challenge mardiAprès avoir été déçu par "On ne voyait que le bonheur", j'ai abandonné Grégoire Delacourt. J'ai décidé de renouer avec lui avec "Danser au bord de l'abîme", un roman qui manque d'action, mais qui exprime beaucoup de sentiments. 

Emmanuelle est heureuse en ménage, elle a trois enfants. Et pourtant, il lui manque quelque chose...

Un jour, son regard croise celui d'un inconnu dans un café. A cet instant, sa vie va changer...

A la page 31, on trouve notamment

"Mon estime de moi s'était inexorablement effritée, installée que j'étais dans la passivité d'une vie, incapable de la prendre en main, ensommeillée par le ressac de la médiocrité. Je me vidais de moi-même. Je m'essouflais à ne pas m'envoler."