De retour d'un atelier d'écriture, j'ai envie de vous partager un texte que je ne connaissais pas et qui m'a bien plu. Il s'agit de "La liberté" de Fernand Dumont, surréaliste montois, assassiné par les nazis, dans le camp de concentration de Bergen-Belsen. 

Autrefois
elle ouvrait la fenêtre aux clartés du matin
le soleil pétillait sur ses cheveux dorés

Aujourd'hui
je ne vois plus que le soleil à son déclin
plaquer sur le mur blanc des barreaux noirs

Autrefois
dans les chemins déserts où je m'aventurais
son ombre était toujours à côté de la mienne

Aujourd'hui
dans le jardin triangulaire entouré de hauts murs
l'ombre que je dépasse est celle du gardien

Autrefois
elle venait s'asseoir chaque jour à ma table
je la regardais vivre et nous étions heureux

Aujourd'hui
je ne me souviens plus d'avoir vu son sourire
et sa voix
sa voix s'est éteinte à force de crier.

Il s'agissait pour nous d'imiter ce texte en commençant chaque paragraphe une fois par "aujourd'hui", une fois par "autrefois". Je vous le présenterai dans les jours qui viennent.