenoir et, sûrement, celui que j'ai préféré. Frédéric Lenoir est philosophe et sociologue. Pour ce genre d'auteurs (comme Laurent Gounelle, par exemple), ce n'est pas l'histoire qui compte, mais les messages que le livre véhicule. 

Hugo a vingt ans. Après avoir raté 3 fois le concours de médecine, il décide de mettre fin à ses jours. Réanimé, il se retrouve, à l'hôpital, dans la même chambre que Blanche, une vieille dame qui vit là ses derniers jours. 

Le courant passe entre les deux protagonistes et les conversations s'engagent. 

Blanche répond aux questions existentielles du gamin qui, peu à peu, reprend goût à la vie. 

Blanche lui parle d'une expérience extraordinaire qu'elle a vécue en 1945 à l'âge de 17 ans et Hugo parle, pour la première fois, d'un traumatisme qu'il cache depuis son enfance. 

Le récit est, en grande partie, composé des dialogues entre ces deux personnes que tout oppose. Victor Hugo y met son grain de sel avec certains de ses poèmes qui illustrent très bien les propos tenus par elles. 

J'ai souligné tant et tant de passages qui m'ont marqués que je ne pourrai vous en dévoiler que quelques-uns. 

Par exemple

"Cela fait bien longtemps que je ne regarde plus la télévision et que je n'écoute plus les nouvelles. Car de quelles nouvelles parlons-nous? Du monde tel qu'il est? De la vraie vie de milliards d'individus? Ou du spectacle médiatisé de tout ce qui va mal dans le monde? En effet, si tu confonds le monde avec les nouvelles que nous donnent le journal, la radio, la télévision ou ton téléphone portable, il y a de quoi être désespéré !
Mais pour moi, même si en France, on aime se plaindre de tout."
"Le conflit est le moteur même de l'Histoire. Ce serait tellement mieux si on pouvait vivre sans conflits, mais le cœur de l'homme est ainsi fait que c'est impossible.
Mais le conflit peut avoir ses vertus ! Si on regarde en arrière, on s'aperçoit que bien des conflits ont permis à l'humanité de progresser.
Sans la violence de la Révolution française, nous vivrions peut-être toujours sous la tyrannie d'un monarque et celle de la religion.
S'il n'y avait pas eu la guerre de Sécession, l'esclavage existerait peut-être encore aux Etats-Unis
Sans ces deux guerres atrocement meurtrière au XX siècle, l'Europe n'existerait sans doute pas, car peut-être fallait-il aller aussi loin dans l'horreur pour qu'on en finisse avec ces idéologies nationalistes.
Et qui si demain ces actes terroristes à répétition ne vont pas finir par produire l'effet inverse de ce qu'ils visent et finalement favoriser un vrai dialogue entre le monde occidental et le monde musulman?
Le conflit et la violence sont l'essence même de l'Histoire..."
"Lorsque tu fais des études ou un métier où tu es beaucoup dans ta tête, il faut absolument rééquilibrer ta vie en pratiquant une activité physique tous les jours."
"Pour se sentir bien, il faut faire de l'exercice physique, aimer, penser et rêver."
"L'obstacle au bonheur n'est pas la réalité, mais la représentation que nous en avons."
"Il y a tant de choses qui pourraient nous apporter tant de plaisir, mais dont on se prive parce qu'on n'est pas assez attentifs à ce que nous faisons."
"Autant je suis convaincu que de purs esprits, qu'on appelle les anges dans notre tradition, ou les esprits des défunts existent bel et bien, autant je ne suis pas certain que ce soient eux qui se manifestent lors des séances de spiritisme. Ça peut aussi être un phénomène psychique qui lie les inconscients des personnes présentes. "
Un livre à lire et à relire. 

smiley 1