bonheur

Coshka appelle ça sa "bouderie du mois", moi je dirais ma "déception du mois". Je m'attendais à tout autre chose de la part de l'auteur de "La liste de mes envies". 

On dirait qu'un esprit malin a mélangé les chapitres de ce livre. L'auteur change sans arrêt d'époque. Le héros enfant, adulte, son père, le mariage ou le divorce de ses parents, la naissance de sa fille et de son fils...

J'ai donc arrêté la lecture de ce livre à la page 130. Il ne m'apportait rien. Je pourrais même dire que je m'ennuyais en compagnie d'Antoine et de son introspection. 

J'ai d'ailleurs déjà oublié une grande partie de l'histoire que j'ai trouvé trop décousue. Rien ne m'a marqué si ce n'est - et ce n'est pas la première fois - le manque de ponctuation dans le dialogue. Va-t-on vers un non respect des règles grammaticales? Il y a déjà la poésie libre, y aura-t-il aussi la prose libre, exempte de toutes règles? 

Moi qui comptais lire les autres romans de Delacourt, me voilà refroidi ! 

Deuxième livre lu commencé dans le cadre de mon challenge "Lire sous la contrainte". 

smiley 2

challenge Lire sous la contrainteLire sous la contrainte 2.