Chaque année, lors des vacances de Noël, j'aime lire un conte. Deux années consécutives, j'ai lu les contes de Romain Sardou. Cette année, je n'avais plus rien dans ma PAL (sur Noël évidemment). Je suis tombé par hasard sur ce livre dont la couverture m'a attiré immédiatement.souliers

La 4e de couverture m'a plu. J'ai vu que cette histoire a été portée à l'écran. Allez hop, j'embarque.

Et ... j'ai été un peu déçu.

Ce conte comporte deux histoires.

Dans la première, on trouve Robert, brillant avocat qui consacre sa vie à son boulot oubliant son épouse et ses enfants. La séparation guette. 

C'est là que la mère de Robert intervient et lui fait comprendre que sa femme et ses enfants ont juste besoin de sa présence, que l'argent qu'il rapporte ne fait pas leur bonheur.

J'ai beaucoup apprécié cette partie car j'ai trouvé le dialogue très juste et les remarques de la maman très pertinentes.

Dans la deuxième histoire, on trouve une famille très unie. Le gros problème, c'est que la maman est très malade et qu'elle risque de s'éteindre à Noël.

Nathan, son petit garçon, veut qu'elle soit belle pour partir retrouver Jésus. Il lui achète des souliers que Robert paie en partie car le garçon rencontre l'avocat, le soir de Noël, dans un magasin. Robert cherche en vain ce qui pourrait plaire à sa femme et à ses filles.

L'avocat ressortira sans rien car il comprend, à ce moment, que le plus beau cadeau qu'il puisse offrir c'est lui-même.

Souvent, lorsqu'un roman comprend deux histoires différentes, à un moment, elles se croisent pour n'en faire plus qu'une. Ce n'est pas le cas ici. Les deux histoires restent bien distinctes; c'est ce qui m'a empêché d'apprécier pleinenement ce livre. 

Avec ce conte, je participe au challenge "Premier roman" organisé par Anne. 

challenge premier roman