manoir

Dans les livres qu'on me prête et que je n'aurais sans doute jamais lus autrement, il y a parfois des heureuses surprises.  "Le manoir de Tyneford" en est une. 

Nous sommes en 1938. Elise est une jeune juive autrichienne. Ses parents sont artistes : sa mère est chanteuse d'opéra, son père est écrivain. Sa soeur est également musicienne. Elise n'est rien, juste un peu trop ronde, juste pas assez jolie, en tout cas, c'est ce qu'elle pense.

Sa soeur se marie et part vivre aux Etats-Unis. Toute la famille devrait s'y rendre mais les visas n'arrivent pas. Elise est envoyée en Angleterre en attendant de pouvoir se rendre aux USA. Ses parents restent en Autriche en attendant les visas qui n'arriveront jamais. Lorsque la guerre sera déclarée, Elise n'aura plus aucune nouvelle de ses parents. 

Mais je vais trop vite. Restons en 1938. Elise, issue d'une famille aisée, qui n'a jamais rien fait de ses dix doigts puisqu'une domestique vivait avec la famille, se retrouve elle-même domestique à Tyneford, dans une famille bourgeoise. Elle connait mal la langue et est plutôt gauche. Elise a beaucoup à apprendre et s'adapte petit à petit, grâce sans doute à la gentillesse du maitre de maison, monsieur Rivers. 

Monsieur Rivers a un fils : Kit qui deviendra un très bon ami de la jeune fille avant de passer à l'étape supérieure...

Seulement, voilà, Kit a l'âge de partir à la guerre et Elise se retrouve seule avec monsieur Rivers...

Saga, roman historique, romance, ce roman est tout à la fois. Il plaira sans doute plus encore à un lectorat féminin qu'à moi. 

J'ai apprécié le personnage d'Elise qui a du caractère, les Rivers qui sont vraiment sympas (trop pour être réalistes) pour l'époque et la position sociale qu'ils occupent et les domestiques qui ont leur place dans le bouquin. 

Pas un coup de coeur mais un roman qui m'a fait passer de bons moments. Vu la longueur du récit (530 pages), j'avoue que (comme d'habitude) j'ai passé quelques paragraphes insignifiants (ce qui évite certaines longueurs mises en avant par quelques blogueuses).

Encore un livre lu dans le cadre de mon challenge "Nom propre de lieu" (il m'aura permis de sortir quelques livres de ma bibliothèque) et dans le cadre du challenge de Bianca "Un pavé par mois". 

challenge Lire sous la contrainte

challenge-un-pave-par-mois Bianca