challenge mardi

De retour de vacances (une semaine passée dans la Loire) où j'ai enfin pu trouver le calme et la quiétude dont j'avais besoin, je lis un roman très addictif "La femme à droite sur la photo" de Valentin Musso

1959 : Une femme à qui on promettait une grande carrière d'actrice disparait en abandonnant son petit garçon d'un an. 39 ans plus tard, son fils, scénariste, veut savoir ce qui s'est passé le jour de la disparition de sa mère. Il rencontre un metteur en scène qui a dirigé sa mère...

A la page 31, on trouve notamment : 

"Je fus étonné qu'il m'appelle par mon prénom. Ce détail mis de côté, la première impression qu'il me fit fut celle d'une étonnante familiarité. Tout, dans la manière qu'il eut de se lever, dans la poignée de main affable qu'il me tendit, dans le ton enjoué avec lequel il me salua, créait un contraste saisissant avec le message lapidaire qu'il m'avait laissé. Il me faisait l'effet d'accueillir un ami qu'il aurait simplement quitté la veille."