régine

Quand j'ai découvert ce livre dans une grande libraire de Lille, le titre m'a tout de suite interpellé. Depuis un certain temps, je m'intéresse à la bibliothérapie; je pense réellement que des livres peuvent si pas guérir, du moins aider à aller mieux. J'ai donc acheté ce livre que j'ai lu tout de suite. 

Eh bien, j'ai été déçu ! Je m'attendais à autre chose. Je trouve que ce livre est redondant. L'auteur répète cent fois la même chose avec d'autres mots. 

Dans les premiers chapitres, elle cite pas mal de livres qui font du bien. Je me suis dit que ma PAL allait encore bien grossir... Heureusement ce n'est plus le cas dans les chapitres suivants.

Définition

La bibliothérapie est l'utilisation d'un ensemble de lectures en tant qu'outils thérapeutiques en médecine et en psychiatrie. Et un moyen de résoudre des problèmes personnels par l'intermédiaire d'une lecture dirigée. 

Hélas, le bibliothérapeute semble préférer deux catégories de textes : les livres de psychologie et les livres dits "d'auto-traitement". 

Parfois le fait de donner une signification  à ce qu'on lit est accessoire. C'est l'infusion qu'on recherche. 

Bibliographie  Voilà les titres et auteurs cités. Les connaissez-vous?

- Les nourritures terrestres d'André Gide

- Face aux ténèbres de William Styron

- Une vie bouleversée d'Erry Hillesum

- La naissance du jour de Colette

- Un barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras

- Tout ce que j'aimais de Siri Hustvedt

- L'enfant éternel de Forest

- Le veilleur infidèle de Marie Didier

- Coelho, Bobin

Extraits

Il faut prendre conscience du miroir que nous tendent les romans et les choisir en conséquence ! 

Le lecteur échappe au moins temporairement à l'angoisse, à la tristesse. 

Tout principe actif est à la fois un poison et un remède : un livre peut blesser ! 

Quand de terribles crises réveillent des blessures anciennes, les gens achètent des livres. 

On peut une détente notable chez le patient par la récitation de strophes de trois alexandrins suivis d'un vers de six syllabes. 

Si l'on est déprimé et ruminant, c'est parce qu'on a perdu la faculté d'anticiper, c'est à dire de se projeter dans l'avenir. Le récit réhabilite la capacité d'anticipation.

Recopier, c'est faciliter la mémorisation. Recopier quelques vers d'une poésie vaut le coloriage d'un mandala. 

La lecture à voix haute est particulièrement réparatrice. 

Lire, c'est mon pays. Rien ne manque quand je lis, le temps disparait et je ne dépends de personne pour cela. 

C'est à l'intuition du bibliothérapeute, au terme de patients échanges, de dénicher les pages qui remettront en mouvement tel ou tel lecteur et lui permettront de renouer avec sa vie intérieure, suspendue, arrêtée, fracturée par la souffrance psychique.

Tous les livres recèlent des mystères prêts à émouvoir certains lecteurs et les mettre en péril. 

L'histoire permet à l'enfant de mettre ses peurs à distance. 

Les mots que nous lisons n'ont pas leur fin en eux-mêmes, mais en nous. 

J'aime vivre dans les livres. 

Les bons livres sont ceux qui déterminent dans la conscience du lecteur un changement profond. 

Le chaleureux bouquin qu'on vous lit à haute voix relie un malade hospitalisé à la communauté des vivants. 

La lecture, ce loisir passif, improductif, culpabilisant.  Tyrannie ou folie, nous ne pouvons ignorer que le début du XXe siècle mettait en garde contre les dangers contenus dans les livres. 

Le livre procure du plaisir. Il nous ouvre aux autres et au monde. Nos neurones libèrent des endorphines qui permettent d'améliorer l'humeur et de limiter la douleur. 

 Citations

"Je n'ai jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture n'ait dissipé." Montesquieu

" Si la vieillesse est un naufrage, la page est un cadeau." Henry Bauchau

" A raconter ses maux souvent on les soulage." Stratonice