Après avoir lu "Juste avant le bonheur" et "Pars avec lui", il fallait que je lise le troisième roman d'Agnès Ledig, qui est en fait le premier, dans l'ordre d'écriture. 

Il s'agit ici d'un triangle. En chaque angle, on trouve un personnage : Marie, agricultrice au caractère bien trempé qui élève sa fille seule et se méfie des hommes comme de la peste, Antoine, l'ami de Marie, homosexuel mais quand même géniteur de la petite Suzie et Olivier, flic sans l'avoir vraiment choisi, qui débarque dans la vie des deux autres.

Et bien sûr, au centre de ce triangle, il y a l'adorable Suzie, très mûre pour son âge, à la recherche d'un père.

Marie d'en haut

Tous ces personnages ont été meurtris par la vie, blessés par leurs parents ou par un homme. 

Marie a été terriblement blessée intérieurement par son amant qui ne la voyait que "pour tirer un coup". 

Antoine a été rejeté par ses parents lorsqu'il a refusé d'épouser celle qu'ils lui destinaient à cause, entre autres, de son homosexualité.

Et olivier, le plus meurtri des trois, sans doute, d'apparence rude, antipathique, qui cache ses blessures sous un visage froid. Abandonné par ses parents, il a trouvé de l'amour en Madeleine, une voisine qui l'a recuelli. 

Le personnage de Madeleine n'est pas assez fourni, je trouve et elle quitte la scène trop tôt.

Ce livre est une histoire d'amour : l'amour qui va fatalement naitre entre Marie et Olivier, l'amour amical, complice entre Marie et son ami Antoine, l'amour des trois pour Suzie, l'amour d'Olivier pour celle qui l'a recueilli. L'amour est donc le lien entre ses différents personnages. 

Mais attention, il ne s'agit pas d'un roman d'amour à l'eau de rose. Tout ne va pas comme sur des roulettes et il n'y aura pas d'happy-end. Ça ne semble pas être le genre de l'auteure. 

Ce roman est différent des deux autres dans son écriture beaucoup plus humoristique mais tendre à certains moments comme dans les deux cités. 

Les personnages sont attachants. Agnès Ledig a vraiment le don pour les dépeindre. On ne peut que les aimer (à part le mari dans "Pars avec lui", qu'on déteste d'emblée). 

Si je devais classer ces trois romans par ordre de préférence, je mettrais :

1. Pars avec lui.

2. Juste avant le bonheur.

3. Marie d'en haut. Ce qui ne veut pas dire que je n'ai pas aimé ce roman. J'ai passé un très bon moment avec les personnages que j'ai abandonnés avec regret.

Ce roman m'a un peu fait penser au "Mec de la tombe d'à côté" et aux romans de Barbara Constantine.

smiley 1