Résultat de recherche d'images pour "le cri nicolas beuglet"Il arrive que mon père me demande de lui acheter un livre. A chaque fois, il s'agit d'un roman dont on a parlé dans le journal qu'il lit tous les matins. 

Suite à sa demande, je lui ai donc rapporté "Le cri", roman inconnu pour moi d'un auteur inconnu. Après sa lecture, il a passé le bouquin à ma soeur qui me l'a envoyé avec un post-it sur lequel elle avait écrit "super !". 

J'ai donc commencé ce livre sans savoir à quoi je devais m'attendre (ma soeur et moi, on est très différents) et, pour une fois, je la rejoins complètement sur ce coup-là. "Le cri" est un livre poignant, qu'on ne peut plus lâcher une fois commencé, un livre qui fait peur par son côté réel, un livre fort qui a dû demander des heures et des heures de recherche à l'auteur, un livre à lire absolument, un cri qui vous marquera peut-être à vie. 

Si "Le cri" était une fiction pure et simple, ce roman serait un thriller comme les autres, mais comme il est basé sur des faits réels, il fait peur, très peur, même, un peu comme les derniers Chattam que j'ai lus. Bien sûr, c'est un roman, et il faut donc démêler le vrai du faux. Pas évident ! Il faudrait faire des recherches soi-même. Moi, je n'en ai malheureusement pas le temps.

Mais de quoi s'agit-il? 

L'histoire débute dans un hôpital psychiatrique à Oslo (mais en Norvège ou ailleurs, ça n'a pas d'importance). Un homme enfermé là depuis des dizaines d'années meurt étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement silencieux (d'où la référence à la peinture de Munch). 

Sarah Geringën, inspectrice, qui vient d'être larguée par son mec et en est quelque peu ébranlée, arrive sur les lieux et se rend vite compte qu'on lui cache quelque chose. Elle n'a plus de doute quand le directeur de l'hôpital qu'elle interrogeait fuit et fait exploser le bâtiment. Qu'a-t-on voulu lui cacher? Qui était ce type enfermé depuis des décennies? De quoi est-il mort? Et pourquoi cette expression sur le visage? 

Le médecin légiste est formel : l'homme est mort de peur ! 

Alors, pourquoi a-t-on déplacé le corps? Pourquoi cet homme portait-il une marque "488" sur le front? 

L'enquête de Sarah la conduira en France où elle sera fortement aidée par un journaliste d'investigation, Christopher, auquel elle va lier son destin. Ils mettront le doigt dans un engrenage qui va les mener loin, très loin, dans des dossiers tenus secrets de la CIA qui, il y a quelques dizaines d'années, faisait des expériences destinées à savoir s'il y a quelque chose après la mort. Pour cela, la CIA n'hésitait pas à prendre le contrôle de l'esprit humain grâce à de la drogue et à faire des expériences scientifiques sur des hommes. 

De Paris, ils devront se rendre à Londres puis sur l'ile de l'Ascension, sans perdre une minute, car il y a un enfant à sauver...

Un roman haletant, le suspense dure pendant tout le récit. On y va de rebondissements en rebondissements. Il se passe toujours quelque chose et, finalement, les 500 pages se lisent très vite. 

Fiction et vérité, un mélange qui prend et qui n'en est que plus intéressant. C'est ce genre de thriller que j'adore ! 

La manipulation mentale existe : regardez ici

smiley 1