challenge mardi

Après avoir lu "Les gens heureux lisent et boivent du café" (billet demain), j'ai retrouvé Agnès Martin-Lugand et "Entre mes mains le bonheur se faufile". 

Encore un livre plutôt réservé à la gent féminine, je pense. Toutefois, l'histoire ne me déplait pas même si elle est un peu arrosée d'eau de rose.

Iris s'ennuie dans sa banque et avec son mari. Elle a toujours voulu devenir couturière et voilà que l'occasion se présente. Elle va suivre une formation de six mois à Paris.

A la page 31, on trouve notamment

"J'entendais déjà ma belle-mère me dire à quel point c'était merveilleux que je sache coudre : "Vous pourrez faire les déguisements pour l'école et la crèche vivante." Les femmes de médecins n'ont pas besoin de travailler. Je refusais cet archaïsme."