challenge mardi

J'attendais la sortie en poche de "L'été des lucioles" de Gilles Paris avec une certaine impatience. Je suis à la page 65, et jusque là, je n'accroche pas au récit. Je dirais même que je m'ennuie. Il ne se passe rien. 

Comme d'habitude, le narrateur est un enfant : Victor a 9 ans. Il vit avec sa soeur et leurs deux mères. En effet, leurs parents se sont séparés et une femme est venue habiter chez eux. Pilar est tombée amoureuse de leur maman. 

Que vous dire d'autre? Rien, puisqu'il ne se passe rien ! 

A la page 31, on trouve notamment : 

" Je crois qu'elle est fille unique. Unique, c'est sûr...

  Je la trouve timide comme un faon. Je dis ça à cause d'un documentaire que j'ai vu sur le câble. J'ai demandé à Pilar comment s'appelait cet animal qui me faisait penser à Justine..."