Un chiffre dans le titre. Un auteur que je découvre peu à peu. Allez, j'embarque Charly 9. Mauvaise idée car je ne l'ai pas terminé. Je déteste avoir l'impression de perdre mon temps quand je lis. Et là, avec ce titre, franchement, je me demandais sans cesse ce qu'il m'apportait.  Comme la réponse fut "rien", j'ai abandonné ma lecture à la moitié du bouquin qui n'est pourtant pas gros.charly 9

Je n'ai pas aimé le style, je n'ai pas aimé l'histoire ou du moins pas la façon dont elle est racontée. Comme je n'ai pas aimé non plus "Le magasin des suicides" (au contraire de "Le Montespan"), je crois que je vais laisser Jean Teulé poursuivre sa carrière sans moi.

Charly 9, c'est le roi de France Charles IX, un des rois les plus calamiteux, parait-il. 

C'est lui, ou plutôt sa mère Catherine de Médicis, qui est à l'origine du massacre de la Saint-Barthélémy. 

Décrit comme un roi sans aucune personnalité, Charly s'est fait manipuler par sa mère, par son frère et ses conseillers. Quand il s'est rendu compte de ce qu'il avait ordonné, il a sombré dans la folie.

Il est monté sur le trône au moment où la France se divisait entre catholiques et protestants. Le mariage de sa soeur Marguerite avec un protestant semble être un gage de réconciliation. Alors que les invités protestants sont encore au château, le roi (poussé entre autre par sa mère) ordonne le massacre d'un grand nombre de protestants. 

Dans le bouquin, le massacre se déroule dans le 2e chapitre. Le voici en entier : "Dimanche 24 août 1572. (Saint-Barthélémy)". C'est tout! Rarement vu un chapitre aussi court.

Si ce roman m'a éclairé sur les événements d'août 1572 que je connais très mal, comme je l'ai signalé en début de billet, je n'ai pas apprécié la façon dont l'auteur nous relate les événements d'où l'abandon de ce bouquin à la moitié.

Mauvaise pioche. Challenge raté!

challenge Lire sous la contrainte