requiem

J'ai un jour assisté à une conférence donnée par Vincent Engel. J'avais lu de lui le célèbre "Retour à Montechiarro" et "Les absentes". J'ai eu envie de découvrir un autre titre de cet auteur belge et j'ai acheté "Requiem vénitien". Seulement je ne l'ai jamais lu jusqu'à présent.

Verdict? Déçu! J'ai lu la moitié du roman (parce que je me trouvais dans un car et que je n'avais rien d'autre à faire); ensuite j'ai survolé le reste à mon retour. J'ai compris l'ensemble de l'histoire. Je vous la livre.

Alessandro Giacolli s'est réfugié à Berlin fuyant ainsi Venise et son régime autrichien. Il a laissé là-bas son neveu et ses partitions. 

Bien des années plus tard, il envoie son élève Jonathan sur les traces de sa jeunesse. Il le charge de récupérer ses partitions et de les lui ramener. 

Le jeune homme rencontre les gens qui ont connu le musicien mal aimé et, de fil en aiguille, parvient à récupérer les manuscrits confiés à un prêtre mort depuis. 

Echanges épistolaires, récit historique, voyage dans le XIXe siècle, ce roman m'a souvent ennuyé, sans doute parce que je ne connais rien à l'histoire de la cité des Doges. 

Un récit bien écrit qui pourra plaire aux amateurs du genre mais qui m'a laissé indifférent. 

Livre lu dans le cadre de mon challenge "Lire sous la contrainte". 

challenge Lire sous la contrainte