biefnot

Et voici venu la fin de mon challenge de l'été. J'ai fini ma troisième trilogie.

Dans "La où la lumière se pose", on retrouve Simon et Naëlle. La jeune femme, toujours en quête de son identité désire retrouver sa soeur Evelyne. 

Pour ce faire, elle devra pénétrer dans une secte. 

Sa soeur ne semble pas la reconnaitre. Elle a une petite fille avec laquelle elle a peu de rapport. Son mari est, comme on dit, trop poli pour être honnête. Evelyne est plutôt terne.

Une grande fête se prépare. Naëlle va y participer.

C'est alors qu'elle découvre des choses étranges : la représentation d'un serpent, une pièce cachée et un livre dans lequel est lit des horreurs qui la ramènent des années en arrière. 

La voilà en danger...

Dans ce roman, comme dans le premier, une voix enfantine se fait entendre entre les différents chapitres, mais les phrases sont entremêlées et plus difficiles à comprendre. L'auteur y mêle des extraits de contes connus. Cette parenthèse ne m'a pas scotché au livre comme ce fut le cas pour le tome 1. 

Véronique Biefnot explore, à nouveau, les traumatismes liés à l'enfance dans ce volume qui clôt la trilogie.

Si le premier tome a été un véritable coup de coeur pour moi, les deux suivants ne m'ont pas enthousiasmé plus que ça. Si je vous conseille la lecture de "Comme des larmes sous la pluie", je vous conseillerais bien d'arrêter là votre lecture. Les deux suivants, sans être ennuyants, ne sont pas indispensables. 

trilogie de l'étéTrilogie de l'été 9/9