De Claude Raucy, je n'avais lu qu'un roman "Le doigt levé" qui avait été un véritable coup de coeur.

Dernièrement, j'ai lu un article sur les éditions Ker situées, je pense, à Namur (je leur ai d'ailleurs envoyé un manuscrit et il se pourrait que je réalise un projet lecture avec eux). 

violon

Dans leur catalogue, j'ai trouvé ce roman de Claude Raucy.  Un sujet d'actualité, des faits qui restent gravés dans la mémoire ( une jeune fille étouffée par des policiers dans l'avion qui la ramenait chez elle, un jeune homme abattu dans son pays "sans risques). Il n'en fallait pas plus pour écrire un roman.

Parwais est un jeune Afghan réfugié en Belgique et accueilli par une famille. Il est musicien mais va devenir maçon comme son "père adoptif". Tout va bien pour lui. Il oublie peu à peu les horreurs de son passé jusqu'au jour où il apprend qu'il peut être expulsé du jour au lendemain. 

Pour Parwais, il n'est pas question de retourner dans ce pays qui a vu ses parents abattus par des militaires et ses frères et soeurs jetés en prison.

Il va alors retrouver grâce à Facebook son professeur de musique réfugié à Venise...

Quel rapport avec la rue Lauriston, siège de la gestapo? Vous ne le saurez qu'en lisant ce livre jeunesse de moins de 100 pages. 

J'ai apprécié l'histoire mais le roman est trop court, à mon goût, et ne développe pas assez le sujet et les rencontres faites par Parwais en route pour Venise. Et puis, peut-être qu'ils se terminent trop bien pour être vraiment crédibles... A vous de juger.

Livre lu dans le cadre du challenge jeunesse chez Muti.

challenge jeunessejeunesse 1/10