L'allée du sycomore par GrishamEncore un Grisham ! Oui, j'en avais encore un (même deux) dans ma PAL qui correspondait à mon challenge précédent. Un pavé qui m'a tenu en haleine pendant plus d'une semaine. Du coup, je ne l'ai pas eu fini pour la clôture de mon challenge. 

Voilà donc un pavé qu'on peut résumer en peu de mots : 

Nous sommes à la fin des années 80, dans le comté de Ford où les tensions raciales n'ont pas encore disparu totalement. Un richissime  Blanc se suicide en laissant toute sa fortune à sa femme de ménage Noire. De ce fait, il déshérite complètement ses enfants et petits-enfants qui ne l'entendront pas de cette oreille ! 

Un procès aura lieu. Il s'agira de savoir si l'homme qui souffrait d'un cancer en phase terminale avait toute sa tête lorsqu'il a rédigé son testament qui annule le précédent qui favorisait ses enfants. Il s'agira aussi de savoir si sa femme de ménage ne l'a pas influencé dans ce sens.

Une question se pose aussi : Pourquoi a-t-il fait ça? Quelle est la raison pour laquelle cet homme veut faire de sa femme de ménage la femme Noire la plus riche du comté? 

La réponse se trouve évidemement à la fin du récit.

John Grisham était avocat et il donne à ses lecteurs beaucoup de détails qui pourraient éventuellement être enlevés de ces 545 pages, mais rien ne m'a ennuyé, tout profane que je sois. 

Il y a aussi, dans ce récit, une foule de personnages. Je ne me suis jamais embrouillé à savoir qui était qui. Ils arrivent tour à tour sur toute la longueur du roman et sont facilement identifiables. 

Le procès en lui-même ne prend que la dernière centaine de pages. Tout le reste est consacré à l'enquête qui nous présente en détail tous les personnages, leurs actions, leurs relations entre elles ou face à l'argent convoité. Une foule d'avocats se bousculent aussi au portillon pour avoir leur part du gâteau. La préparation du procès est une partie très intéressante du livre. 

Une fois de plus, Grisham m'a séduit avec cette histoire pourtant simpliste au départ. Dans ce roman, on peut retrouver un avocat, Jake Brigance, qui a gagné un procès retentissant opposant à nouveau Blancs et Noirs, dans "Le droit de tuer" qui a été adapté au cinéma. 

Tout dernier livre lu dans le cadre de mon challenge "LIre sous la contrainte", même si j'ai dépassé la date butoir...

challenge Lire sous la contrainte