Un soir de décembre par ViganJe ne dirai pas grand-chose de ce livre parce qu'il n'y a pas grand-chose à en dire. 

J'aime les livres où ça bouge, où on a envie de tourner les pages les unes après les autres, où il y a de l'action, du suspense. Rien de tout ça ici. Si je devais le qualifier en employant un seul adjectif, je dirais que c'est un livre introspectif. Je suppose que ça plait à certains, moi, les états d'âme de héros dépressifs me laissent de glace. Qu'ils se bougent bon dieu ! 

Matthieu Brin a publié son premier roman qui remporte tout de suite un vif succès. On le voit alors partout : dans les journaux, les magazines ou à la télévision. 

Une de ses anciennes maitresses, larguée 10 ans plus tôt, au moment où il s'est marié avec Elise, le reconnait et se met à lui écrire. A partir de là, la vie de Matthieu va être bouleversée. Il va s'éloigner de sa femme et de ses enfants. Son boulot en dehors de l'écriture ne l'intéressera plus. 

Une seule chose ou plutôt une seule  personne lui trotte dans la tête : Sara. 

Voilà, c'est tout. Rien d'autre à signaler. 

Un livre que j'aurais abandonné en route s'il n'avait pas été aussi court. 

Je ne pense pas que je lirai encore Delphine de Vigan. Pourtant, j'avais beaucoup aimé "Les gratitudes" et surtout "Les loyautés". 

Un livre pour ceux qui aiment l'introspection. 19 personnes lui ont quand même mis 5 étoiles sur Babelio !