J'ai avalé les 620 pages de ce troisième volet des "Voies de l'ombre" en peu de temps. Le découpage en chapitres courts doit y être pour quelque chose. Il donne un certain rythme au récit.

Et puis ces romans ont un côté addictif qui vous cloue sur votre chaise ! 

Et pourtant, les 200 premières pages ont été difficiles à avaler. Certains chapitres m'ont même profondément ennuyé et je dois avouer que j'ai passé quelques pages.

Passées ces 200 premières pages, j'ai retrouvé le rythme effréné des 2 premiers tomes.

Ce début de récit se découpe en 3 parties qui se rejoindront plus tard.

Il y a bien sûr le fameux Kurtz, ce monstre sanguinaire, extrêmement intelligent qui étudie l'humanité, fait des gens qu'il capture des choses ou plutôt des chiens, comme il les appelle, des chiens fidèles à leur maitre, prêts à tout pour lui obéir.

Ensuite on retrouve Eliah Daza, un flic qui a démissionné, va être papa et vit en Afrique. C'est là qu'on le déniche, qu'on le rapatrie pour finir ce qu'il a commencé : la traque du monstre.

Une nouvelle venue fait son apparition dans ce tome : Shan qui fait partie de la "meute" de Kurtz, des orphelins élevés pour tuer. Elle a participé à une tuerie à Berlin, est amnésique, s'échappe de sa geôle et se rend à Paris où un embrasement de la population ne tardera pas à avoir lieu.

Kurtz, lui, a été kidnappé. Le voici de l'autre côté du miroir. Il est enfermé quelque part dans le Grand Nord. Mais Kurtz ne peut pas finir comme ça, enfermé dans une cage. Il tue ses gardiens et part, seul, vers le sud, vers la civilisation. En route, il est rattrapé par Daza qui le ramène, fortement diminué à Paris. 
C'est cette partie du récit qui m'a fortement ennuyé. Je n'ai trouvé aucun plaisir à lire les aventures du tueur dans le froid polaire.

A Paris, on retrouve Andreas, une des victimes de Kurtz, passé de l'autre côté. Il serait responsable des tueries de Berlin... Très atteint psychologiquement, il ne peut plus s'occuper de sa fille, Clara (que nous retrouverons dans le tome 4), victime, elle aussi du monstre.

Les 300 pages qui suivent cette longue introduction sont assez palpitantes et se lisent très vite.

Puis le soufflé retombe. Paris s'embrase. Chaque nuit, 23 personnes sont tuées. La plupart sont des violeurs, des pédophiles, des dealers. Kurtz peut-il être à l'origine de ce nouveau massacre?  Des milliers de personnes attaquent le bâtiment dans lequel le monstre est détenu et dans lequel les flics mènent l'enquête. Ces derniers chapitres sont assez répétitifs, trainent un peu en longueur et m'ont fait perdre mon enthousiasme pour ce thriller différent des tomes précédents.

Le livre se termine par les carnets de Kurtz dans lesquels il se livre. Je les ai abandonnés en route n'y ayant pas trouvé d'intérêt. 

C'est parti pour le tome 4, un peu plus court.

Livre lu dans le cadre de mon challenge "Lire sous la contrainte" et dans celui de Bianca "Un pavé par mois".

challenge Lire sous la contrainte Instinct

challenge-un-pave-par-mois Bianca  620 pages