La 5e session de mon challenge arrive à expiration dimanche. Comme j'ai lu 7 livres (même si j'ai arrêté le 7e en cours de route), je vais, dès aujourd'hui, commencer à publier mes billets. 

Soyez au rendez-vous dimanche pour les résultats de cette session (déjà 23 participants à ce jour) et la divulgation de la nouvelle contrainte. 

Ce roman s'ennuyait depuis pas mal de temps dans ma bibliothèque. La contrainte de ce mois étant la couleur, je l'en ai sorti et j'ai bien fait.noir-negoce-de-olivier-merle

Voici un roman intéressant, poignant, qui ouvre les yeux sur l'esclavagisme et la traite des noirs au XVIIIeS.

Olivier Merle est le fils de Robert. Il signe ici son deuxième roman.

Jean-Baptiste Clertant sera marin, ses parents l'ont décidé. Nous sommes en 1777; les enfants obéissent encore à leurs parents! J-B embarque donc sur un navire pour la Guadeloupe en qualité de second lieutenant. Il sait qu'il se trouve sur un navire marchand mais il ne connait pas l'objet de ce commerce.

Son attention est attirée quand il apprend que le bateau se rend en Afrique pour se charger de "bois d'ébène". Il ne sait encore rien de la traite des noirs qui sévit à cette époque.

Petit à petit, il découvrira l'horreur de ce trafic. Jamais il ne pourra accepter une telle situation mais il devra obéir en tout point à son capitaine.

Arrivé en Afrique, il voit comment les Noirs sont traités, parqués comme des animaux, maltraités. Il apprend comment ces hommes sont enlevés et vendus. 

D'Afrique, ils devront faire la traversée jusqu'en Amérique sur son bateau négrier placés comme des sardines ou des cuillères de manière à prendre le moins de place possible.

J-B se lie d'amitié avec un esclave noir affranchi de qui il apprendra beaucoup. Il vivra là un voyage extraordinaire, inimaginable, auquel il ne s'attendait pas et qui le marquera à vie.

Si j'ai un peu peiné dans la première partie du roman dans laquelle l'auteur s'étend sur les techniques de navigation de l'époque, je me suis laissé entrainer petit à petit dans un récit bouleversant.

Je connaissais cet acte ignoble comme tout un chacun mais je ne m'y étais jamais attardé. Je me souviens vaguement d'un film qui m'a bouleversé quand j'étais petit : "La case de l'oncle Tom" ainsi que des lectures de ma soeur sur l'esclavagisme en Amérique mais je n'avais jamais rien lu à ce sujet.

Je ne savais pas, par exemple, que les Noirs ont été envoyés en Amérique pour remplacer la population indienne décimée après la découverte du continent. Je ne savais pas du tout que des Noirs africains vendaient eux-mêmes ces esclaves, leurs frères donc! Bien sûr, des Européens ont fait pareil en envoyant à la mort quantité de leurs semblables pendant les deux guerres mondiales! Alors, pourquoi s'en étonner?

"Il y eut en Europe des débats longs et difficiles pour déterminer si ces Indiens étaient des hommes véritables et possédaient une âme. L'Eglise catholique a conclu que les Indiens étaient des hommes en tout point semblables à nous. Le roi Charles V d'Espagne en 1530 a interdit l'esclavage de ces malheureux Indiens. Puis le souverain pontife Paul III, en 1537, a publié un bref papal rappelant que les Indiens étaient nos frères, qu'il fallait les évangéliser, et donnant l'interdiction formelle de les réduire en esclavage. C'est à la suite de cette interdiction qu'on a commencé à déporter les Noirs en Amérique pour les faire travailler dans les champs."

"Les Indiens, d'abord décimés par l'épée, nous ont légué le tabac et nous leur avons apporté la religion catholique et la tuberculose."

Je n'avais jamais pensé que les Européens responsables de ce trafic étaient chrétiens et que ces actes ne pouvaient en aucun cas être cautionnés par l'Eglise. Pour qu'ils le soient, ces fameux chrétiens sont allés recherchés un texte dans la bible qu'ils ont interprété à leur façon. 

"Il est raconté, dans la Genèse, que Noé ayant planté une vigne, s'enivra du jus fermenté, et pour cette raison se coucha nu. Il fut découvert par son fils Cham,, lequel ensuite prévint ses deux frères, Sem et Japhet. Ces deux bons fils, apprenant l'affaire, se saisirent d'un manteau, entrèrent à reculons dans la tente et en couvrirent leur père sans rien voir de sa nudité. Plus tard, se réveillant, Noé apprit la conduite de Cham et entra alors dans une violente colère, maudissant ce fils indigne et condamnant Canaan, le fils de Cham, et toute sa descendance, à être pour toujours esclaves des deux autres et de leur descendance."

Evidemment, les chrétiens eurent vite fait de croire que Cham était noir et qu'il était donc dans la volonté de Dieu que les Noirs soient les esclaves des Blancs! 

Que vous dire d'autre? Que l'auteur s'est formidablement documenté pour être au plus près de la vérité historique, que ça a dû être un travail de titan et que ce roman mériterait qu'on en parle un peu plus.

Une belle surprise pour moi!

challenge Lire sous la contrainte

Avec ce roman, je participe également au challenge d'Evy "Douce France".

challenge douce france