dix rêves

Il fallait y penser : Blandine Le Callet est partie d'épitaphes pour forger ses histoires. Ces dix nouvelles se déroulent à des époques et en des lieux différents; les thèmes sont également diversifiés (esclaves en Grèce, tremblement de terre,  interruptions involontaires de grossesse, héritage au XXIè Siècle, mécène dans une maison close, ...).

Evidemment, on connait la fin de chaque histoire. Puisque l'auteure s'est inspirée d'épitaphes, les héros sont forcément morts mais ces nouvelles glissent facilement, ne plombent pas le moral. 

Il est toujours difficile de parler de nouvelles. Je parlerai ici de l'imagination de l'auteure, de son style parfait, du travail de recherche qu'elle a dû effectuer pour certaines de ses histoires. 

Je ne connaissais pas Blandine Le Callet mais elle a, indiscutablement, beaucoup de talents. Je suis tenté par "La ballade de Lila K".

Sur ces 10 nouvelles, j'en trouve 7 excellentes; celles qui m'ont le moins plu sont les plus courtes et la dernière qui est l'histoire de sa famille et que je trouve moins intéressante même si elle a tout à fait sa place dans le recueil. 

J'ai beaucoup aimé "Les hortensias" qui part d'une simple épitaphe "Un ange au ciel 1880". L'imagination de l'auteure a fait le reste.

Dans "Amandes amères", Blandine Le Callet a eu besoin de précisions sur la vie de Sibylle de Conversano dont la sépulture se trouve dans la cathédrale de Rouen. 

Certains soulignent le lien entre les différentes nouvelles : un chien que l'on retrouve dans les différents récits. Moi, je n'ai pas toujours vu l'intérêt de la présence de ce cabot. Beaucoup aiment que les nouvelles d'un recueil aient un point commun. Moi, je n'en vois pas la nécessité : chaque histoire du recueil peut être indépendante. 

Un recueil que je vous conseille (sans doute le plus beau que j'ai lu jusqu'à présent) si vous aimez lire des textes courts. 

smiley 1