victor

J'ai découvert Victor Noël tout à fait par hasard et j'ai été subjugué par cet ado de 15 ans et le combat qu'il mène pour une planète plus belle, plus propre, plus saine, pour la sauvegarde de la biodiversité tellement nécessaire à la vie. 

Victor est passionné par la nature. Il s'est intéressé dès son plus jeune âge aux oiseaux et autres animaux avec lesquels nous partageons la planète (de façon tout sauf équitable !).

Très vite, il s'est mis à photographier la nature. 

Petit, il a participer à une aventure extraordinaire : ses parents l'ont emmené à la découverte de plusieurs pays d'Europe. Pendant plus de 5 mois, il a découvert la France, l'Italie, la Suisse, l'Autriche, l'Allemagne, le Danemark, la Norvège, les Pays-Bas et l'Ecosse.

Son plus gros coup de coeur fut pour les grands espaces d'Ecosse et de la Norvège. 

Son rêve à cette époque : photographier le vautour fauve et le macareux moine. 

Il a créé un blog naturaliste que je vous invite à visiter en cliquant ici

Dans ce petit livre joliment illustré, Victor lance un appel à la raison. Il nous demande de nous remettre en question de changer un peu nos comportements. Il en va de la santé de la planète qui nous est prêtée. 

Extraits

Nous faisons subir à la biodiversité une sixième extinction de masse. Pour l'enrayer, nous devons bousculer nos habitudes et repenser notre société. 

S'intéresser à la faune sauvage, c'est ne jamais s'ennuyer et vivre des moments impressionnants. 

Nous dépendons nous-mêmes d'autres espèces. 

Le vivant ne va pas bien du fait des activités humaines. 

Un million d'espèces sont actuellement menacées par les activités humaines. En Europe, 80% des insectes volants ont disparu en 30 ans. En 15 ans, 30% des populations d'oiseaux ont disparu des campagnes françaises. 

Le taux actuel d'extinction est bien plus rapide que dans le cas d'une disparition dite naturelle. 

Que se passera-t-il lorsqu'il n'y aura plus d'insectes pollinisateurs? 

Il est immoral de considérer que le combat écologique a comme objectif de sauver l'Humanité. Protégeons les espèces dans le simple but...de les protéger. 

S'investir mais comment?

- manger bio

- utiliser moins de plastiques

- manger local

- éviter d'acheter des produits surtransformés

- réduire ses besoins matériels

- consommer moins

- se détacher du plaisir matériel

- interdire les pesticides

- changer le modèle agricole

Tout ce qui nous est nécessaire se trouve dans l'alimentation végétale.

L'élevage a un impact écologique très important. Il participe au dérèglement climatique. La forêt laisse place à l'élevage bovin ou à la culture du soja. L'élevage est gourmand en eau. Il est responsable d'une forte monopolisation des terres. 

Réduire notre consommation de protéines animales permettrait de libérer 10 à 30 % de la superficie actuelle réservée à l'élevage. 

Laisser plus de place aux forêts tout en cultivant directement pour nous et non pour le bétail serait aussi un moyen de lutter contre le dérèglement climatique. 

Nous sommes en train de vider les océans et de détruire les écosystèmes marins. Notre consommation de poissons est à l'origine d'une catastrophe écologique mondiale annoncée, irréversible. 

Les lobbys freinent encore et toujours l'avancée vers une société plus écologique, notamment le lobby de la chasse ou de l'agroalimentaire. 

Nous accorderons toujours plus d'importance à notre confort de vie immédiat qu'au sort des autres espèces. 

Les lobbys recherchent constamment le profit au détriment de notre environnement. 

"La chasse est une tare de notre société." (Claude Maurice)

Et si on renonçait simplement au titre de Patron du vivant? 

Qui sommes-nous, nous humains, pour décider qui peut vivre et qui peut mourir? 

Ne défendons pas le vivant uniquement parce qu'il nous est utile et profitable, défendons-le tout simplement pour ce qu'il est, un merveilleux trésor. 

 Je rappelle que Victor n'a que 15 ans. On critique tellement la jeunesse, mais certains se distinguent par leurs combats, leurs dons, leur art. Ne les oublions pas. 

Ça me fait chaud au coeur quand je vois ces jeunes qui ne vivent pas que pour les réseaux sociaux, les jeux vidéo, leur égoïsme. Tout n'est pas perdu !