La libraire de la place aux herbes par KermelPassons d'une librairie à une autre, d'un livre à un autre avec ce roman d'Eric de Kermel, auteur que je ne connais pas. J'ai préféré "Le club de la Petite Librairie" bien que j'ai passé de bons moments avec celui-ci aussi. 

Ce qui m'a un peu dérangé au départ, pour se faire oublier par la suite, c'est qu'il n'y a pas vraiment d'histoire, pas de fil conducteur dans ce roman. Chaque chapitre parle d'un autre personnage, un client de la librairie. 

La librairie de la Place aux Herbes à Uzès est à vendre et Nathalie qui a très envie de changer de boulot en même temps que de région est très intéressée par ce commerce. Elle n'hésite pas longtemps et devient libraire. 

Sa librairie sera un lieu de rencontres avec des clients particuliers avec qui elle va nouer une relation importante pour elle. 

On ne peut que s'attacher à Nathalie, toujours prête à aider son prochain et ne comptant pas ses heures pour aider ses clients. (Je pense que sa journée compte plus que 24 heures; à moins qu'elle ne dorme jamais ! )

Ce qui m'a embêté, c'est que l'auteur développe peu la vie familiale de l'héroïne. Le lecteur sait qu'elle a deux enfants, qu'elle entretient une relation difficile avec sa fille, mais c'est tout. 

J'ai aussi regretté que les clients de chaque chapitre disparaissent à la fin de celui qui lui est consacré. J'aurais voulu une relation suivie plutôt qu'un cloisonnement comme l'auteur l'a conçu. 

A part ça, j'ai aimé ce roman qui fait la part belle aux livres évidemment, (non, je n'ai pas allongé ma liste d'envies !) et j'ai pu souligner certains jolis passages qui font de ce livre un "roman qui fait du bien". 

J'ai lu ce livre pour mon challenge, mais je viens de m'apercevoir que le titre comporte le mot "libraire" et non pas "librairie" comme je l'ai lu en découvrant ce livre ! Ce n'est pas important...

Extraits

"Lorsque nous croisons la trajectoire d'un livre, c'est que nous avons rendez-vous. Qu'il était temps que la rencontre ait lieu. Quand nous parlons d'un livre, ce n'est pas seulement de ce que nous avons lu que nous parlons mais de nous-même. "

"Avec ces parcours imposés lors de notre scolarité, des adultes garderont ensuite longtemps une résistance à ouvrir, par plaisir, un livre classique. Et les premières victimes en sont Balzac, Stendhal et Hugo, bien malheureusement."

"Les médecins devraient prescrire à leurs patients une ordonnance pour la pharmacie et une consultation en librairie!"

"Je crois que la première règle d'or de l'amour est qu'il ne doit pas faire souffrir, jamais! Un amour qui fait souffrir est le signe qu'il faut vite le quitter."

"Aimer ne doit jamais se faire au prix de soustractions, mais seulement d'ajouts."

"Parfois, nous devons faire des compromis, mais nous veillons alors à ce qu'ils soient suffisamment discutés pour qu'ils deviennent une preuve d'amour, et non un dû ! "

"Faire plaisir à l'autre, quand ça devient un mode de fonctionnement et non plus un choix fait en pleine conscience, est un piège."