challenge mardi

Après avoir lu et adoré "Et il me parla d'un cerisier,..." d'Antoine Paje, j'ai eu envie de découvrir "Et elle me parla d'un érable, du sourire de l'eau et de l'éternité". Petite déception ! 

Le thème : le temps qui passe, les minutes perdues qui, en général, ne se rattrapent pas.

Alexandre traverse un désert affectif dû en grande partie à son manque d'attention envers autrui. Après la mort de sa voisine qui lui apportait des petits plats et de sa tante qui l'a élevé, il décide de tout quitter pour se rendre aux États-Unis...

A la page 31, on trouve notamment

"Il s'en voulut juste un peu. Du moins crut-il l'affaire réglée. Il avait tort. La petite voix intérieure s'était tue. Momentanément. En effet, elle savait que ces quelques minutes auraient fait la différence pour Elise. Ne serait-ce que parce qu'elle aurait pu mourir en tenant la main d'une personne aimante et aimée."