Les-morsures-de-l-ombre

G comme Gardner ou encore G comme Giebel. Voilà deux auteures de polars que je viens de découvrir et je me demande laquelle des deux je préfère. Mais faut-il faire un choix? 

J'avais été un peu déçu par "Terminus Elicius" car je trouvais ce polar un peu plat. J'ai eu la même impression au début de "Les morsures de l'ombre" et pourtant il s'agit bien d'un page-turner. Le lecteur veut comprendre à tout prix et les pages se tournent à une vitesse folle.

Pourquoi ai-je été déçu? Parce que j'ai trouvé les actions assez répétitives. Je vous explique.

Benoit est policier et a été enlevé par une femme qui s'avère très vite assez perturbée. Que lui reproche-t-elle? Ni plus ni moins que la mort de sa soeur disparue 15 ans plus tôt. Ben affirme être innocent et le lecteur le croit dès le début du bouquin. 

Lydia enferme Ben dans sa cave, le laisse crever de faim, de froid, de peur, de solitude et d'incompréhension. Elle vient, de temps en temps, le torturer afin de lui arracher les aveux qu'il se refuse de formuler. 

Au commissariat, on s'active. Comment retrouver Benoit? Pourquoi a-t-il disparu? Acte volontaire d'un ripou ou véritable enlèvement? Est-il aussi intègre qu'on le croit, ce flic qui a trompé sa femme à de multiples occasions? Et puis, l'épouse qui affirme ne pas en vouloir à son mari pour ses incartades est-elle aussi innocente qu'elle ne l'affirme?

C'est cela que j'ai trouvé répétitif. L'auteure passe sans arrêt de la cave où croupit Benoit au commissariat où les flics mènent leur enquête. 

- Tu vas avouer?

- Je suis innocent?

- Qu'as-tu fait de ma soeur?

- Je ne connais pas ta soeur.

Et voilà que je te torture! Et voilà que l'autre résiste même si sa santé se dégrade de jour en jour.

C'est juste ça qui m'a empêché de considérer ce polar comme un coup de coeur. Sinon, à part ça, rien à dire, tous les ingrédients sont là pour tenir le lecteur en haleine.

Il faut quand même attendre les 2/3 du roman pour qu'apparaisse un nouveau personnage qui est, manifestement, le meurtrier de la jeune fille. Ensuite, il disparait pour refaire son appartion à la fin du récit.

Et puis, comme on sait que celui (ou celle) qui tire les ficelles n'est jamais celui (celle) qu'on croit, mes soupçons se sont assez vite portés sur une certaine personne qui est bien l'instigatrice de tout cela. Evidemment, j'avais hâte de savoir si j'avais raison et pourquoi elle avait trompé son monde. 

Pour terminer, je vous dirai que ce n'est pas un conte de fées et que, donc, cette histoire ne doit pas nécessairement finir par un happy end! 

Un livre que je vous conseille sans hésitation. 

smiley 1