Résultat de recherche d'images pour "la dame de suzhou"Les éditions "Murmure des soirs" m'ont proposé deux partenariats : l'un avec l'excellent livre de Martine Rouhart "La solitude des étoiles" dont je vous ai déjà parlé, et l'autre avec "La dame de Suzhou" de François Beyens. J'ai tout de suite eu envie de lire ce deuxième roman car j'ai fait un voyage en Chine et j'ai visité Suzhou et ses jardins. Très mauvaise raison, je l'avoue ! 

J'espérais retrouver l'atmosphère de ces jardins et revivre mon voyage à travers ce livre. C'était sans compter sur les longues descriptions, les longueurs, le manque d'actions, qui ont fait que je me suis ennuyé en lisant ce bouquin. Je l'ai arrêté au quart de ma lecture. J'avais vraiment l'impression de perdre mon temps. 

Je me rends compte qu'il me faut soit de l'action (comme dans la plupart des thrillers), soit de la poésie (comme dans "La solitude des étoiles), soit de l'émotion (comme dans "Nos étoiles contraires, par exemple). 

Je n'ai rien trouvé de tout cela ici. J'ai donc pris la liberté d'arrêter ma lecture, même si je préfère aller jusqu'au bout lors d'un partenariat par respect pour l'auteur et la maison d'éditions qui m'offrent le livre. Désolé donc pour celui-ci. 

En quelques mots

Gilles, parti pour retrouver le charme des jardins chinois, rencontre une troublante jeune femme. Aussitôt ils se sentent attirés l'un par l'autre, même s'il est beaucoup plus âgé que la beauté asiatique. 

Elle a beaucoup lu, particulièrement des livres érotiques qui lui permettent de vivre sa passion amoureuse avec brio. Son ancien fiancé voit d'un mauvais oeil qu'elle fréquente un étranger et s'en prend au couple. Heureusement, la jolie Fleur de Lotus a un garde du corps qui veille sur elle. 

Petit à petit, Gilles sent un changement en lui. 

Un roman que je qualifierais d'initiatique et qui peut plaire à une certaine catégorie de lecteurs. Ce livre est bien écrit, rien à dire de ce côté-là. Il n'a pas su me plaire tout simplement. 

Merci aux éditions "Murmures du soir" pour ce partenariat.