Olivier Norek, voilà encore un auteur que je rencontre un peu partout sur FB ou Instagram et que je ne connaissais pas. J'ai fait sa connaissance avec "Code 93", son premier roman. 

Je le dis d'emblée : si j'ai apprécié ce roman, ce ne fut pas un coup de coeur, j'ai déjà lu mieux comme thriller. Disons que s'il est tout à fait correct, ce n'est pas un page-turner qui empêche de dormir.

Olivier Norek est flic, au départ. On peut donc dire qu'il maitrise bien son sujet. 

Il travaille dans le 93 et situe l'action de son bouquin dans ce département. 

Victor Coste est capitaine de police et doit travailler sur des meurtres sanglants suffisamment intéressants pour que la presse s'en mêle et que la hiérarchie soit sur les dents !  

Un homme émasculé (sic !) sur la table d'autopsie. La cause de la mort est claire : trois trous dans son pull ne laissent aucun doute, l'homme a été tué par balles. Pourtant, quand on lui ôte son pull, l'homme a la poitrine intacte ! La cause de la mort est à chercher ailleurs! La mort? Pas du tout ! L'homme se redresse au moment où on commence à l'entailler ! 

Une deuxième victime pas ordinaire : un téléphone se met à sonner dans son corps ! 

Des lettres anonymes qui mènent à un mystérieux "Code 93"...

Victor et son équipe auront fort à faire pour dénouer les écheveaux ! Et il n'a pas le droit à l'erreur...

Un roman qui montre aussi que la vie de flic n'est pas un long fleuve tranquille et que ce métier peut laisser des traces indélébiles aussi bien physiques que psychologiques.

Un auteur que je continuerai à suivre...