"L'école des chagrins" est le 3e roman de Roger Cavalié, inspecteur de l'Education nationale à la retraite. Celui-ci est une suite des deux premiers, mais peut être lu indépendamment, ce que j'ai fait. 

Nous sommes dans les années 60, Julien, fils de paysan, rejoint son poste dans la classe unique d'un village. Les parents attendent beaucoup de lui, car l'année scolaire précédente une dizaine de remplaçants se sont succédé et le niveau des élèves en a pâti ! 

Julien éprouve beaucoup de difficultés dans son métier, mais petit à petit il s'adapte, s'organise et s'en sort plutôt bien. Il a demandé de l'aide à un conseiller pédagogique qui l'a critiqué sans lui apporter aucune aide. La visite de l'inspecteur ne l'a pas aidé non plus. C'est donc à force de travail et de réflexion que Julien est arrivé à obtenir de bons résultats de ses élèves. 

Jeanne, son idylle depuis des années, et lui ont décidé de mettre leur relation en suspens, le temps que se précisent leurs avenirs professionnels. 

Lors d'une conférence pédagogique, il rencontre une collègue, magnifique jeune fille qu'il a connue à l'Ecole Normale. Un danger pour Jeanne qui poursuit ses études assidûment. 

Un an plus tard, fier des résultats de ses élèves, Julien doit tout abandonner car l'armée l'appelle. Heureusement, la guerre d'Algérie a pris fin et Julien ne partira que pour 18 mois. 

Un roman bien documenté sur l'école, la vie dans les années 60, les habitudes paysannes. Des incursions de personnages célèbres dans le récit comme De Gaulle, Edith Piaf, ML King ou Kennedy...

Un roman que je qualifierai de "roman du terroir" pour les amateurs du genre. 

Dernier livre lu dans le cadre de mon challenge "Lire sous la contrainte" avec le mot "école". 

challenge Lire sous la contrainte

 

PS Je n'ai pas bien compris le titre de ce roman. Pourquoi "des chagrins"? Ce livre est assez positif dans l'ensemble.