amoureuse_sansreperes

Frank Andriat aime faire passer ses personnages d'un roman à un autre. Il est toujours agréable pour un lecteur de retrouver un personnage qu'il a aimé comme si c'était un ami perdu de vue. Pour cela, il faut toutefois se souvenir de ce qu'on a lu, ce qui est rarement mon cas.

En juin 2014, j'ai lu "Mon pire ami". Le héros, Dan, est un garçon mal dans sa peau, mal dans sa vie, qui vit avec un ami, Stany, dans la tête. 

Dans ce roman, le lecteur pouvait retrouver Monsieur Bonheur, un professeur de français issu d'un autre roman. 

Dans "Amoureuse", Dan refait surface. Il est sorti de l'hôpital psychiatrique dans lequel on a dû l'enfermer pour le soigner et est de retour à l'école.

Laure, nouvelle élève, tombe amoureuse de Dan au premier regard. Elle a déjà connu l'amour mais n'a jamais ressenti ce qu'elle ressent là. Elle fera tout pour se faire remarquer du garçon, ce qui ne tarde pas car Laure est très jolie. Mais voilà, Dan est un garçon bizarre et Laure se pose beaucoup de questions.

Puis il y a Esther qui est sortie secrètement avec le beau Dan, qui prévient d'abord Laure du côté obscur du garçon. Ensuite, elle fait une crise de jalousie, pour finalement tout raconter à Laure.

Mais l'amour a ses raisons que la raison ignore et Laure est tombée dans le piège de l'amour...

L'amour peut-il faire souffrir? Laure aura très vite la réponse à cette question.

Alors, tout d'abord, contrairement à ce que je lis d'habitude de Frank Andriat, ce roman n'est pas destiné à un jeune public. Roman adulte? Peut-être... Grands ados en tout cas ! Et midinettes sûrement ! 

Midinettes? Alors, pourquoi ai-je lu ce roman?

D'abord parce que je lis tout Frank Andriat. Ensuite parce que je ne savais pas exactement ce que j'allais y trouver malgré le titre évocateur. 

Eh bien, malgré tout, je ne regrette pas d'avoir lu ce roman plein de poésie. Car c'est surtout le style et le langage poétique de l'auteur que j'ai appréciés. J'avais déjà pu me rendre compte de ce talent de Frank Andriat dans "Jolie libraire dans la lumière" qui reste mon préféré. 

Voici quelques exemples de phrases qui ont attiré mon attention :

- Percevais-tu mon chant dans les rêves de ta nuit? A travers l'éther qui nous relie tous, venais-je, portée par ma passion, jusqu'en la grotte de ton sommeil? Entendais-tu que je frappais à la fenêtre de ton coeur? Il fallait que tu l'ouvres, que tu laisses le coulis de ma tendresse napper ton corps, que tu accueilles les mains fruitées de mon amour. 

- Tu cèderais aux attraits de mon ile inconnue qui t'inviterait sur ses plages, sur ses monts et au plus savoureux de son feuillage. 

- J'attends que l'orage passe. Je ne voudrais pas me faire éclabousser par ta peine. Je te dirai au revoir quand tu arrêteras de pleuvoir. 

- Tu t'étais transformé en un puzzle d'anxiété rayonnante et chaque morceau de toi donnait l'impression de souffrir. 

Un peu érotique aussi

- Chez lui, dans sa chambre, l'espérance ouverte à sa venue, mon désir chaud, humide d'envie et de crainte, prête à vivre l'instant du grand passage : la petite fille allait devenir femme dans un cri de plaisir douloureux. Ah, le souvenir brûlant de sa douceur, celui plus violent de ma déchirure, il butinait mon ventre. Ah, Matteo, il promenait dans mon pistil le va-et-vient de sa passion ailée. Ce jour-là, nous avons cru que tout serait possible et que notre relation serait un orgasme fleuri, s'épanouissant et atteignant, avec le temps, les neiges éternelles du plaisir...

Profitez-en. Ce n'est pas demain la veille que vous reverrez ce genre de phrase chez moi. Tiens, je pourrais peut-être participer au challenge "Le mardi, c'est permis" !