J'ai commencé ce livre pour mon challenge sur le son "é". En lisant, je me suis rendu compte que "L'appel du néant" faisait partie d'une trilogie. J'ai donc attendu mon challenge estival pour vous en parler. 

Ludivine Vancker, que l'on retrouve dans ce troisième volet, traque un tueur en série. Un homme (ou ce qu'il en reste) a été retrouvé sur une voie ferrée. Il n'est pas mort là, mais l'assassin l'y a déposé après son meurtre. Pourquoi? Pour effacer tous les indices qui pourraient mener à lui? L'homme a été étranglé avec un serflex et a été entièrement nettoyé à l'eau de Javel. 

Voilà que ce meurtre est relié à deux autres : des femmes qui ont été violées, étranglées, nettoyées également. Il s'agit donc d'un serial killer. Mais pourquoi s'est-il attaqué à un homme? 

Des liens sont vite établis entre le meurtrier et des groupes islamistes. Alors que Ludivine et son équipe s'approchent de la vérité, la jeune femme est enlevée. En sortira-t-elle vivante? 

Là, nous sommes à la page 300 et il en reste 200. La deuxième partie du récit plonge le lecteur dans le terrorisme, Daesh et compagnie. Il s'agit cette fois de déjouer un attentat qui aura lieu à Paris sous peu. 

Cette deuxième partie, je l'ai trouvée assez compliquée, c'est presque un cours sur l'intégrisme. Cette partie n'était peut-être pas utile dans ce roman. 

Sinon, tout ce qui concerne le psychopathe, ses meurtres, et l'enquête est très bon. 

Un roman dans lequel la "noirceur légendaire" de l'auteur "a faibli" selon ses propres paroles. Ceux qui ont peur de Chattam peuvent lire celui-ci sans problèmes. 

trilogie de l'ététome 3